Monochrome – Eclat

8 Commentaires      1 404
Style: indie rock/popAnnee de sortie: 2006Label: Sticksister

Autant le dire d’entrée: je ne connaissais ABSOLUMENT PAS Monochrome avant cet album, ni de nom, ni de réputation, ni même vaguement… Le groupe est pourtant présent sur la scène allemande et européenne depuis une dizaine d’années. Il a malheureusement souffert de moult changements de line-up; ceci expliquant celà.

Comment décrire Monochrome à ceux qui, comme moi, ignorent tout du groupe unicolore? Pour le dire simplement: c’est entraînant, mélodique, frais, revigorant. Les mélodies accrochent sans être mielleuses, fades ou redondantes. Le duo de voix mixte, un gros atout du groupe, charme sans mal.
Entre la voix délicieusement écorchée (et un tantinet fausse) de Marc
Calmbach et le joli brin de voix de Kathrin Hahner (et d’une certaine Liza Von Billerbeck semble-t-il), on ne sait où donner de l’oreille mais on est forcément comblé. Le chant marque également par son cosmopolitisme. En effet, le groupe s’exprime en allemand, en anglais et n’hésite pas à employer quelques mots de français comme sur le reposant « amuse-bouche ».

Les riffs, servis par un jeu de guitare inventif, s’enchaînent sans aucun mal. Les coups de poignets s’affolent, les lignes mélodiques s’embrassent. De son côté la section rythmique n’est pas en reste et assure ses parties sans faillir. Si vous enrobez le tout dans une production à la fois honnête et « cheap » (dans le sens « pas surproduit ») vous obtenez une très chouette brochette de douze titres dans des registres allant de la ballade à la bourrasque vivifiante. Oui car je tiens à souligner la justesse imparable de la production à la fois chaude et un brin « sale ». Pour ce qui est de la « chouette brochette de douze titres », je pourrais même dire sans trop m’avancer qu’on a dans le lot une majorité écrasante de tubes en puissance (mais pour l’exercice prenons juste par exemple : « Zweibruch », « Gegenstück »
et « Kosmodrom »).

S’il vous manquait un disque pour partir en vacances ou pour vous aider à faire passer la chaleur du bureau en cette période estivale, c’est à tous les coups CE disque qu’il vous faut.

Encore une très bonne surprise discographique de 2006: un groupe polyglotte et marquant, équipé de duos de voix du plus bel effet, de mélodies entêtantes et de chansons belles et efficaces.

  1. zweibruch
  2. series of catastrophes and celebration
  3. gegenstück
  4. every once a while
  5. accidents & incidents
  6. souvenir of a sentimental non-event
  7. kopfüberkreuz
  8. amuse-bouche
  9. ecart (les murs on la parole)
  10. who me?
  11. prim
  12. kosmodrom

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

8 Commentaires

  1. Julien says:

    Les voix sont sympa, et c’est frais ! Faut voir l’album entier !

  2. Angrom Angrom says:

    En effet ca se laisse écouter , même si la durée de l’extrait proposée est trop courte pour se faire une vraie idée …

  3. Julien says:

    Tiens, un autre extrait, complet cette fois, ici : http://www.paranoidrecords.net/mp3/Monochrome_01_Zweibruch.mp3
    Ca rentre bien dans le crane au bout de 3 ou 4 ecoutes !

  4. mordom says:

    Après lécture de la cro je me suis dit… mmm pourquoi pas ! Mais après écoute non c’est pas pour moi en tout les ka !

  5. fewz says:

    ouais après 3-4 écoutes c’est fini… c’est dans la tête! moi c’est simple ça ne me lache plus.

  6. Marc says:

    Pareil! j’ai monstrueusement accroché sur ce disque! A mi chemin entre une certaine tension toute Fugazienne et des envolées plus légères, franchement superbe. Un achat indispensable de 2006 à mon humble avis. J’aurais carrément pété le 18/20 pour ça.
    ps: le packaging est superbe, sobre et classe. Merci Paranoid records en tout cas!

  7. Got says:

    une ambiance a la dredg,vraiment sympa

  8. Emil says:

    Quelqu’un a dit une ambiance à la dredg… Si vous pouvez, écoutez « series of catastrophes and celebration » de Monochrome et Dredg – « Ode to the sun » sur l’album catch without arms PTDR le refrain c’est le même ! même rythmique même plan !
    La chanson Gegenstuck est tout simplement géniale (mix, structure…) , et je trouve, pour revenir à dredg, l’album de Monochrome largement supérieur, mais bon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *