Planks – Perished Bodies

Pas de commentaires      1 476
Style: sludge/hardcoreAnnee de sortie: 2015Label: Golden Antenna

Après sept ans d’existence au sein de la scène hardcore (à tendance sombre) allemande (et européenne), Planks a décidé de mettre la clé sous la porte l’an dernier. Un an plus tard, le trio originaire de Mannheim vient marquer cette séparation en sortant Perished Bodies, un album posthume contenant ce que le groupe avait composé avant d’annoncer son split.

Enregistrées entre l’automne 2014 et le printemps 2015, ces neufs ultimes compos n’amorcent aucune révolution dans le son des allemands mais assoit une dernière fois la recette du groupe, cette vision si singulière du hardcore, baigné de sludge, de noise et de black metal, pas très loin d’un groupe comme Tombs. Le titre d’ouverture The Sacrifist Part.I (Through Dirge And Death) lance ce dernier album avec virulence tout en conservant ce côté prenant grâce aux vocaux déchirants du chanteur/guitariste Ralph Schmidt, un titre tendu et puissant qui introduit parfaitement Nothing Will Ever Change, titre plus mélodique aux réminiscences de post-punk s’accordant parfaitement aux gros riffs postcore.

Into Lifeless Embrace fait revenir les vocaux et rythmiques black metal tout en conservant cet aspect catchy, une fois de plus le potentiel hypnotique reste intact. Surprise ensuite avec She Is Alone, titre à l’atmosphère éthérée/hantée renforcée par la présence de cris féminins, ceux de Leoni Lollmann de Svffer. Après un titre aussi saisissant, la suite et fin de Perished Bodies aurait pu presque paraitre fade mais c’était sans compter sur Planks, qui a tenu à soigner sa sortie via des titres tantôt poignants (Bliss In All Sorrows Found, le puissant instrumental morceau-titre), tantôt plus tendus (le nerveux Only Now gagnant le titre de morceau le plus rapide de l’album).

Enfin The Sacrifist Part.II (What Does Walking Away Leave Us?) vient conclure cet album ainsi que refermer le livre Planks via un dernier chapitre, instrumental encore une fois, épique et immersif comme la grande majorité des autres titres livrés par le trio allemand. Une conclusion émotionnelle de cet album-testament à l’image de l’œuvre de Planks, permettant de dire adieu (ou bien à bientôt, vu le nombre de groupes revenant d’entre les morts) à un très bon groupe malheureusement resté beaucoup trop confidentiel. RIP.

  1. The Sacrifist Part.I (Through Dirge And Death)
  2. Nothing Will Ever Change
  3. Into Lifeless Embrace
  4. She Is Alone
  5. Bliss In All Sorrows Found
  6. Only Now
  7. Perished Bodies
  8. Sadness In Our Ignorance
  9. The Sacrifist Part.II (What Does Walking Away Leave Us?)

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *