Tombs – Winter Hours

2 Commentaires      1 227
Style: post noise biduleAnnee de sortie: 2009Label: Relapse Records

Noise rock. Postcore. Black Metal par moment. Tombs mélange beaucoup de choses mais s’en sort avec un son vraiment original et un album excellent. Le premier EP sorti chez Level Plane était pourtant très post machin dans son genre. Pourtant, ce qui m’avait fait le commander l’année dernière étaient les demos de nouveaux morceaux que j’avais trouvé sur leur page myspace. Beaucoup plus sombres et écrasants.

Winter hours ne l’est pas autant que dans mes souvenirs, remplacé par des riffs plus ascensionnels proche des mélodies d’Isis quand ils faisaient encore du sludge plombé. La gravité reprend toutefois tous ses droits quand des riffs très inspiré black metal explose dès « Golden eye, la seconde plage., et montre a quel point Tombs sait bien mélanger toutes ses sonorités. Le leader du groupe, Mike Hill, avait déjà fait ses armes dans Anodyne, groupe de noise rock assez peu connu, et a donc suffisamment d’expérience pour savoir dépasser ses influences. Il produit même tout seul ce disque. Ses deux seconds, deux anciens membres de ASRA, contribuent surement à donner cette couleur un peu plus metal qui apparait parfois.

Ce n’est donc pas un hasard si ce croisement entre My Bloody Valentine, Deathspell Omega, Black Flag et Breach (de l’avis du groupe qui liste ses influences, et bien d’autres, sur sa page myspace) est aussi abouti. Le trio a même l’audace d’éviter le piège numéro un du groupe de post quelque chose, faire des chansons bien plus longues que ses compositions ne le demande. Trente-sept minutes et huit secondes. Une durée satisfaisante pour un disque que l’on peut écouter plusieurs fois sans en être fatigué. La pochette est bien évidemment soignée, Relapse oblige, et forme la dernière courbe qui permet à ce disque de former un cercle de perfection sur toute sa longueur.

Je cherche maintenant un reproche. Une mise en garde quelconque. Bien sur, Winter hours n’est pas la somme de toutes ses influences et n’est donc pas le jedi qui sauvera la galaxie. Mais en onze chansons, Tombs accomplit ce que pas mal ne font pas aussi bien : un disque complet et intéressant du début à la fin où des influences suffisamment variées donnent naissance à un disque qui ne révolutionnera peut-être pas votre univers mais vous touchera assez pour que vous y replongiez bien des fois.

  1. gossamer
  2. golden eyes
  3. beneath the toxic jungle
  4. the great silence
  5. story of a room
  6. the divide
  7. merrimack
  8. filled with secrets
  9. seven stars the angel of death
  10. old dominion

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Schwardrak says:

    En tous cas je supporte l’initiative de mettre une vidéo dans la chronique, ça empêche de s’emmerder à chercher tout ça tout seul… :)

  2. Zepekegno says:

    Sympa de retrouver la patte du trop rare Mike Hill sur cet album, qui apporte une vraie bouffée d’air frais dans ce style essoufflé. Il y a toujours ces moments de pure beauté (Merrimack bordel!) qui transcendaient déjà la violence des compos d’Anodyne, un régal!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *