Nicolas Cage Fighter – The Bones That Grew From Pain

Pas de commentaires      114
Style: metal/hardcoreAnnee de sortie: 2022Label: Metal Blade Records/Blacklight Media

Avouons-le tout de suite, sans un tel jeu de mots pour patronyme, je ne me serais jamais penché sur Nicolas Cage Fighter (enfin cela n’égale tout de même pas nos Tina Turner Fraiseur !). Pourtant derrière ce nom prêtant à rire, ces australiens n’ont pas du tout envie de rigoler ! Pour son premier album (sortant conjointement sur Metal Blade Records et Blacklight Media), le quartet de Ballarat entend mettre au goût du jour le hardcore metal des 90’s avec quelques lichettes de death metal.

Les trente-sept minutes de The Bones That Grew From Pain sont aussi brutales qu’énergiques, Nicolas Cage Fighter sortant les biscotos pour nous claquer la gueule à coup de gros breakdowns et de riffs groovy bien imposants. Surmontés d’un vocaliste ultra agressif qui alterne aboiements enragés, cris et quelques growls plus profonds (« Heretic’s Vow », titre le plus orienté death nous gratifiera même de quelques pigsqueals), ces dix titres évoquent un Hatebreed (période Perseverance) qui irait parfois du côté d’un Malevolence avec quelques touches deathcore (heureusement sans les effets de prod trop appuyés).

En résulte un album blindé d’agressivité mais non dénué de points d’accroche (les trémolos fatals de « Foundation » par exemple). Sans rien révolutionner, les australiens nous proposent ici un bon gros défouloir, certes rapidement oubliable mais bien plaisant sur le moment !

  1. Grey Eye
  2. Shrine Of Wire
  3. Coughing Nails
  4. Static Abyss
  5. The Bones That Grew From Pain
  6. Weeping Sores
  7. Compound And Fracture
  8. Foundation
  9. Heretic’s Vow
  10. A Great Ruinous Deed

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.