Korn – Untitled

22 Commentaires      2 364
Style: neo metalAnnee de sortie: 2007Label: Virgin Records

Revoilà les vilains KoRn, un groupe qu’il est décidément devenu très en vogue (et très facile) de critiquer à foison.
Oui ce sont des sales vendus au Dieu $, oui ils se la pètent Rock Stars, oui ils ont refusé de jouer sous la pluie dans les conditions douteuses que l’on sait, lors de la dernière édition du Hellfest…
Reste qu’ils sont toujours là et bien là, malgré le départ de Head « j’ai vu Jésus dans mon bol de benco » et plus récemment le hiatus annoncé par David Silveria, batteur du groupe, qui est donc remplacé pour l’enregistrement de ce nouvel album. L’intérim a été assuré par de la guest star de choix : puisque Terry Bozzio (doit-on présenter ce grand monsieur de 57 ans maintenant, qui a joué entre autres avec Franck Zappa, Steve Vai, Billy Idol, ou plus récemment avec Fantomas en remplacement de Dave Lombardo ?? Oui ? C’est fait alors !), et Brooks Wackerman (Bad Religion) ainsi que Jonathan Davis lui-même (pour seulement 2 titres) se partagent le kit de batterie.

Et bonne nouvelle, on (enfin, « ils ») va pouvoir s’en donner à cœur joie pour leur tomber dessus et les critiquer, car ce nouvel album va encore donner beaucoup de grain à moudre à leurs détracteurs.

Contrairement à ce que peuvent faire croire le (très bon) premier single « Evolution » qui ne semble pas très différent de ce qu’a fait le groupe par le passé, ainsi que le début du non moins réussi « Hold On » qui rappelle carrément « Got The Life », KoRn ne revient pas à ses amours passées, mais continue au contraire à expérimenter et à tracer sa route, s’éloignant toujours davantage du néo-métal dont il est pourtant clairement l’icône absolue.
Comme pour son prédécesseur, si l’on devait rapprocher cet album d’un autre de la discographie du groupe, ce serait certainement de Untouchables, ne serait-ce que dans le tempo plutôt lent (mid), le côté sombre, et l’agressivité relativement mise de côté. La production, massive et assez saturée, peut également rappeler une nouvelle fois la période Issues.
Au-delà de ces redites dans les comparaisons et sans se départir d’un côté grand public que KoRn semble maintenant bien assumer, Untitled marque aussi l’apparition de nouvelles sonorités et expérimentations. Il y a d’abord un côté non plus seulement gothique mais par moment bizarroïde, un peu décalé voire déjanté même, dans l’ambiance du disque, et les vocaux de Davis variant de la voix profonde et agressive à la voix nasillarde dont il a le secret, apparaissent en parfaite adéquation avec cette ambiance de la même façon que le piano qui s’incruste désormais régulièrement (« Kiss », « Do What They Say »…) dans les compos du groupe, même s’il le fait encore avec une certaine discrétion.
Ce côté déjanté, différent, est certainement à aller chercher du côté des sonorités indus qui investissent pour le coup massivement l’opus. Ca commence avec « Bitch We Got A Problem », qui aussi moyen qu’il se révèle être, est un morceau qui évoque énormément Nine Inch Nails (plutôt les derniers albums), et ce dès son démarrage. « Do What They Say » en remet une couche avec ses sonorités mécaniques bizarroïdes, idem pour le très réussi « Innocent Bystander » qui mélange à merveille les sonorités indus agressives et les couplets plus lyriques.

La pochette de l’album et les différentes illustrations intérieures apparaissent donc complètement en adéquation avec l’univers que semble dépeindre ce Untitled. Un univers quasi Burtonien, sombre, fantaisiste, intriguant et un peu fou, dans lequel l’organique se mélange au mécanique. De nombreux titres illustrent cette dualité : « Killing » par exemple avec ses sonorités dissonantes ponctuées de passages plus aériens et calmes cédant subitement le pas à des passages où Davis va jusqu’à jouer de sa voix death. Idem pour le quasiment baroque « Hushabye », surprenante ritournelle aux refrains très grandiloquents (ambiance cabaret ??), ou le très bon final « I Will Protect You » qui donne l’occasion à Terry Bozzio, de se (et de nous) faire bien plaisir, et qui marque également par la présence de ces chœurs aériens sur le refrain. Parlons-en quelques instants de la participation de Bozzio. N’en déplaise aux fans de Silveria, il est clair que Bozzio apporte vraiment un groove et une touche particulière aux compos de l’album sur lesquelles il a posé ses baguettes. Sa participation sur « Starting Over » ou « I Will Protect You » donc, se révèle être une grande réussite de l’album et si l’on en vient du coup à ne pas regretter du tout que Silveria ait décidé de prendre cette année sabbatique, on déplore au final que Bozzio n’ait pas assuré l’intérim sur la totalité des titres (même si c’est lui qui est le plus présent puisqu’il est aux commandes sur 7 titres).

Album surprenant mais néanmoins assez pop (donc accessible) dans l’esprit, Untitled ne détrônera certainement pas les meilleures réalisations du groupe, mais il est désormais complètement impossible (sauf à faire preuve d’une mauvaise foi hypertrophiée) d’accuser le groupe de se répéter et de se reposer sur sa gloire passée. KoRn tente des choses, expérimente, ça marche parfois très bien (l’album contient son lot de bons titres : « Evolution », « Hold On », « Innocent Bystander », « I Will Protect You »…) parfois un peu moins (« Bitch We Got A Problem », « Ever Be », « Killing »), mais la remise en question (déjà entamée sur See You On The Other Side) est là et bien là, et mérite d’être saluée.
Qu’importe, nul doute que les critiques se déchaîneront à nouveau. Voilà pourtant un album qui, sans péter plus haut que son cul, s’avère au final une galette bien sympathique.

PS : l’édition limitée, certes assez chère – comme pour le précédent album – est néanmoins assez complète, puisqu’on y retrouvera, en plus du bonus track sur l’album (« Sing Sorrow », titre correct), un DVD bonus, des cartes aux noms des 3 membres permanents présents sur le cd, et un poster reprenant le très bel artwork de l’album.

  1. intro
  2. starting over
  3. bitch we got a problem
  4. evolution
  5. hold on
  6. kiss
  7. do what they say
  8. ever be
  9. love and luxury
  10. innocent bystander
  11. killing
  12. hushabye
  13. i will protect you
  14. sing sorrow (limited edition bonus track)
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 887 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

22 Commentaires

  1. damien luce says:

    L’intro est tout simplement magnifique, très très sombre. Le reste ne m’a pas enthousiasmé.

  2. Monster says:

    Ah tiens moi aussi j’ai bien aimé l’intro, j’ai trouvé le reste absolument infâme, comme tout ce qu’a produit KoRn depuis… longtemps…

  3. Ars Moriendi says:

    Comme sous entendu dans la chro KORN est de ces goupes ayant déchaîné les passions il y a de ca quelques années et qui sont la proie aujourd’hui de journalistes acerbes et de fans blasés insensibles à l’évolution du groupe. Pourtant je trouve que KORN aura plutôt eu une belle carrière, avec des hauts et des bas, et ce dernier opus en date souligne la volonté du désormais quator à varier les plaisirs et ne pas retranscrire continuellement le même schema. Et oui, avec maintenant 14 années d’existence et presque dix ouvrages (?) on ne peut pas reprocher aux lascars leur manque de productivité et ce même si beaucoup sont ceux qui pensent que KORN a privilégié ces dernières années l’autel du mercantilisme au detriment de la sincérité de leur démarche (qui le saura vraiment ?).

  4. Manumal says:

    L’intro elle fait juste sous MR Bungle.
    Ce Korn est insipide sans dec’, j’en crois pas mes yeux de voir le petit bonhomme qui lève le pouce pour un album pareil :o
    Sur l’album entier 2/3 morceaux sont à sauver, les restes d’influ ère Untouchable sont bienvenues (starting over,evolution), les imitations de Patton sont risibles, les intonations fred durstiennes (sisi écoutez bitch we got a problem (surement le morceau le plus à chier celui ci) à gerber, les relents de sous NIN et de sous MM consternant etc En gros la cohésion de cet album tu la sens bien passer, onspiration prise d’ici et de là, changement vocals malvenus car à outrance, morceaux inutiles etc Je vais écouter SYOTO pour voir ce que ça vaut par rapport à ça mais pour l’instant c’est le moins bon Korn que j’ai écouté c’est sûr

  5. Zurb says:

    longévité ne veut pas dire groupe et musique de qualité. Ainsi je ne vois pas pourquoi on devrait être clément, leur musique est insipide, c’est un fait. Si ils veulent continuer à faire de la musique insipide encore 20ans, tant pis pour eux, mais je ne serai pas indulgent pour autant. Si je réfléchissais comme ça je pense que je serais fan de Johnny Hallyday…

  6. Manumal says:

    jsuis en train d’écouter Issues là, pas mon préféré mais c’était quand même autre chose

  7. Xta' says:

    Korn – Life is Peachy – Follow the leader – Issues – un bout d’untouchable
    Le reste ca passe vraiment pas, j’ia beau essayer
    Un fank de Korn quand meme.

  8. Black Knight Of Dark says:

    Munky a un p’tit air de Jonny Depp…non?
    :D ==========>[]

  9. gemini says:

    En totale adéquation avec la chronique…j’aime assez bien leur évolution (je comprends aussi qu’on ne puisse pas aimer -> question de goûts)

  10. Bob says:

    J’étais fan du groupe il y a quelques années, et j’appréciais tous leurs album jusqu’à Issues. Après, j’ai un peu moins accroché à Untouchables même si je l’ai quand même trouvé sympa, et les albums suivants je n’arrivais pas à accrocher. Je n’aimais ni la voix de Jon Davis (qui a beaucoup évolué depuis ses débuts) ni leurs compos en général. Mais bon, sait-on jamais, je pense que je vais écouter cet album pour voir ce que ça donne. J’ai vu le clip de « Evolution », et même si la chanson n’était pas transcendante, elle restait assez sympa pour un single. Donc je vais tenter le coup :b

  11. Textures says:

    J’apprécie Korn sans être un fan inconditionnel jusqu’à Issues (mon préféré) ainsi que 2-3 titres d’Untouchable (dont  »Here To Stay » qui m’a fait découvrir le metal…je crois). Si les suivants ne m’avaient pas emballé du tout, le p’tit dernier est plutôt bon. Tout à fait d’accord avec Krakoukass.

  12. Kornaddi says:

    Je bosse actuellement sur un site qui leur sera dédié….
    Et pour moi Korn reste korn même si effectivement leurs albums déboussolent les uns après les autres vu qu’on arrive jamais vraiment à identifier leur style tellement il varie d’un album à l’autre.
    Je viens d’acheter le nouvel album et j’avoue qu’il faudra plusieurs écoutes pour se familiariser.
    Je regrette cependant deux choses :
    1) L’artwork de la pochette qui pour moi est à chier comparativement à des pochettes comme Issues où encore Follow The Leader….Pour ce qui est de lire déjà du livret faut se lever tôt vu l’écriture brouillon et idem pour les titres repris à l’arrière…on a l’impression d’avoir à faire à une maquette et pas un album ! Donc il aurait quand même pu faire un effort de ce côté là je trouve….
    2) Autre regret après une première écoute l’impression que certains titres sont vraiment là pour combler….
    Je reste malgré tout un fan acharné de la première époque et après les avoir vu au Graspop je peux dire qu’ils ont tjs la hargne qu’on leur connait en live ….çà mérite d’être vu au moins une fois même sans être fan tellement la lourdeur peut être omniprésente et la rage de Davis perceptible.
    Voilà qui aura été dit. Bonne écoute à ceux qui ne se le sont pas encore procurés …et comme on dit les goûts et les couleurs ;o)

  13. Textures says:

     »que certains titres sont vraiment là pour combler….  » C’est malheureusement une impression que la quasi totalité de leur discographie laisse. J’aime beaucoup ce qu’ils ont fait jusqu’à Issues, je le redis, mais de certaines écoutes il ressort une chose, Korn a sorti de bons et même très bons titres plus que de bons CDs. Pour revenir sur l’artwork, je suis partagé, très joli, mais un peu vide…l’absence de titre à ce nouvel album traduit-elle une absence de concept, de lien entre les titres? Genre : « Oh, les mecs, ça fait un moment qu’on a plus sorti de truc là, et si on ressortait nos formules habituelles avec un soupçon d’évolution pour l’enrobage? Et zbaaam, ça fait des Chocapics! » Nan serieux, j’aime ce nouveau CD mais je me pose des questions sur leur avenir, vivement le prochain…pour voir…

  14. Joss says:

    « çà mérite d’être vu au moins une fois » Ba ouais j’aurais bien aimé les voir au moins une fois effectivement mais ça fait deux fois qu’ils me posent un lapin LOL

  15. Ayesta! says:

    Sans âme, aseptisé, relou, une impression de perdre son temps en écoutant ce … machin.
    Alors ok, ils ne se répètent pas mais alors de là à louer leur démarche, faut pas rêver.
    Là, j’a

  16. Ayesta! says:

    *Putain de bouton* LOL
    Sans âme, aseptisé, relou, une impression de perdre son temps en écoutant ce … machin. Alors ok, ils ne se répètent pas mais alors de là à louer leur démarche, faut pas rêver. Là, j’ai l’impression qu’on me prend pour un con en me vendant une espèce de soupe pop-rock-sous métal faussement torturé (ça fait qd mm 10 ans qu’il geint et qu’il pleurniche, JDavis, donc c’est bon quoi…). Si j’avais mis 19euros dans un truc pareil, vénèr j’aurais été.

  17. AlCheMist says:

    Comme Damien, j’ai trouvé l’intro vraiment super (Très Burtonelfmanienne en fait…). Je n’ai écouté Korn depuis ‘Follow the Leader’ que j’avais apprécié (Ainsi que les 2 premiers albums). Ca me semble bien en manque d’énergie tout ça, bon Korn a pris un virage electro/pop, chacun son truc.

  18. humbucker says:

    C’est moins pire que si c’était pire, mais là c’est quand même chaud…

  19. dcbel says:

    C’est marrant comme un groupe intelligent est facile a critiquer. Marrant aussi qu’il ne fasse pas bon sortir un 1er album de qualite, étant donne que les « true fans » risquent de démolir la suite de votre carriere au bout de seulement une ou deux ecoutes d’un album qu’ils ont telecharge pour certains!! Bref…
    Pour moi « Untitled » est un bon album, que je situerai entre SYOTOS et la BO de « la Reine des Damnes ». Quelques inegalites c vrai, ms un bon album tout de meme.
    Je le repete donc, il est devenu facile de critiquer Korn, personnellement, je le dis haut et fort, Korn a commence a devenir vraiment interessant a partir de « Issues », et est a present un grand groupe, qui a ses defauts, certes, mais qui est surement devenu le + respectable des groupes issus de la periode neo metal, avec peut etre Incubus.

  20. yogi says:

    une pinsée de nine inch nails mais mal utilisé, Munky n’est même plus utilisé à sa juste valeur dans le processus de création, Jon davis s’amuse et bidouille tout seul et ne chante même plus bien, plus de spontanéité, album surproduit… c’est la fin.

  21. gorqui says:

    C’est un peu chiant ce genre de chronique sur Eklektik : On la compris que vous avez été élevé au néo – entre autres – et que vous gardez plaisir à écouter ce style, mais épargnez nous le refrain : « ouais, on sait que le neo ça craint, mais on est pas des victimes de la hype nous, donc on en écoute quand même, et on chronique sans mauvaise foi, pas comme les autres, blah, blah… »

  22. megatron says:

    faut bien aussi admettre que les fans soutiennent tant qu’ils le peuvent leur groupe fétiche. Sinon en ce qui me concerne ze last Korn c pas l’extase, loin de la !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *