Strapping Young Lad – City

29 Commentaires      2 368
Style: heavy cyber thrash death townsendienAnnee de sortie: 1997Label: Century Media

Vous faisiez quoi à 24 ans vous (j’entends déjà les jeunôts se foutre de moi, mais vous verrez ça vous arrivera fatalement de vieillir, sales mioches) ? Nan parce qu’à cet âge où beaucoup d’entre nous commencent seulement à se lancer dans la vie active sans trop bien savoir quel chemin emprunter, le sieur Devin Townsend nous enregistrait déjà tout simplement un chef d’œuvre. Ecrit par lui, enregistré et produit par lui, on peut dire que City, certes sorti sous le nom de Strapping Young Lad, est le bébé de Devin dont il a accouché en 1997.

Et quel bébé ! Pour beaucoup, cet album reste encore la meilleure contribution à la musique du génie canadien.

Devin l’a expliqué à l’époque, ce City est un peu la réponse avec un budget 10 fois moindre, au superbe Demanufacture de Fear Factory sorti 2 ans plus tôt. Et le bougre n’a pas fait les choses à moitié s’entourant d’exécutants de choc pour ce disque avec notamment le mythique Gene Hoglan (ex Death ou Dark Angel) à la batterie…

Il faut dire qu’il n’y a rien à jeter sur ce disque qui commence comme toujours avec une courte intro (“ Velvet Kevorkian ”) qui se transforme en “ All Hail The New Flesh ” et à partir de là c’est parti, et on ne respirera pas jusqu’au 8ème titre du disque “ Room 429 ”.
SYL c’est un déluge de décibels, une violence incroyable, de prime abord insoutenable mais dont on se rend compte rapidement qu’elle déborde en fait de mélodie…

Sur une base musicale tout ce qu’il y a de sérieux et sombre, Devin sait toujours nous faire profiter de son humour grinçant dans les titres (“ AAA ”, “ Oh My Fucking God ”…) ou les lyrics notamment qui sont souvent du grand n’importe quoi (voir par exemple le super refrain du furieux et cultissime “ Oh My Fucking God ” ou bien les “ Devy in the corner of his teen year/Born to run away/Children in the middle with the village idiot/So he never made the potty grade ” sur “ AAA ”). Mélange de furie thrash metal et d’indus psychotique, cet album est complètement habité, possédé même, par la voix incroyable de Devin qui sait hurler, scander et surtout chanter (avec son timbre agressivo-aigu unique et inimitable) et nous enchanter de refrains absolument incroyables, aussi improbables et purs qu’un nouveau né émergeant du purin. Il suffit pour cela d’écouter les merveilles que sont “ All Hail The New Flesh ”, “ AAA ” ou “ Underneath The Waves ” qui possèdent tous cette puissance et cette emphase vocale absolument incroyables et qui sont d’une beauté froide, à vous hérisser les poils de tout le corps.

On avait déjà pu avoir une idée du génie du canadien, à travers le premier disque de Strapping Young Lad au titre potache Heavy As A Really Heavy Thing qui contenait déjà de véritables pépites telles que “ S.Y.L ” et “ In The Rainy Season ” (ce n’est pas un hasard si ces 2 titres sont les seuls de cet album qui sont encore joués en concert par SYL), malheureusement un peu perdus au milieu de titres plus brouillons et plus dispensables qui trahissaient une certaine confusion dans la direction musicale que Devin souhaitait faire prendre au groupe.
Avec City tout est clair, travaillé jusqu’au moindre détail, parfait.

A noter que passée la furie des 7 premiers titres, on a droit à une reprise magnifique du “ Room 429 ” du méconnu groupe Cop Shoot Cop, un titre sombre, glacial, où la violence et l’agressivité deviennent cette fois latentes, suggérées, et qui fait la démonstration s’il le fallait de la qualité de la voix du maître. “ Spirituality ” pour sa part, clôt le bal en douceur, de façon “ space ” et atmosphérique.

9 titres et c’est déjà fini, c’est bien là le seul reproche que l’on pourra formuler à l’encontre de ce disque magistral, véritable chef d’œuvre destiné à rester parmi les œuvres marquantes de la fin des années 90.

INDISPENSABLE.

  1. velvet kevorkian
  2. all hail the new flesh
  3. oh my fucking god
  4. detox
  5. home nucleonics
  6. aaa
  7. underneath the waves
  8. room 429
  9. spirituality
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 833 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

29 Commentaires

  1. Florent says:

    Ouaip. Indispensable. Un condensé de furie et de mélodie qui reste toujours aussi puissant et novateur presque 10 ans après. Par contre Krakou, pour les flottements du 1er, c’est aussi dû au fait qu’il s’agissait surtout d’un album parodique des gros durs de l’époque. Ni plus ni moins…
    Je me rappelle un concert à Belfort en 97 ou 98, l’affiche était la suivante : SYL en ouverture, OCEAN MACHINE en tête…. 40 pelos… Mais quel concert !!!

  2. Joss says:

    Un jour, peut-être, j’écouterais ce disque….

  3. damien luce says:

    Indispensable et culte!!!

  4. darkantisthene says:

    putain faut vraiment le virer en fait Joss!!!!!

  5. damien luce says:

    Bergstand a fait un beau boulot , J’ai l’impression que c’est à partir de cet album que beaucoup de groupe ont fait appel à lui!!!

  6. Ellestin says:

    Un jour, peut-être, j’écouterais ce disque….

  7. AlCheMist says:

    Excellente chro et album imparable… un effort est tout de même nécessaire pour rentrer dans cette usine monstrueuse, mais alors une fois qu’on y est, c’est la boucherie en règle ! Une référence tout simplement.

  8. Rico says:

    Le seul album écoutable de Devin.

  9. Neurotool says:

    Un must have! Ni plus ni moins!
    Autant ce que nous propose le père Townsend aujourd’hui me procure tout juste une demi molle, autant ce CITY est incontournable pour tout fan d’extrême sonique. Votre platine risque de fumer si vous ne l’avez jamauis habitué à ça!

    Sinon concernat COP SHOOT COP est un groupe culte du début des 90’s. Tout les albums sont excellents de part leur froideur et un style bien personnel. Encore un groupe qui aura une influence sur l’avenir musical rock/indus/etc… et qui n’aura pas forcément retirer ses marrons du feu…

  10. FireCat says:

    Culte, c’est clair ! Les premiers titres que j’ai écouté étaient All Hail… et Underneath the Waves, ce mélange violence extreme/mélodie était tout à fait nouveau pour moi. Hey, you know !

  11. Julien says:

    Un jour, peut-être, j’écouterais ce disque….

  12. darkantisthene says:

    putain 3 à reprendre le même gimmick et à faire la même faute en ajoutant un « s » incongru à écouterai!!
    houuuuu, vous ne méritez pas devin messieurs!

  13. Ellestin says:

    C’est vrai que copier-coller Joss, c’est le sabordage orthographique assuré… Bon plus sérieusement ce disque me titille, j’avais bien été scotché par « Underneath the Waves » à l’époque, mais j’étais un petit con qui ne jurait que par le black. Il est peut-être temps de boucler la boucle.

  14. Joss says:

    et ba je pensais être un (mauvais) modèle à ce point LOL Enfin voir Florent, Neuro, Alchemist et Krakou sur la même longueur d’onde…je me dit que moi aussi je veut en être !!! ça me rappelle d’ailleurs que je doit avoir cet album quelque part en MP3 au fin fond de mes CDR…

  15. scarvounet says:

    cet album est royalement terrible sur tous les points !
    Devin a une voix monstrueuse!!!!!
    cet album est indispensable pour tout ceux qui veulent
    vivre une expérience unique dans le monde fou du grand devin Townsend ou pour ceux qui sont atteind du syndrome townsendien.

  16. Monster says:

    Un jour peut-être moi aussi j’ecouterai ce disque (surtout que moi je n’ai aucune excuse vu que j’ai les MP3 qui trainent sur disque dur depuis plus d’un an)

  17. shaq says:

    Pour ma part, « Heavy as a realy heavy thing » est et restera ZE album de SYL.
    Ce « City » est un bon album, mais culte, non.

  18. Marc says:

    Ouaip, autant je trouve que M. Townsend est très largement surestimé dans tous ces projets, autant CE disque est un chef d’oeuvre absolu. Underneath the waves, raaaah lovely!

  19. Zandal says:

    Bon sang c’est ultime ce truc :D

  20. Angrom Angrom says:

    Excellente idée que de le mettre en anthologik …
    Formidable disque, je m’en vais me le mettre de ce pas … :)

  21. epoch of barbarity says:

    Je cherche encore le déluge de décibels et la violence incroyable, album énormément surestimé pour ma part ( mais comme dit sur le forum, il fallait peut être l’écouter à l’époque pour se rendre compte du truc).

  22. damienluce says:

    culte !!!

  23. Lebo says:

    Bien sur que c’est le meilleur de SYL. D’ailleurs la suite est « dispensable » quoique assez bonne…lol

  24. Ilhan says:

    Il n’y a rien d’indispensable en art… (pour répondre a Damien).
    Mais à part c’est un très bon album
    dans son style, même si maintenant j’arrive pas a le re-écouter sans m’emmerder un peu (bah ouais).
    N’empeche à l’époque il m’avait énormément plu et tournait beaucoup sur mon lecteur cd tout pérrave

  25. guim says:

    Anthologique

  26. bn says:

    un jour peut être j’apprécierai ce disque…

  27. Julien says:

    Je l’ai écouté (au mois de Juin en fait, avant de voir SYL live) ! C’est ultra dense mais assez phénoménal, très original, bref ça vaut le coup, c’est du bon ! (oui j’ai pas d’arguments, mais j’aime bien)

  28. damien luce says:

    « Il n’y a rien d’indispensable en art. »
    Si… Ce disque (lol)

  29. davetheslayers says:

    je conaisait pas ce groupe o.O mais ces tres bon :P ses surment parceque jecouter pas de music dans ce temps la enfin bon mercie pour la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *