Kylesa – Time Will Fuse Its Worth

5 Commentaires      1 455
Style: metal/hardcoreAnnee de sortie: 2006Label: Prosthetic

Voilà un disque qui aura terminé au pied de mon podium 2006…
Je découvre Kylesa avec cet album alors je ne saurais dire si le groupe a évolué entre son précédent opus et celui-là (la chronique du précédent album par Fewz dans ces pages laisse à penser que cet album s’inscrit dans la continuité), mais voilà en tout cas un sérieux client à situer quelque part entre Mastodon et Neurosis. Ces 2 poids lourds sont certainement les influences majeures de Kylesa à l’écoute de l’album, mais le groupe apporte aussi un côté très direct et immédiat, une urgence impressionnante, qui vient peut-être des fameuses influences punk qu’on prête au groupe – pas évidentes à mes oreilles (en dehors de quelques passages de chant qui peuvent évoquer le genre de par leur côté éructé comme sur « Between Silence And Sound », pour le reste on est quand même loin des standards punky).

Il semble de son propre aveu que le groupe soit souvent considéré comme ayant un peu le cul entre 2 chaises, metal et punk, puisque comme ils l’expliquent eux-même en interview : « les metalleux nous taxent de punks, tandis que les punks nous taxent de metalleux ». Ouch, nous voilà bien barrés.
Bref oublions les étiquettes un moment, après tout peu importe : ce qui compte c’est que ce Time Will Fuse Its Worth va vous botter votre petit cul potelé.
Kylesa ça speede, ça crache, ça gueule, et ça joue bordel… Le tout soutenu par une production puissante mais un rien crade, juste comme il faut pour plaire aux trve puristes of the trve fucking sound, sans pour autant dégoûter les novices et pour que des compositions magistrales comme « Hollow Severer » ou « Where The Horizon Unfolds » soient à la fois puissantes, efficaces tout en gardant ce feeling « live ».

L’efficacité de Time Will Fuse Its Worth tient beaucoup à cette urgence déjà évoquée, et à ce côté « pain dans la gueule » accentué par une rythmique en béton soutenue par la batterie et ses nombreuses accélérations. Aurais-je dit « la batterie » ? Pardon je voulais dire « les batteries » ! Et oui car le groupe joue avec deux batteurs, et donc deux batteries (ce qui n’était pas le cas sur le précédent opus). Soyons honnêtes si on ne remarque pas toujours cette gémellité sur l’ensemble de l’album, il faut reconnaître que certains passages un peu tribaux sont certainement renforcés par cette complémentarité entre les batteurs (« Intermission » par exemple ou le final « Outro »).

A cette urgence s’ajoute une bonne grosse louche de lourdeur qui trahit les influences Neurosisiennes déjà évoquées. C’est particulièrement flagrant à certains moments, mais même dans ces fameux moments, Kylesa ne perd pas de vue son côté direct, rock n’ roll, ce qui rend sa musique bien plus facilement assimilable que celle du gros poids lourd du metal hardcore. C’est ainsi qu’après un début d’album sur les chapeaux de roue, le groupe ralentit quelque peu le tempo sur « Ignoring Anger » (dont les airs dissonants rappellent parfois les sonorités froides de Jesu tandis que les accélérations du morceau font particulièrement penser à du Mastodon) et surtout sur « The Warning » (très très Neurosisien) pour révéler cette face post hardcore toute en lourdeur.

Pas mal d’étiquettes et d’influences donc pour exprimer une chose simple qui tient en quelques mots seulement : cet album troue le cul et rocke à mort et on imagine sans peine que Kylesa en live ça doit faire bien mal, très mal…
Les amateurs des références précitées seront en tout cas bien inspirés de s’intéresser de près à ce groupe qui pue le talent…

  1. intro
  2. what becomes an end
  3. hollow severer
  4. where the horizon unfolds
  5. between silence and sound
  6. intermission
  7. identity defined
  8. ignor anger
  9. the warning
  10. outro
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 893 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. kollapse says:

    Ce dernier Kylesa est une pure tuerie ! Enchaînement de titres tout aussi bon les uns que les autres, gros son un rien crado pour un album court (signe de qualité !) , inspiré et qui impose Kylesa comme un groupe aventureux et talentueux du domaine métal/hardcore au sens Large du terme… A ne pas rater didiou !

  2. Cactus says:

    La chro’ et le mp3 m’ont paru très interessant…merci pour cette découverte ;-)

  3. kollapse says:

    Mention spéciale au planant et glauque « between silence and sound », à la très efficace et puissante « hollow severer » au mid-tempo « ignor anger » (et son énorme riff sur la fin) et au très lourd et surpuissant « identity defined ». Kylesa rules !

  4. Naja says:

    J’aurais plutôt dit hardcore/sludge, un peu doomesque car il y a des riffs super heavy, et ce n’est pas si metal que ça… quoique les musiciens eux-même ne savent pas trop comment se caractériser. Tant tu me diras. Tu veux écouter une galette unique? Alors optes pour Kylesa, tu vas pas en revenir…

  5. Jaromaïcan says:

    Enormissime baffe dans la gueule pour ma part. Violent, tribal, boueux… on est bien loin de la lourdeur pataude des derniers Neurosis !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *