Pas Grand-Chose – Le Blog de Canard (pub inside!)

Pas de commentaires      1 464
Annee de sortie: 2013

« Hell-oh,

Les pochettes, voilà encore un autre truc qu’Internet a un peu tué. Désormais, avouez qu’on zappe un peu plus dessus, non ? Pour beaucoup, ce sont bien souvent de « simples » jpeg qui accompagnent un fichier… L’achat à l’aveugle s’étant ipso facto raréfié, on ne les découvre plus non plus, on ne prend plus le temps de les détailler, de les contempler en écoutant pour la première fois l’album. Et c’est bien dommage.

Si pour beaucoup de groupes, il ne s’agit là que d’un simple détail ; dans le cas d’Iron Maiden on atteint une part du fondement même du groupe. Iron Maiden est avant tout une imagerie. Eddie bien sûr, mais pas que. Rien que le nom du groupe, ces mots – Iron Maiden – en référence à un instrument de torture. Le décor est planté, en enfer directement.

Là où la plupart des groupes se sont contentés d’être simplement évocateurs, à l’aube des années 80s, Iron Maiden mettait le paquet et ne laissait pas de place au doute. Ce Heavy Metal-là n’était pas pour les fillettes. Évidemment, en 2014, le propos peut sembler désuet (surtout après le passage sanglant du Thrash mais surtout du jusqu’au-boutisme de l’Extrême), mais en 1981 avec Killers, Iron Maiden faisait peur. Et le Live After Death saisissait n’importe quel hardos au visage ( lien).

Pour que « cela » fonctionne, il fallait des pochettes – des vraies –qu’on découvre en même temps que la musique emplit votre chambre. Alors Iron Maiden prenait une autre consistance, revêtait un autre sens. Et on se piquait de chercher le moindre détail, on s’amusait à trouver les références (le summum en la matière est sans doute la pochette de Somewhere in Time) tandis que les riffs nous pénétraient un peu mieux.

Bref, comme tout groupe du passé, Iron Maiden ne peut vraiment se comprendre et être appréhender sans un peu de ce décorum, de cette époque où les albums ne pouvaient pas être téléchargés mais se « méritaient » davantage.
Si la qualité de la musique d’Iron Maiden permet de faire la jonction entre les papas d’hier et les jeunes d’aujourd’hui, les plus grisonnants des fans de la Vierge de Fer l’aiment sans doute un peu plus fort parce qu’ils ont pour la plupart rêvasser (et greloter) sur Seventh Son… avec la pochette sur les genoux.

Mon premier papier sur Iron Maiden pour Pas Grand-chose DEVAIT traiter avant tout de cette imagerie qui minot m’a tant marqué. »

Partie 1 : ici

Partie 2 : RDV le 14/01

Partie 3 : RDV le 23/01

Signé : Canard

>>> Ce billet est un petit coup de promo pour un blog (Les chroniques d’un pas grand-chose) qui nous fait bien rire et s’inscrit dans le cadre de nos collaborations.

Equipe Eklektik

Chroniqueur

Equipe Eklektik

Eklektik est un webzine francophone sur les musiques à guitares saturées et autres musiques actuelles créé en mars 2004.

Equipe Eklektik a écrit 38 articles sur Eklektik.

Up Next

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *