GRYMT. – My Dark One

Pas de commentaires      889
Style: grind / deathAnnee de sortie: 2006Label: At(H)ome

D’après vous, quel peut bien être le résultat de l’opération suivante :
Lazy + Aqme + Houston Swing Engine = ?

Peut-être un groupe empruntant le côté péchu et direct de HSE, la rock attitude de Lazy, et le côté mélodique de Aqme proposerez-vous ?
Sûrement. Mais pas là.

gRYMT., projet monté par Etienne, batteur de Aqme, et dans lequel officient Julien (guitares) et Aurélien (basse) de Lazy, ainsi que Danek (chant) de Houston Swing Engine, nous propose en effet sur My Dark One un opus aux antipodes de la musique proposée par ces 3 groupes, puisqu’il s’agit là de grind/death.
Cependant autant prévenir de suite, il ne s’agit pas de grind tchèque avec la prod compacte et le son qui va avec, mais plutôt d’un groupe de grind à gros son, encore que ce dernier certes puissant et assez généreux, ne soit pas non plus aseptisé. On appréciera même vraiment cette tonalité stoner qui se dégage par moments (en particulier sur « Lobotomy in The Rehearsal Room ») et donne une petite touche originale aux compos du groupe. Ces compos ont toutes été écrites par Etienne, batteur de Aqme, qui tient également ici le rôle de producteur et dont on aurait difficilement soupçonné un tel penchant pour l’extrême sur la seule foi de son travail avec Aqme.

L’avantage de ce gros son est certainement de rendre le disque plus accessible, car plus séduisant, que certains disques de grind très hermétiques. Mais ne nous y trompons pas : ça ne change pas le fait que l’on ait affaire ici à un disque très brutal. Autant dire que les fans de Lazy et Aqme qui espèrent tomber sur un prolongement de leurs groupes favoris en seront pour leurs frais et auraient même tout intérêt à éviter le contact avec My Dark One sous peine de subir les affres d’une sévère déconvenue.

Venons-en à la musique de gRYMT. Le groupe nous offre 10 titres pour 26 minutes de musique comme tout bon disque de grind qui se respecte, direct et vite torché comme il se doit, afin d’éviter de blaser l’auditeur.
On découvre rapidement une autre facette de tous ces musiciens… Mention spéciale à l’excellente prestation d’Etienne à la batterie mais surtout à Danek pour sa prestation vocale de haute tenue. On le savait déjà excellent chanteur/gueuleur grâce à ses prestations chez Houston Swing Engine, le bougre confirme là que le registre death ne lui pose pas de difficulté particulière. Le choix de lui faire tenir le micro s’avère donc être un excellent choix, même si on notera que ce n’était pas le premier choix de Etienne qui avait d’abord contacté le chanteur de feu Nostromo, qui devait s’avérer être indisponible. Au final Danek a écrit les paroles de l’album et c’est donc à lui que l’on doit ces titres si poétiques dans la plus pure tradition du style (les monstrueux « Phallic Salvation » et « Defecate And Fuck ») et parfois un rien empreints de second degré me semble-t-il (« Lobotomy In The Rehearsal Room » par exemple).

Les compos sont de bonne qualité et si le tempo général est évidemment très rapide (voir le frénétique et excellent « Defecate and Fuck »), le groupe sait également ralentir le rythme comme sur « Fastidious Monster, You Hypocrite Rocker » pour reposer les tympans de ses auditeurs chéris.

Le résultat de tout ce marasme est donc un bon disque de grind/death, pas révolutionnaire pour un sou, mais qui remplit efficacement son objectif de défouloir et qui contient son lot de très bons titres.

Seul bémol, on peut douter de la pérennité d’un tel projet d’autant plus que tout a été enregistré de façon très cloisonnée et que tous les musiciens de l’affaire ne se sont même pas rencontrés en chair et en os… Les verra-t-on un jour sur scène ? Rien n’est donc moins sûr.

  1. equilibrium
  2. my dark one
  3. burning whore
  4. fastidious monster, you hypocrite rocker
  5. defecate and fuck
  6. we, the evil gods
  7. incestuous as worms
  8. red angel on fire
  9. phallic salvation
  10. lobotomy in the rehearsal room
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 900 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *