Hope Drone – S/T

Pas de commentaires      1 425
Style: post black metalAnnee de sortie: 2013Label: autoproductionProducteur: Sanford Parker & Dan Randall

Les amateurs de post-rock auront reconnu la référence à la lecture du nom du groupe, pour les autres sachez que Hope Drone est le titre d’un morceau (ou plutôt de l’intro live) d’un éminent groupe du genre qu’on ne présente plus: Godspeed You! Black Emperor. Si l’on suit cette logique, un groupe qui s’affuble d’un tel nom devrait donc jouer du post-rock pur et simple ?

Raté ! Si ce jeune groupe originaire de Brisbane place en effet quelques éléments post-rock dans sa musique, c’est résolument du côté du black metal qu’il s’inscrit. Ce quatre-titres met au jour un groupe talentueux, responsable d’un black metal atmosphérique de haute volée. Affublé d’un son quasi-sludge bien massif signé Sanford Parker (Minsk, Buried At Sea) et d’un mastering par Dan Randall (bossant généralement avec Ash Borer), Hope Drone sonne clairement dans cette mouvance de black metalleux nouvelle génération, celle à barbe et chemise à carreaux. Rien de péjoratif dans cette description, c’est juste que le groupe joue un black metal moderne et dans l’air du temps, avec des influences plus ou moins récentes qui se recoupent entre elles sans accroc pour en donner une nouvelle vision.

Parmi les influences les plus récentes, Ash Borer et Deafheaven semblent de parfaits points de comparaison. On retrouve chez ces groupes une même ambiance glaciale faisant alterner les assauts blastés, les dissonances fatales (l’intro d’Advent), les descentes de manche en tremolo ou encore les arpèges plus délicats, le tout mené par un chant certes monocorde mais tranchant comme un rasoir. Une différence de taille apparait tout de même au niveau du son, comme je l’ai déjà souligné. Sanford Parker l’a rendu plutôt imposant chez les australiens, ce qui rend Hope Drone beaucoup plus facilement assimilable que le dernier Ash Borer, ici moins d’écoutes sont nécessaires afin de s’imprégner totalement de l’album.

De ces excellents quatre titres (plutôt longs mais jamais chiants) oscillant entre colère pure et darkitude émotionnelle, sort du lot surtout Finite qui, du haut de ses 12 minutes, captive malgré ses nombreux soubresauts et fascine de la première à la dernière note. Mais c’est dans son ensemble que cet EP se doit d’être apprécié, et quand en plus celui-ci est offert sur Bandcamp alors pourquoi se priver ? Un EP très prometteur de la part d’un jeune groupe parvenant à se réapproprier un style bien surchargé ces derniers temps. On va donc garder un œil sur eux.

  1. Advent
  2. Finite
  3. Grains
  4. Ash

Bandcamp (free dl)
Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *