Bilan 2004 krakoukass

Pas de commentaires      1 206

Année 2004 absolument exceptionnelle de mon point de vue ! Quels que soient les genres considérés, le métal en général a été particulièrement à la fête cette année.

On va le voir, cette année a marqué de mon point de vue l’émergence de nouvelles forces vives, ou en tout cas de forces vives confirmées.

Mais d’abord on voit bien que cette émergence s’est faite aux dépens des « anciens » ou en tout cas des groupes plus « établis » pour lesquels cette année est au contraire synonyme de déception. C’est ainsi que Samaël a sorti cette année un album attendu depuis 5 années, Reign Of Light, album qui n’aura absolument pas réussi à confirmer les attentes et les espoirs des fans tant il s’avère plat et sans inspiration. Espérons que les suisses redressent la barre et retrouvent une identité propre, et qu’il ne faille pas attendre 5 nouvelles années pour ça…
Au rayon déceptions on citera aussi The Haunted qui revient avec un certes bon album mais pour ma part j’attendais beaucoup beaucoup mieux du retour du grand Peter Dolving au sein du groupe. Leur 1er album éponyme restera pour moi LE monument de thrash des années 90 (n’en déplaise aux fans de Slayer).
On ne manquera pas de parler aussi du dernier album de In Flames vraiment pas au niveau du reste de la discographie du groupe suédois. Idem pour le dernier Amon Amarth, Fate Of Norns qui ne pourra vraiment pas faire oublier l’énorme (le mot est faible) Versus The World, véritable monument du death métal mélodique selon moi.

Tout le monde ne sera pas d’accord mais je n’ai pas été extrêmement convaincu par le retour de Megadeth avec un The System Has Failed que je trouve assez fade et très démodé. Mais je sais que ce retour en aura ravi plus d’un alors saluons quand même le retour de Dave Mustaine avec apparemment la niaque et l’envie d’en découdre…

De la même façon je trouve que Slipknot mérite aussi sa place dans les déceptions de l’année puisque Volume 3 ne m’a pas du tout convaincu (pas aidé qu’il est par une production exécrable) et n’arrive pas à la cheville des 2 premiers albums du groupe, qui néo ou pas étaient sacrément bien foutus et poutraient gentiment (ce qui n’enlève rien au fait que la machine Slipknot reste une vraie bombe en live qu’on aime ou pas sur album).

Tiens puisqu’on parle de néo et qu’on parle de déception, la transition est toute trouvée puisque s’il est bien un genre en déliquescence totale sur 2004 c’est bien le néo métal qui aura été à la fois peu représenté, et rarement bien représenté qui plus est. Mis à part un bon Start Something des Lost Prophets qui marque cependant déjà un éloignement des racines néo et un flirt encore plus prononcé avec la pop ou l’émo (pour le meilleur, peut-être est-ce une voie de salut pour ce genre en perdition), ou un Demon Hunter (Summer of Darkness) de fort honnête facture, les autres sorties n’auront pas ému grand monde. Certes le Papa Roach est un album sympathique mais on l’aura vite oublié, idem pour le Dry Kill Logic. Que dire alors du retour des rap-metalleux de Downset que j’attendais pourtant de pied ferme ? Et bien que soit leur nouvel album Universal est tout simplement mauvais soit qu’il ne s’inscrit vraiment plus dans la musique contemporaine et dans ce que nous en attendons…

Si le néo semble avoir quasiment les deux pieds dans la tombe, ce n’est vraiment pas le cas du « metalcore » comme on se plaît à l’appeler (et dans lequel j’engloberai la NWOHM car sinon on s’en sort pas), genre qui a littéralement explosé cette année ! Des groupes comme Killswitch Engage, ou Caliban ont confirmé tout le potentiel qu’on avait pu déceler chez eux, mais pour ma part ce sont surtout des plus jeunes groupes ou en tout cas moins « médiatisés » qui m’auront marqué dans ce style, comme Unearth et surtout As We Fight dont le metalcore teinté de death metal m’aura plus que convaincu, à tel point que Black Nails and Bloody Wrists est pour moi l’ALBUM de metalcore de l’année pas moins.

Au delà des genres maintenant, ce qui marquera vraiment pour moi cette année 2004, est la véritable explosion du métal français qui n’a aujourd’hui plus à rougir face à toutes les autres nations du métal quelles qu’elles soient. Fini le complexe français, qui obligeait la scène à s’enfoncer dans un french core devenu aujourd’hui dangereusement caricatural (on ne parlera même pas du ridicule Rock de Pleymo). Aujourd’hui les groupes français attaquent les groupes étrangers sur leur terrain et ça marche : production de folie, chant international (en anglais donc) maîtrisé parfaitement, tout y est. On attend donc avec impatience que nos Scarve (dont le dernier album Irradiant français ou pas, est tout simplement pour moi la meilleure sortie de l’année), ou autres Gojira réussissent enfin à s’exporter car ils le méritent amplement !
Mais ils ne sont pas les seuls, puisque les ont rejoint cette année, un armada de groupes incroyables, jeunes nouveaux ou confirmés : Kevorkia par exemple, dont le Elusive, véritable bombe de death/hardcore, est une des claques de l’année pour moi.
On citera aussi Klone qui avec son High Blood Pressure, certes « simple » EP, a confirmé tout le bien qu’on pensait de ce groupe bourré de talent.
Et il y en a bien d’autres dans tous les genres que ce soit Dirge, DSK, Benighted, Korum ou les excellents Manimal avec leur métal croisant french core et riffs gojiresques…

Qu’on se le dise, le métal français se porte bien, et même très bien, merci pour lui !

Au rayon international et sans distinction des genres, certains groupes ont confirmé le potentiel qu’on leur pressentait, d’autres se sont affirmés d’un coup d’un seul, comme des gros espoirs de la scène.
On passera rapidement sur Fear Factory, qui avec Archetype fait un retour en grandes pompes sur le devant de la scène, après d’inquiétants problèmes de line-up aujourd’hui résolus.

Niveau confirmations, Mastodon se posent définitivement là, aux côtés de leurs camarades de label Dillinger Escape Plan. Ces 2 albums sont réellement parmi les meilleurs de l’année, même si de mon point de vue le Mastodon est nettement devant.
Autre confirmation, l’album (Nightmares Made Flesh) de la dream team du death metal, Bloodbath est assurément l’album death de l’année de mon point de vue.
Il en est de même pour Orphaned Land, puisque nos i
sraéliens sont revenus cette année après de très longues années d’absence, avec un impressionnant Mabool qui réussit à merveille à brasser de multiples influences se posant au final comme une véritable œuvre majeure, impressionnante de cohésion et de beauté.

Si le black semble avoir quelque peu perdu de sa superbe en 2004, il aura eu son lot de confirmations. On n’omettra ainsi pas de parler de l’excellent album des barjots anglais de Anaal Nathrakh, Domine Non Es Dignus impressionnant de violence malsaine.
Dans un registre plus black/death, Skyfire nous aura gratifié d’un superbe album (Spectral) taquinant directement et sans complexe Children Of Bodom sur son propre terrain…
Idem pour le Rotting Christ dans un black davantage en ambiances. Sanctus Diavolos m’aura réellement retourné de toute part, moi qui ne suis pourtant pas un fan de black.
Mais c’est surtout le formidable Isa des norvégiens de Enslaved qui remportera la palme des confirmations black de l’année. On manque encore de recul, puisque cet album n’est sorti que depuis peu, mais il n’est pourtant pas difficile de voir dans Isa, l’incarnation d’une œuvre majeure du black metal et du métal en général tant là encore le brassage est impressionnant et réussi.

Dans un registre bien différent qui est celui du post core, très en vogue ces derniers temps, outre la sortie des derniers Neurosis et Isis qui auront comblé les fans, c’est vraiment du côté de la Suède qu’il fallait de mon point de vue trouver la claque avec Salvation de Cult Of Luna une œuvre tout simplement saisissante et stupéfiante de beauté et de majesté qui fera date.

Du côté des petits nouveaux ou assimilés, je citerais d’abord la claque prise par la sortie du nouvel album de Dark Age, jeune groupe allemand qui n’en est certes pas à son coup d’essai, mais que peu d’entre vous connaissaient a priori, avant cette année 2004. Cette cuvée 2004 est impressionnante dans un style parfois proche de Soilwork en plus dark ceci dit, avec des compositions accrocheuses et irrésistibles. Si vous appréciez vous vous jetterez sans coup férir sur la précédente œuvre de Dark Age, The Silent Republic.
C’est aussi dans le métal allemand qu’on trouvera le fantastique Back To Times Of Splendor qui aura véritablement révélé Disillusion comme un groupe à suivre de très près tant leur mélange de death et de progressif, un peu inspiré par Opeth, est savoureux et inspiré.

Encore allemande est ma grande révélation de l’année qui en matière de post core aura foutu une bonne grosse trempe aux Isis et autres Neurosis (ça n’engage que moi). C’est bien sûr de The Ocean dont il est ici question. On vous a assez bassiné avec eux toute l’année alors j’arrête mais vraiment fluXion est une perle métal à ne pas rater !

La Hollande n’est pas que le pays du fromage, la preuve avec Textures dont le 1er album est également une véritable révélation. Inspirée de Meshuggah, la musique du groupe possède néanmoins déjà sa véritable identité, grâce notamment à l’introduction de passages atmosphériques ou ambiant du meilleur effet.

Enfin on terminera avec Sybreed, dont l’album sortira officiellement en France en février. Ce groupe suisse aura réussi la gageur selon moi de tenir la dragée haute aux maîtres de Fear Factory sur leur propre terrain, puisque Slave Design est la bombe de cyber metal de 2004.

Albums de l’année

ScarveIrradiant


MastodonLeviathan


Cult of LunaSalvation


BloodbathNightmares Made Flesh


EnslavedIsa


As We FightBlack Nails and Bloody Wrists


DisillusionBack to Times of Splendor


The OceanFluxion


Orphaned LandMabool

KevorkiaElusive


Dark AgeDark Age


KloneHigh Blood Pressure


Rotting ChristSanctus Diavolos


SybreedSlave Design


TexturesPolars


krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 900 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *