Wesenwille – II: A Material God

Pas de commentaires      106
Style: black metalAnnee de sortie: 2021Label: Les Acteurs de L'Ombre Productions

Duo néerlandais composé du chanteur/guitariste Ruben Schmidt (Verval, Apotelesma entre autres) et du batteur David Schermann (aussi connu sous le pseudo Valr chez Weltschmerz ou en live chez Verwoed ou Glorior Belli), Wesenwille sort avec ce II: A Material God son second album (le premier éponyme étant sorti en 2018 chez Redefining Darkness). Officiant dans un black metal plutôt ouvert, on trouve sur ce nouvel album un bel assemblage d’influences tant dans le black traditionnel que dans les groupes plus modernes.

Ainsi les dissonances vont bon train sur ce nouvel album, Wesenwille nous plaçant dès les premières mesures de « The Descent » en pleine tornade aussi chaotique que pesante. Cependant, le duo ne cherche pas qu’à nous faire suffoquer, ce qui nous était pourtant promis vu le nom de « Opulent Black Smog », où l’on trouve finalement des sources d’air grâce à un jeu de guitare très subtil (oscillant entre arpèges plutôt mélancoliques, soli inspirés et cavalcades déchaînées) entre deux déflagrations sonores polluées.

Une pollution qui semble bien obstruer toute source lumineuse le reste de ce second opus, déversant une atmosphère étouffante comme si l’on se trouvait à côté d’une usine à charbon de laquelle les fumées noires enveloppant ces rues presque désertes viendraient constamment nous prendre à la gorge. Signifiant cet aspect, on a là pas mal de moments rappelant Deathspell Omega ou bien leurs illustres compatriotes de Dodecahedron, par cette faculté à distordre l’environnement (« Inertia », « A Material God »), mais Wesenwille fissure parfois légèrement ces murs oppressants afin de laisser percer une lueur de mélancolie, une forme d’introspection contrebalançant l’agressivité de l’ensemble (« Ritual », plus proche du post metal).

Complexe mais toutefois empli de mélodies émotionnelles, II: A Material God nous plonge dans un univers post-industriel aussi violent que désespéré. Un album éprouvant mais fascinant.

  1. The Descent
  2. Opulent Black Smog
  3. Burial Ad Sanctos
  4. Inertia
  5. Ritual
  6. A Material God
  7. Ruin
  8. The Introversion Of Sacrifice

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *