Nokturnal Mortum – Weltanschauung

5 Commentaires      1 449
Style: black folkAnnee de sortie: 2005Label: No Colours Records

« Conception du monde », tout un programme quand on connaît les idées de Vargoth : le leader ultra charismatique du plus controversé groupe de Black NS des pays de l’Est, véritable moteur de l’évolution actuelle de la scène ukrainienne. Je ne referais pas de topo sur les idéos, je pense qu’en lisant la chronique de Drudkh vous avez pu comprendre ma vision de la chose, ici on parlera encore une fois musique.

Le voilà donc le successeur au fabuleux Nechrist et au mini The taste of victory annonciateur d’un changement de direction dans la musique du groupe. Dire que Nechrist aura été pour moi un véritable choc serait un euphémisme tant ce disque a été une œuvre majeure dans mon évolution musical. Une puissance et une haine rarement aussi bien exprimées dans un disque de black métal, et ce, malgré des divergences politiques très claires entre le sieur Vargoth et moi.
The taste of victory annonçait quant a lui un virage dans la carrière du groupe. Exit Munruthel, l’emblématique batteur du groupe, et passage à une musique résolument moins violente et beaucoup plus folk. Beaucoup ont d’ailleurs été choqués par ce changement radical et redoutaient l’album à venir. Le voici, et autant annoncer la couleur tout de suite, le virage est confirmé.

Bizarrement ce nouvel album commence comme le précédent, la même « mélodie » complètement fausse à la trompette. NM a manifestement décidé de s’en servir comme marque de fabrique. En revanche dès « I feel the breath of ragnarok » il n’y a plus de doutes possible, c’est bien à un nouveau NM que nous avons affaire.

La production, bien que suivant le modèle de la scène ukrainienne, est beaucoup plus propre, les cotés folk bien plus appuyés (à 4 min 15 cette espèce de musique traditionnelle médiévale au violon bientôt rejointe par la guitare est tout simplement énorme). La voix de Vargoth perd de sa violence et de sa haine et passe à un chant plus modéré, même à la limite du black. Donc aucun doute possible, si on cherche un Nechrist 2 on va être très déçu.

Pendant qu’on parle de la voix tiens, précisons qu’après un Nechrist et un The Taste of Victory chanté en russe, le sieur Vargoth re-adopte la langue de Shakespeare pour son chant. Et je dois dire que je ne suis pas du tout pour ce changement bien que suivant une démarche tout à fait logique de son géniteur. Le chant en russe de Nechrist renforçait son côté sombre, nihiliste. Ici le chant en anglais fait perdre cette ultra-violence qui fait globalement la marque de ce nouvel album. Ce fait est d’autant plus frappant que l’album contient les morceaux de The Taste of Victory remaniés et chantés en anglais. Je suis bien obligé de constater que je trouve le résultat moins original que par le passé.

Sur la composition même de l’album, celui-ci se compose de 14 morceaux dont la moitié sont des instrumentaux. En gros le schéma, 1 morceau, 1 transition est respecté du début à la fin et bien que cela paraisse surprenant pour un groupe comme NM : 1/ je trouve le résultat très convaincant, les instrumentales étant assez superbe (« Sorrow of native lands » par exemple et sa mélodie à la flûte envoûtante). 2/ Cette construction paraît une fois de plus logique par rapport au reste de l’album.

Cependant, je ne peux m’empêcher de penser que ça fait un peu remplissage de temps que de rajouter un morceau sur deux instrumental.
Bien qu’on pouvait s’y attendre, ce nouveau NM est donc assez surprenant et pourra dérouter l’auditeur ayant sauté l’étape The Taste of Victory. Malgré tout je ne saurais que trop conseiller ce disque, car, en dépit d’un changement de cap assez radical, le résultat reste excellent, moins que Nechrist mais excellent tout de même.

Une fois encore cependant je ne peux m’empecher de conclure en précisant que ce genre de groupe s’adresse à un public averti, conscient du message qui est vehiculé dans ces albums. L’ensemble de la rédaction d’Eklektik ne cautionne pas le message véhiculé par Vargoth mais dans un souci d’ecclectisme, il ne faut pas faire l’impasse sur ce genre d’albums en raison des qualités musiclaes certaines qu’il recèle.

  1. the path of immortals
  2. i feel the breath of ragnarok
  3. stardust
  4. weltanschauung
  5. sorrow of native lands
  6. hailed be the heroes
  7. the dance of fire and steel
  8. the new era of swords
  9. endless vast swamps
  10. the knots upon the thread of fate
  11. harvesting the seeds of death
  12. the taste of victory
  13. the way of glory
  14. untitled track
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. neurotool says:

    Au risque de passer pour un gaucho bas du front( on m’a déjà fait cette remarque…quelle rigolade!), je ne suis pas tout à fait sûr que ce genre de groupe n’est pas besoin d’impasse justement…quelqu’en soit la qualité musical.
    somme toute je ne souhaite pas lever un débat stéril maintes fois développé dans différents forums. J’indique juste mon point de vue.

  2. krakoukass Krakoukass says:

    Ouais je comprends ton point de vue Neuro, personnellement je recommande si on est tenté, de télécharger leur musique et de boycotter les cds pour éviter de filer de la thune à des gens aussi douteux.

  3. Keyser Söse says:

    Je viens apporter mon soutien à Dah-Neir: je ne vois pas le mal de chroniquer ce genre de groupes. Perso je n’aime pas le black donc ça ne m’intéresse pas mais au niveau des idéaux ça fait partie de la liberté d’expression si les mecs sont néo-nazis ça ne me pose aucun problème, pas plus que les anti-capitalistes ou n’importe quel autre courant. Chacun a ses opinions, inutile de polimiquer, tu as donc raison de ne parler que de la musique.

  4. Monster says:

    En tout cas moi je l’apprecie beaucoup ce nouveau NM. C’est sûr que c’est bien different de NeChrist, beaucoup moins extrême, mais ce changement de direction me plait beaucoup. Un NeChrist 2 aurait été trop telephoné après 5 ans d’attente et puis perso je ne pense pas qu’un 2ème NeChrist m’aurait plut. Au moins le groupe ne se repête pas et evolue, il n’a d’ailleurs jamais été aussi folk…
    Je regrette cependant que certains morceaux trainent un peu en longueur…

  5. dah-neir says:

    J’ajoute a ma chronique le fait que l’album est sorti en version chanté en russe, ce qui gomme une partie des critiques formulées a l’encontre de ce disque. A preferer donc, par rapport à la version anglaise, moins exotique….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *