Orchid – Capricorn

Orchid

Du calice aux contours mordorés et rouillés par le sang bruni coule la sève qui établira le lien entre l’officiant et sa cérémonie. A poil, les duchesses aux peaux de velours et aux seins triomphants gisent au sol dans des fourrures fraichement dépecées, miaulant comme des chattes en chaleur qu’on ne les fasse pas languir plus longtemps. Le bouc s’occuppera d’elles une fois ce crâne fendu par la lame.

Orchid avait surpris son monde avec son petit EP qui développait en quelques titres la fureur d’une cylindrée qui pouvait monter assez aisément dans les graves. Pêchu, enjoué, le disque montait la vieille pierre comme le lierre grimpant et poussait comme sous l’effet d’un engrais dopant la plante sabbathienne pour une floraison accélérée, mais du genre bien consistante l’accélération, le genre de produit qui transforme ton hydroponique en datura si tu doses trop méchant. Forcément les sorciers d’Orchid ne sont pas allés chercher bien loin la prière du maître dont ils ont réécrit les saintes écritures pour l’occasion. Comme un constituant logique de leur acide désoxyribonucléique Orchid fait résonner sa musique avec ce qu’il est et ce qu’il respire, témoin privilégié de son affiliation avec le passé, c’est avec Capricorn son premier disque longue durée que le groupe vient esquisser sa nouvelle glyphe histoire de veiller à ce que l’aura de la paroisse DOOM ne faiblisse pas depuis le cuir de sa montagne.

Autant dire que ça tabasse, sil’EP avait pour lui cette frappe juvénile, ce côté siège à la catapulte rock’n’roll monté sur chassis pneumatique produisant un groove à toute épreuve, Capricorn tape direct dans le fumé avec un son lourd qui percute les culasses à chaque titre, riff mastocs, rythmique bullmastiff, sur « Black Funeral » l’impression de voir et entendre Iommi invoqué  dans le feu de Satan, apparaître dans un nuage de fumée pour venir poser les accords sur le titre qui a tout d’un classique ou encore de voir sous l’ombre d’ »Albatross » planer l’épée d’un « Planet Caravan » , les ailes de l’oiseau ressemblant plus à celle d’un Phénix tant l’affiliation apparait naturelle.

Incroyable force de frappe pour des morceaux carrés, taillés comme des patrons, se fondant dans l’Histoire du Doom avec cette malice avenante et cette production parfaite qui se gorge des effluves heavy pour restituer avec une chaleur bien mesurée l’aura de cette supernova se déplaçant aussi vite que l’idée sous opium, dans des mondes qui dépassent le simple concept de frontières et dont les contours flous rejaillissent sur la réalité, dans ses distortions les plus enclines à faire basculer la pensée dans un tunnel de verre, à en apprécier la puissance de saturation avec un bonheur tout ce qu’il y a de légitime et de progressif le groupe peut pondre des trucs comme « Electric father ».

Capricorn place un coup de corne décisif  dans la carrière d’Orchid, fucking classic shit.

http://www.youtube.com/watch?v=Ln-e2lQ4Lh4

GROUPES:
STYLE: ,

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • bbng-iiiAER | 25 octobre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Encore des protégés du dieu Gilles Peterson, BBNG c'est la nouvelle vague jazz ayant digéré la pop/le r&amp;B/ l'electro et le hip hop. On pourrait ajouter les australiens de Hiatus Kayote, Snarky Puppy (dans le style plus big bang) et les petits chouchous de Quincy Jones "Dirty Loops"…tout ça sous l'oeil des grands frè...
  • lonely the brave-the days warAER | 25 octobre 2014
    Lonely the Brave – The Day’s War
    Première partie de Deftones l'an dernier au zénith de Paris et une bonne partie du public s'en foutait alors que ce groupe sonne plutôt bien, il me fait penser à cette vague de groupe des années 2000 un post- hardcore et rock comme Hundred Reasons et Hell is for Heroes, je suis d'accord sur la voix entre Cold et Vedder (san...
  • slipknot-the-gray-chapter-newDrugzath | 21 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Enfin une tres bonne chronique sur cet album ,pas comme chez nos compères de VS Webzine ;--) .Je te rejoints en tout point sur ce que tu a mentionné .Pour ma part un bon album qui se lasse pas au fil des écoutes .
  • slipknot-the-gray-chapter-newkrakoukass | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci pour ton commentaire. ;) Loin de moi l'idée de proclamer que quiconque n'aime pas cet album est un abruti obtus (les personnes visées sont plutôt les couillons qui n'ont jamais aimé Slipknot -pour des raisons souvent basées sur des préjugés ou une haine du so called Nu Metal- et ont toujours craché sur le groupe, ...
  • slipknot-the-gray-chapter-newMths | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci de bien faire comprendre que quiconque n'aime pas cet album est un "rageux bas du front", ça fait toujours plaisir. Et si ce n'est pas le message que tu voulais faire passer, je t'invite cordialement à retravailler le début de ta chronique... Je trouve que, dans les titres qui ont été balancés sur le Web, il y a q...
  • fartbarf-dirtypowerRémi | 19 octobre 2014
    Fartbarf – Dirty Power
    masques, vocoder et Lap dance? merci au revoir.
  • occultation - silence in the ancestral houseIkea | 15 octobre 2014
    Occultation – Silence in the Ancestral House
    Sans aller jusqu'au coup de cœur, un très bon album. Tout à fait d'accord sur l'ambiance, très réussie, renvoyant aux films d'Argento, Fulci et consorts. Quant au côté Ghost... Il est présent mais Occultation est tellement plus raffiné, insidieux, que j'ai tendance à le mettre à-part. Clairement, un groupe qui montre ...
  • krieg-transientdarkantisthene | 13 octobre 2014
    Krieg – Transient
    très belle sortie, je suis moins fan de la "2ème" partie de l'album mais ça reste très intéressant dans le style.