Loathe – I Let it In and it Took Everything

Pas de commentaires      6 087
Style: Metal HybrideAnnee de sortie: 2020Label: Sharptone Records / Nuclear Blast

Bon… Les pochettes d’albums de Loathe ne sont décidément pas ce qu’ils font de mieux, voilà sans doute l’enseignement à retenir du premier contact avec ce nouvel album du groupe de Liverpool. Heureusement, un autre enseignement prend bien vite le dessus : la musique des anglais est toujours aussi bestiale et jouissive à la fois.

Le groupe poursuit sur la lancée de son excellent premier album et accentue encore les traits de son style, se faisant encore plus agressif et implacable quand il l’est mais en plus efficace (« Broven Vision Rhythm » –> la torgnole en 2min35 ou « New Faces in the Dark » qui laisse quand même respirer avec un refrain aérien), et par ailleurs encore plus mélodique quand il est mélodique. A ce titre le refrain lumineux de « Aggressive Evolution » sera la première illustration, suivie de près par le splendide « Two-Way Mirror » qui permet encore d’apprécier la beauté du chant de Kadeem France, plus que jamais proche de celui de Chino Moreno (de même sur ce chant susurré sur « Screaming »). Le magnifique « Is it Really You » reprend aussi ce schéma un peu plus loin sur l’album (avec même quelques secondes de guitare sèche à la fin du titre) permettant de mesurer encore une fois les progrès vocaux accomplis depuis 2017 (même si le garçon était déjà plus que compétent sur The Cold Sun). Musicalement le groupe en profite pour développer un versant plus rock qu’on peut entendre sur « A Sad Cartoon » qui m’a presque fait penser, outre à Deftones encore, également à My Vitriol dans les intonations vocales et ce coté aérien parfois presque proche du shoegaze.

En parallèle, le groupe continue de capitaliser aussi sur sa capacité à installer des ambiances inquiétantes et industrialo/urbaines, avec des passages atmosphériques ou ambiants toujours aussi réussis (les interludes « 451 Days », « A Sad Cartoon (Reprise) », ou le démarrage de « Red Room », titre qui vire presque Slipknotien).

Ce que Loathe fait peut-être encore mieux qu’avant, c’est marier ces différentes approches, l’approche brutale et l’approche mélodique de même que l’approche atmosphérique, comme en atteste le monstrueux « Screaming » beau et laid à la fois mais ô combien fascinant. De même « Is it Really You » se termine-t-il par un passage atmosphérique avant d’embrayer sur l’assaut ultra bourrin et presque industriel de « Gored » sur lequel ressurgissent les grosses rythmiques djent écrasantes (un peu moins présentes au global sur ce nouvel album sans que cela apparaisse comme un problème) et qui déboule sur un « Heavy is the Head that Falls with the Weight of a Thousand Thoughts » qui porte bien son nom tant il est peut-être le point culminant de la part violente du groupe (à l’exception du final en forme de ritournelle), sur lequel Kadeem s’époumone et éructe à en perdre ses cordes vocales.

I Let it In and it Took Everything est fascinant et encore plus abouti que son déjà excellent prédécesseur, concrétisant sans aucun doute les espoirs que ceux qui ont découvert le groupe il y a plusieurs années avaient probablement placés en lui.

En attendant le nouveau Code Orange qui déboulera en mars et peut-être un nouveau Vein, Loathe fait déjà figure de prétendant au trône 2020 dans son domaine.

Tracklist :
1 – Theme
2 – Aggressive Evolution
3 – Broven Vision Rhythm
4 – Two-Way Mirror
5 – 451 Days
6 – New Faces in the Dark
7 – Red Room
8 – Screaming
9 – Is It Really You
10 – Gored
11 – Heavy is the Head that Falls with the Weight of a Thousand Thoughts
12 – A Sad Cartoon
13 – A Sad Cartoon (Reprise)
14 – I Let it In and it Took Everything

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 930 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *