Middian – Age Eternal

4 Commentaires      1 243
Style: sludge/doom cosmiqueAnnee de sortie: 2007Label: Metal Blade

YOB a eu un impact considérable sur la scène doom psyché/cosmique et en l’espace de 4 albums a su imposer sa marque de fabrique dans un genre pourtant balisé. C’est là tout le mérite qu’avait cette formation, ainsi qu’un talent de composition évidemment indéniable. Alors dire que les amateurs de l’ex-groupe de Mike Scheidt attendait de pied ferme l’album de sa nouvelle formation, Middian, tenait de l’euphémisme.
Sans chercher à veritablement se démarquer de ses précédents travaux, le Monsieur développe avec son nouveau projet une sorte de continuité tout en proposant quelques nouveautés, aussi subtiles et peu cernables au premier abord soient-elles. En effet si la rhytmique et les riffs plombés font immanquablement penser à vous-savez-qui, une dynamique plus prononcée et une musique relativement plus nuancée sont à l’ordre des nouvelles perspectives que le trio a souhaité apporter pour la confection de la prmière pierre à l’eddifice du groupe.
La production est peut-être un poil plus crasseuse que sur n’importe quel album de YOB, mais l’on se trouve tout de même là en terrain connu, et on est surpris d’entendre sur certains morceaux un apport plus mélodique et moins dissonant que d’antan. J’irais même jusqu’à dire que c’est la principale différence entre les 2 groupes, ainsi que par ce qu’apporte la dynamique (un peu plus rapide et diversifiée).

En résumé, là où YOB hypnotisait par ses longues plages lourdes et ambiancées – cosmiques dirons-nous – , Middian, tout en gradant ces aspects, sait se montrer plus agressif et varié. En atteste le titre eponyme, certainement le plus représentatif de la description et par là même le plus interessant des 5 titres. « Sink to the center », le dernier titre, fait place à un mur de son d’une lourdeur assomante (dooooom !) par ses charges lentes (imaginez la course d’un troupeau de mammouths…au ralenti s’entend) et ses cris proches des growls death métal, ce titre clot l’album de façon radicale, c’est le moins que l’on puisse dire. Les 4 compositons précédentes sont plus accessibles, dans le sens qu’elles font preuve de plus de variations par leurs changements de rhytme fréquents et les mélodies psychédéliques se faisant aussi rares que bien enties.
Le chant de Scheidt est toujours aussi particulier avec cette alternance du beuglment façon death métal (ou presque), les cris percants façon étrippement de chat et enfin dans un registre plus clair, façon traitement à l’hélium. A noter que le chant clair est particulièrement inspiré, à l’image de « Age eternal » une fois encore.

Middian débarque avec un album imposant et très réussi qui dans le futur aura pour mission de se démarquer quelque peu de l’influence encore trop grande du passé, trop récent peut-être, de Scheidt s’il veut être pris comme non pas comme une suite logique, bien que de grande qualité j’insite, mais comme une entité à part entière. En attendant, les fans de YOB savoureront !

  1. dreamless eye
  2. the blood of icons
  3. age eternal
  4. the celebrant
  5. sink to the center
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. Faya says:

    Rien à ajouter, je suis conquis par cet album ! Ce type a une inspiration (et une voix ! ) hors du commun. J’ai vraiment envie de voir ca en live.

  2. kollapse says:

    J’avais mis « yeah » pour note, mais bon… (quota à respecter peut-être…)

  3. kollapse says:

    ahhh voilà qui est mieux :-)

  4. kaos says:

    album parfait!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *