Horsewhip – Laid To Waste

Pas de commentaires      123
Style: hardcore métalliséAnnee de sortie: 2020Label: Roman Numeral Records/Financial Ruin

Horsewhip est un nouveau venu dans le milieu du hardcore US mais ses membres ont bien contribué à la scène des années 90/début 2000 en jouant dans des groupes cultes tels que CombatWoundedVeteran, Reversal Of Man ou Order Of Importance. Pour leur seconde offrande (après un expéditif premier jet en 2018), Horsewhip n’a pas calmé ses nerfs, balançant un bâtard de crust/hardcore infusé de chaos métallique.

Zéro intro ni attente, Horsewhip lâche les chiens dès « Stillborn », explosion de riffs crusty/sludgy surmontée d’un vocaliste (le dénommé Mike Grantham) ultra nerveux, parfois suppléé par ses comparses. Une entame radicale dans l’esprit d’un Seven Sisters Of Sleep dans leurs phases rapides (et un peu vocalement) qui aurait rencontré un Coalesce version screamo (ce type de cris syllabiques rappelant Sean Ingram). Et ce n’est alors que le début, la suite est toute aussi abrasive et in your face, mais Horsewhip ajoute quelques passages plus atmosphériques au détour d’un pont (« Feast », « Inertia Waits »), des atmosphères qui deviennent même un élément central sur « Charnel House », titre davantage post-metal dans son tempo mais conservant cet aspect rugueux qui leur est propre.

Après cette sorte de césure à mi-parcours, Horsewhip reprend son entreprise de démolition à base de titres ultra virulents et tout en cassures rythmiques ajoutant un surplus de folie (« Remission »), puis termine par deux titres dépassant les trois minutes (même si « Lowlands » possède un final ambient), histoire de montrer qu’ils savent aussi faire durer leur sauvagerie sans compromettre l’efficacité de leurs compos (« When It Comes » revient d’ailleurs titiller leur facette « post » avec succès).

Laid To Waste est une grosse claque de hardcore métallisé aussi cru que primitif. La production (signée Jeremy SH Griffith) est parfaite pour un groupe de ce genre: sans effet superflu, ultra poisseuse et sale, histoire de faire ressentir à l’auditeur la puissance de leur colère. Un album à ne pas louper si vous êtes friands du genre !

  1. Stillborn
  2. Feast
  3. Inertia Waits
  4. Ruin
  5. Pray For The Dead
  6. Charnel House
  7. Closure
  8. Remission
  9. Holy Lies
  10. Lowlands
  11. When It Comes

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *