Tides – Resurface

2 Commentaires      1 309
Style: instrumental post hardcoreAnnee de sortie: 2005Label: Teenage Disco Bloodbath

Si Tides fait partie des enfants d’Oceanic, le jeune collectif U.S. aurait mérité de ne pas rendre aussi rapidement sa dépouille à la mer. Ce qui se produisit hélas dès 2006 suite à la sortie de l’EP From Silence, tout aussi peu exposé que l’album qui nous occupe, pêché lui un an plus tôt au large de New York dans les filets du label Teenage Disco Bloodbath, par ailleurs plutôt spécialisé dans les gueulantes et les high-kicks de la marmaille punk HxC locale. En fait, au-delà de la thématique qui les rapproche, ce disque s’impose avec une belle maturité comme le cousin instrumental du chef d’œuvre d’Isis à l’origine de la déferlante que l’on connaît. Mais pas question de dévaluer Resurface en bloquant sur le mimétisme, car non seulement le groupe étale des vertus de composition qui lui sont propres, mais il investit en permanence une dimension contemplative accessible seulement par intermittence aux groupes de post hardcore “classiques”, de même qu’un caractère finalement très sombre, parfois farouche mais sans colère. L’entrée en matière est un ravissement avec un titre éponyme en forme de plan séquence : douze minutes en slow motion à gondoler à travers la brume. Un mur de métal rampant mais ivre des mélodies sinueuses assénées par une guitare naufragée, qui hurle comme une sirène au-dessus de percussions minérales. Ces dernières, parfois denses et tribales, parfois sagement symétriques, battent la crête des vagues comme autant de pulsions cardiaques fusionnées avec une basse extrêmement pure. On pense à un The Angelic Process débarrassé de sa friture, la profondeur de l’horizon sonique saisit à la gorge et ne desserre pas l’étreinte. Le très post-rock “By the Droves” signale une terre en vue, avec ses accords frôlés à l’arôme distinctement sudiste, sur fond de long slides paresseux. C’est court mais séduisant. L’enchaînement avec le monolithique premier morceau s’impose de lui-même. La suite est à l’avenant. “Aurora” et “Wash Away” ressuscitent la frappe chaloupée, les faux-plat montants et le riff en rupture d’Oceanic, et satisferont avec brio tous ceux qui ne s’en sont jamais vraiment remis. “The Other Shore” clôt la traversée dans le calme avec un clair-obscur mélodique en boucle, voilé derrière un rideau d’effets qui en accentuant le côté fuyant et spacieux. Resurface est donc un disque accompli et suffisamment indépendant pour durer, malgré ses amarres évidentes. Preuve en est à titre personnel : deux ans et demi après sa découverte, c’est l’un des seuls “second couteaux” post hardcore de cette époque à tourner encore régulièrement alors que les Callisto, Rosetta et autres Pelican sont des nids à poussière depuis longtemps… A souligner que l’excellente impression auditive trouve sa contrepartie au niveau visuel et tactile via un slim-digipack cartonné affichant un artwork sobre et soigné à base d’yeux et de mains, ombrés et disposés avec une belle subtilité esthétique.

(NB: houla on me souffle dans l’oreillette que le groupe est encore bel et bien en activité et vient même de sortir un split vynil avec les doom-coreux new yorkais de Giant. J’ai la flemme de modifier ma chronique en conséquence mais invite chaleureusement à s’enfiler l’admirable nouveau titre “The Invisible” en écoute sur le myspace de Tides)

  1. resurface
  2. by the droves
  3. aurora
  4. sirens fade
  5. wash away
  6. the other shore
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. kollapse says:

    Un album en effet de facture classique, mais dont les qualités évidentes en font un indispensable du genre. Très bel album (écoutez le titre eponyme afin de vous en convaincre), superbement construit et à la durée de vie certaine, ce qui n’est pas négligeable.

  2. cylens says:

    j’ai beaucoup aimé ce disque, découvert complètement par hasard grace à (feu) pandora.com.
    le suivant, je suis passé complètement à travers, par contre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *