Neuraxis – Trilateral Progression

5 Commentaires      1 326
Style: death metalAnnee de sortie: 2005Label: Willowtip Records

Neuraxis… L’ultime état avant la folie, où l’on devient l’esclave de pulsions implacables. Voilà bien le genre de coquetteries que j’aime retrouver dans le nom d’un groupe de death. A mis chemin entre la neurologie, la science fiction, les délires cinématographique à la Cronenberg et les enfantillages pseudo effrayants. J’aime ! Mon goût pour le death gore et sanguinolents ayant viré aussi vite que mes boutons pré pubères…

Et de puberté il n’est ici aucunement question avec Neuraxis ! Depuis 1994, qu’il officie sur la scène québécoise, ce quatrième album qui fait suite à un Truth Beyond ayant largement marqué les esprits des aficionados du style, affirme un groupe dans la force de l’âge, fier, puissant, et incontournable. Toute proportion gardée vis-à-vis de leurs fiers aînés de la scène death et pour se démarquer d’une apathie généralisée, Neuraxis inscrit son death aux confins du brutal death et d’un trash surpuissant sans pour autant négliger les ambiances et la mélodie. Malstrom assez rare pour être pointé mais surtout malstrom superbe et incandescent.

Là où Anata et un album tel que The Infernal Depths of Hatred se veut être la parfaite alliance du death suédois (comprenez un rien « mélodique ») et du death US (brutal et sans concession) – essai certes réussi si on omet le vautrage dans une technicité outrancière et vulgaire – Neuraxis possède cette parfaite maîtrise de la technicité qui lui permet de s’affranchir de certaines codifications, d’un écueil démonstratif, et finalement d’affirmer de réelles qualités de compositions. Et c’est ce qui fait toute la force de Neuraxis. L’album n’est en rien monolithique, compacte et finalement lassant. Il évolue entre brutalité implacable, feeling progressif, breaks mélodiques, calmes assourdissants et rampants pour mieux vous chopper à la gorge avec ses richesses rythmiques, ses soli aussi saisissants qu’inattendus et ce chant surpuissant certes guttural, dense et surpuissant mais naviguant avec une facilité déconcertante au cœur de modulations d’une profondeur abyssale. Néanmoins la présence au chant d’invités tels que Patrick Loisel (Augury), Alex Erian (Despised Icon), Jason Netherton (Misery Index) ou Guillaume Audet (Nefastus Dies) renforce ce sentiment de variation dans le chant.

Si vous ajoutez à cette équipe de choc, un producteur tel que Yannick St-Amand (producteur entre autre de Beneath the Massacre/ Ion Dissonance/ Martyr… et guitariste chez Despised Icon), on obtient un album au son clair et puissant, parfait allié de compositions magistrales dans l’expression d’une brutalité et d’une folie ineffable et pulsionnelle. La scène death québécoise possède encore de beaux jours devant elle, malgré un Cryptopsy à la dernière livraison un peu lassante… Neuraxis saura convaincre !

  1. introspect
  2. clarity
  3. thought adjuster
  4. shatter the wisdom
  5. monitoring the mind
  6. a curative struggle
  7. chamber of gaurdians
  8. caricature
  9. axioms
  10. the apex
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. Julien says:

    Il dépote cet album ! Très sympa et je trouve leur style plutôt « original »….

  2. Marc says:

    Gros fan du précédent (et des deux premiers), pas assez creusé, mais ça risque de le faire je pense

  3. cava76 says:

    Oui très bon , dans le même style on a le dernier CRITERION qui donne pas mal

  4. shaq says:

    Yes ! voila un bon album de Death, pile poil bien calibré entre brutalité et technique, au service de compos bien senties. Miam !

  5. Vinceroom7 says:

    Farpaitement, de la technique sans le côté démonstratif lourdingue. Une vraie baffe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *