Coldworld – Melancholie²

4 Commentaires      5 084
Style: black metalAnnee de sortie: 2008Label: Cold Dimensions

La sortie du premier EP de Coldworld (en 2006) avait suscité un vif engouement dans le milieu du black dépressif au point que la galette était rapidement devenue sold out malgré une réédition. Bon évidemment on n’a pas affaire à des tirages pléthoriques mais le petit buzz provoqué par These stars are dead now était bien réel. Et, en plus, largement mérité. J’avais moi-même placé pas mal d’espoir dans ce one man band allemand, c’est vous dire.
On ne pouvait déjà pas dire que Coldworld était le groupe le plus black du monde. Alors imaginez maintenant… (je laisse 3 points de suspension parce que cette phrase ne veut pas dire grand chose donc autant lui insuffler une aura de mystère et laisser le soin au lecteur de lui donner une valeur qu’elle n’a pas). Parfois, d’ailleurs, ça lorgne timidement vers le shoegaze façon Alcest ou foresto-ambient façon ambiance de la forêt (le planant et superbe « My dead bride » ainsi que l’hymne à la mélancolie « Escape ») mais Coldworld n’a pas encore été séduit par le chant des sirènes du moment. Ça fait également un peu du pied à des mélodies symphoniques pas toujours chères aux yeux de ceux qui ont plus de 17 ans (car on n’est pas sérieux quand on n’a pas au moins 1.5 fois 17 ans comme aurait dû dire Rimbaud), notamment sur quelques malheureux passages de « Tortured by solitude » qui méritait mieux. On passe d’ailleurs souvent près du couperet tout au long de ces quasi 50 minutes de musique à cause, principalement, d’une recrudescence de la présence des chœurs de voix claires ectoplasmiques ou d’un accent mis sur les instruments qui font pleurer les yeux (violon). Autant d’éléments qui peuvent rebuter ceux qui n’avaient adhéré pour l’instant que du bout des lèvres. Mais gageons que cela pourra permettre aussi au groupe d’attirer un public plus large.
On a de plus également droit à 3 instrumentaux de qualité fort inégale : on passe du très peu intéressant voire inutile « Winterreise » au moins anecdotique interlude « Stille » qui est en fait la continuité acoustique des arpèges du titre précédent. Cependant le morceau de choix qu’est « Escape » vient redorer le blason que les 2 comparses avaient un tantinet rayé.
Et puis il faut dire que, pris dans son ensemble, l’album ne souffre quasiment aucun reproche. La superbe mélopée mortifère dans la droite ligne éditoriale de These stars are dead now : captivant, sombre au possible mais pétri d’une beauté fragile n’a par exemple rien à envier au morceau plus torturé et bien nommé « Red snow » (bien nommé parce qu’à son écoute on se retrouve au milieu d’une plaine enneigée avec, dans le sillage de nos pas, quelques goûtes de sang dont on ignore s’il s’agit du nôtre ou de celui d’une âme errante – j’en fais trop ?). Ne manquant pas d’humour, la tête pensante G.B n’a pas hésité à cacher le meilleur titre de l’album derrière le mot le plus difficilement prononçable : « SchmerzensSchreie ». Heureusement que mes chroniques se font par écrit.
Nombreux sont les groupes à ne pas passer triomphalement le cap du premier album après une demo de qualité. Coldworld ne fait clairement pas partie de ces one shot même si les premières écoutes ne m’ont pas permis d’être immédiatement convaincu. Mais après tout, n’est-il pas délicieux de connaître le plaisir croissant tendant vers son paroxysme plutôt qu’une bonne vieille cartouche dans les toilettes d’une boite. (je me suis peut-être un peu égaré dans ma dernière métaphore, non ?)

  1. dream of a dead sun
  2. tortured by solitude
  3. winterreise
  4. schmerzensschreie
  5. red snow
  6. stille
  7. hymn to eternal frost
  8. my dead bride
  9. escape

Chroniqueur

Darkantisthène

Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 276 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. fewz says:

    très bon disque. inégal mais très bon.

  2. ellestin says:

    autant j’avais été impressionné par ce que dégageait le mini précédent, autant l’album m’a donné l’impresion d’un recyclage moyennement heureux. Mais faudra que je retente ; avec les températures qu’on se tape en ce moment le déclic peut se produire.

  3. ZSK says:

    « La sortie du premier EP de Coldworld (en 2006) avait suscité un vif engouement dans le milieu du black dépressif au point que la galette était rapidement devenue sold out malgré une réédition » tu m’étonnes, l’original était limité à 50 exemplaires… et la réédition aussi!

  4. darkantisthene says:

    d’où mon « Bon évidemment on n’a pas affaire à des tirages pléthoriques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *