My Chemical Romance – Three Cheers For Sweat Revenge

4 Commentaires      843
Style: emo/punkAnnee de sortie: 2004Label: Reprise

Après un premier effort remarqué à l’époque (I Brought You My Bullets, You Brought Me Love, produit par le chanteur de Thursday Geoff Rickly), sur le label Eyeball Records, My Chemical Romance nous revient cette fois-ci sur le label Reprise Records (filiale de Warner), sans pour autant avoir perdu sa fraîcheur et son énergie.13 titres, tous plus furieux les uns que les autres, à la production léchée (merci Howard Benson), dédiés aux amoureux du rock’n roll, du punk et de l’emo.

La galette débute par l’excellent titre « Helena », véritable tube en puissance, et parfait résumé du style nos amis du New Jersey : son titanesque à la croisée du post-hardcore et du garage rock, refrain hymnique, claquements de batterie agressifs , riffs punkoïdes…La voix du frontman Gerard Way, alternant avec une déconcertante facilité la rage, l’incompréhension , la douceur (tout en conservant un aspect délicieusement dégénéré voire comique ) est le véritable moteur de la musique du groupe ; loin de sombrer dans les clichés emo les plus courus, elle parvient toujours à surprendre l’auditeur averti, qui ne pourra qu’apprécier ses nombreuses variations (torrent émotionnel sur la ballade « The Ghost of you», vociférations punk pour « give’em hell, kid* »…) et l’incroyable folie qu’elle parvient à dégager. Soutenue par une avalanche de déflagrations magnétiques terriblement accrocheuses (riffs assez simples mais hautement jouissifs, toujours sur « give’em hell, kid* », qui ne doivent toutefois pas éclipser certains solos particulièrement réussis comme ceux de « Thank you for the venom »), elle représente donc incontestablement le point fort de combo.

Le second point fort du groupe est incontestablement cette capacité de mêler les mélodies les plus travaillées à cette vitalité et ce punch hélas bien rares sur la scène emo : on sent la volonté chez My Chemical Romance de marquer le coup et de se distancer d’un certaine scène jugée trop molle et endormie, voire même embourbée par des codes dictés par la mode ( ainsi le groupe explique t-il clairement sur son site avoir renoncé aux vocaux hurlés jugés trop caricaturaux).On retrouve dans les lyrics cet effort d’originalité, puisqu’il est souvent question de la complexité des rapports humains et des illusions que ceux-ci entretiennent, le tout évoqué parfois sur un ton léger ou ironique. Quoi qu’il en soit, le pari est réussi, la musique de MCR ne ressemble à aucune autre, les influences sont parfaitement assimilées (on hésite entre At the Drive-In, Iron Maiden et une bonne dose de punk US 80’s) et chaque song contient son lot de surprises, à découvrir au gré des écoutes.

Alors bien sûr, on pourra reprocher au groupe un certaine tendance à la facilité (la sympathique mais trop radiophonique « I’m not okay (i promise) ») et une certaine lassitude pourra gagner l’auditeur au fil des écoutes (notamment à cause de l’aspect légèrement répétitif de l’ensemble) mais il ne faut pas trop faire la fine bouche. Le groupe nous gratifie ici d’un très bon disque et remporte haut la main l’exercice, souvent périlleux, du deuxième album.

  1. helena
  2. give ‘em hell, kid
  3. to the end
  4. you know what they do to guys like us in prison
  5. i’m not okay (i promise)
  6. the ghost of you
  7. the jet set life is gonna kill you
  8. interlude
  9. thank you for the venom
  10. hang ‘em high
  11. it’s not a fashion statement, it’s a deathwish
  12. cemetery drive
  13. i never told you what i do for living

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. Alex says:

    T’abuses nono dans ta chronique les influences At The Drive In je les voispas trop moi haha enfin bref chacun son point de vue moi j’ai préféré ne pas chroniquer cet album ilsont perdu tout leur savoir faire !

  2. Bru says:

    mais tu l’avais chroniqué sur adré nan?

  3. bru says:

    au fait , le titre c ‘est sweet revenge et pas la revanche du pull lol

  4. wakos says:

    L’album sonne bien, mais plus les chansons défilent, plus on à l’impression de réécouter le même morceau. C’est un peu dommage …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *