Anopheli – A Hunger Rarely Sated

1 Commentaire      1 116
Style: post-doom-crust-screamo épique et mélancoliqueAnnee de sortie: 2014Label: Alerta AntifascistaProducteur: autoproduction

Tout jeune groupe partagé entre Grande-Bretagne et États-Unis (entre Londres et Oakland plus précisément), Anopheli comprend en son sein la crème du crust/doom (& more) de ces dernières années, à savoir des (ex et actuels) membres de Fall Of Efrafa, Light Bearer, Momentum, Carnist et Monuments Collapse.

Étant donné leur background, on peut dire qu’Anopheli ratisse large au niveau des influences, passant du postcore au screamo en passant par donc par le crust et le doom. Une optique peu éloignée de Fall Of Efrafa et de Light Bearer mais qui en prend quand même ses distances notamment au niveau des durées des morceaux, plus courts donc plus immédiats (malgré le caractère progressif qu’on retrouve, notamment pendant Rime, conclusion de 8 minutes ). Une différence qui se fait aussi au niveau du line-up: on retrouve en effet derrière le micro un duo masculin/féminin aux voix aussi complémentaires que rageuses (la demoiselle, au timbre proche de celui de la chanteuse d’Amber, officiant aussi à la basse). Rythmiquement aussi, Anopheli joue sur les contrastes, entre riffs massifs et cavalcades crust/punk épiques soutenues par un violoncelle du meilleur effet (dès The Embittered Living), rappelant les cultes Remains Of The Day.

Quasi omniprésent sur cet EP, ce violoncelle donne un réel impact mélancolique à la musique d’Anopheli, créant une atmosphère émotionnelle virant carrément au tragique (une atmosphère allant même parfois vers le céleste, comme lors de l’instrumental/acoustique Filia) tant celle-ci va de pair avec la tension émanant des parties crust.

Au final, A Hunger Rarely Sated se glisse dans la lignée des (anciens) groupes de ses membres. Alors certes, les paysages sonores, sales et crépusculaires, se développent peut-être un peu trop rapidement (sachant que chez Fall Of Efrafa, la durée typique d’un morceau dépasse le quart d’heure), mais le crust épique et mélodique d’Anopheli, se greffant à la puissance des riffs postcore dans un impressionnant maelstrom, marque les esprits. Une excellente découverte.

  1. The Embittered Living
  2. Incompetent Sires
  3. Forest Of The Genocides
  4. Filia
  5. Rime

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Commentaire

  1. Madrumo says:

    Vachement cool comme fusion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *