Fall Of The Bastard – Split Avec Book of Black Earth

Pas de commentaires      804
Style: black metal épiqueAnnee de sortie: 2006Label: Evil Morgue Entertainment

Si on veut vraiment être crédible quand on fait du black metal, il y a des règles à respecter. D’abord, venir d’un pays ou il fait très froid, ça aide. J’attends d’ailleurs le jour ou arrivera un esquimau black metalleux, la Norvège n’aura qu’à bien se tenir. Ensuite il faut enregistrer chaque instrument avec du matériel en très mauvais état ou faire attention à ce que le son ne soit pas parfaitement audible, donc virez Tue Madsen de votre liste de producteurs à considérer si tel est le style que vous souhaitez aborder. Et puis enfin, si vous voulez être complètement trve, ne formez pas un groupe, formez un duo ou faites de la musique seul. Si je suivais ces principes à la lettre je devrais alors vous dire que les 2 groupes présents sur ce split EP, Fall of the Bastards et Book of Black Earth sont de très mauvais groupes. Ils viennent des Etats Unis, forment tout deux des groupes avec plus de deux membres et leur production, sans être éclatante de puissance, à la Emperor, est très honorable pour un petit label. Non, il y a quelque chose qui cloche, ces deux-là ne devraient pas être aussi bons. Mais pourtant, ils le sont, et très même.

Fall of the Bastard d’abord accueille le spectateur avec des arpèges rapides et flamboyants sur une guitare acoustique pour ensuite laisser la place à des riffs glorieux, typiquement black metal, mais ni dépressifs ni extrêmement haineux pour autant. Tout comme Emperor, mais sans les claviers et les arrangements classiques, Fall of the Bastard exerce dans le milieu du black metal sans pour autant chercher une atmosphère particulière mais en composant de bonnes chansons avec de très bons riffs. Le groupe qui me semble être le plus convenable pour faire une comparaison serait Naglfar mais les mélodies et la vitesse ne sont pas des préoccupations essentielles dans ces trois titres. Il y a juste un peu plus de mélodies que dans la moyenne des groupes de black metal et beaucoup moins de brutalité outrancière.

Book of Black Earth ensuite est composé d’anciens membres de Teen Chthlhu, un obscure groupe de hardcore qui usait de clavier afin de se moquer un peu (entre autre) du son des groupes de black metal symphonique (c’était aussi, parait-il, un des groupes préféré de John Peel, le regretté Dj de Radio One). Pas de mosh part à l’horizon pour cette nouvelle incarnation mais toujours un peu de clavier avec encore une fois une comparaison possible avec Emperor, d’autant que les riffs sont beaucoup plus épiques et moins mélodiques. Ce qu’il y a de bon dans Fall of the Bastard et dans Book of Black Earth c’est le dédain complet que peuvent avoir ces deux groupes pour toutes les critiques et les défauts des groupes de black metal traditionnels. Le genre pratiqué est maîtrisé à la perfection mais les influences ne ressortent pas exagérément et on finit par avoir juste sous la main deux très bons groupes et cinq excellentes chansons que l’on ne se lasse pas d’écouter. Mieux encore, ces groupes ont l’air de s’éclater en jouant et de combien de groupes peut-on dire ça aujourd’hui ? Toutefois, les meilleures choses ont une fin et c’est sur quelques notes de guitares acoustiques interrompues très vite par le clavier et la batterie que les derniers riffs sont exécutés et que cet EP se conclut. On en voudrait bien sûr plus mais voila le problème, Fall of the Bastard a déjà un album sous la main mais il est épuisé. Quant à Book of Black Earth ils en ont un aussi de prêt mais cherche un label. N’y a-t’il donc pas de justice dans ce monde ? Gardez l’oeil bien ouvert sur ces deux là, ils le méritent.

8,5/10

  1. fall of the bastard
  2. slough of the despondant
  3. the path of the moon god
  4. a swarm of swords
  5. book of black earth
  6. Olden
  7. Silent through the black vortex

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *