Funeral Mist – Hekatomb

Pas de commentaires      152
Style: Black MetalAnnee de sortie: 2018Label: NoEvDiAProducteur: Arioch

Viktoria (Marduk), Hekatomb (Funeral Mist). Deux albums sortis à quelques jours d’intervalle avec comme dénominateur commun l’immense Mortuus/Arioch en tant que frontman et chanteur. Et même plus que simple chanteur/frontman puisque Funeral Mist est SA chose, son projet qu’il mène de main de maître depuis plus de 20 ans (la sortie du premier EP, Devilry, datant de 1998) et sur lequel il prend en charge tous les instruments et la composition.

Mortuus (enfin Arioch) prend (malheureusement) son temps pour nous régaler de ces galettes de trve evil (orthodox) black metal. Après un Salvation qui l’a vu exploser en 2003 aux yeux des pandas de tout horizon, c’est en 2009 qu’il a sorti Maranatha. L’écart temporel avec le nouvel album s’est donc encore creusé, puisqu’il a failli patienter 9 ans avant de mettre enfin la main sur Hekatomb. Et la seule déception en vue sera uniquement à trouver du côté de sa durée puisque l’album ne dure malheureusement que 42 minutes, ce qui en fait l’album le plus court parmi les 3 sortis par Funeral Mist. Mais ce qu’on perd en durée est largement compensé par la qualité proprement immense de cette nouvelle livraison, à nos yeux la plus jouissive et réussie de tout ce qu’a sorti le sudéois à ce jour.

Hekatomb s’éloigne de son prédécesseur plus rampant, lourd et vicieux, en se présentant sous un aspect beaucoup plus frondeur. En cela il se rapproche donc de Salvation plutôt que de Maranatha, tout en étant aussi plus digeste que le premier. La production y est certainement pour beaucoup, rendant la musique du suédois plus claire et lisible, ce qui permet de profiter parfaitement de la puissance de ces compositions mais aussi de celle de ses vocaux toujours aussi possédés et monumentaux. Point commun avec les œuvres précédentes, on retrouve une fois encore cette ambiance religieuse (maintenant la filiation orthodoxe), toujours avec parcimonie, comme avec ces chants religieux sur « Naught but Death » ou ailleurs d’autres samples de chants ou cris/voix, qui contribuent toujours à imprégner l’oeuvre de cette ambiance mystico-poisseuse. Comme je l’écrivais dans la chronique de Viktoria, Arioch me semble être l’un, si ce n’est le meilleur chanteur de black metal en activité. Il représente vraiment l’incarnation du mal absolu, de toute l’horreur du monde, et son chant qu’il soit hurlé ou dégobillé, permet de faire passer les plus sinistres émotions au premier rang desquelles la haine évidemment.

8 titres, rien à jeter, tout à hurler, mais si l’on devait mettre en avant un morceau, ce serait certainement « Cockatrice », énormissime avec notamment le recours subtil à un synthétiseur utilisé dans le même esprit que ce que pouvait proposer Lunar Aurora afin d’installer une atmosphère évocatrice.

Mais le reste est également énorme croyez-moi, l’album s’écoute sans pause, on se laisse emporter dans le tourbillon de haine dépeint avec toute la conviction requise par un Arioch toujours aussi transcendé. Le seul bémol (outre la durée déjà évoquée, mais qui a aussi du bon, contribuant finalement grandement au côté digeste d’Hekatomb) est peut-être à trouver dans une pochette moins marquante que les précédentes (même si celle de Maranatha était assez dégueulasse) avec ce visuel esprit Blairwitch/Evil Dead. Ce n’est clairement pas ça qui nous empêchera de profiter du meilleur album de black metal de l’année 2018…

Tracklist :
01 – In Nomine Domini
02 – Naught but Death
03 – Shedding Skin
04 – Cockatrice
05 – Metamorphosis
06 – Within the Without
07 – Hosanna
08 – Pallor Mortis

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 831 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *