Northlane – Mesmer

Pas de commentaires      1 219
Style: metalcore progressif/djent mélodiqueAnnee de sortie: 2017Label: UNFD

Après le très décevant Node sorti il y a deux ans, Northlane n’a pas chômé, enchaînant les tournées et ayant même pris le temps de sortir un split avec In Hearts Wake. Un split ayant semble-t-il eu un certain déclic chez les australiens puisque leur metalcore à mélodies plutôt sensibles se sont vues ici mieux intégrées au reste, comme devenues plus évidentes. Une tendance qui se confirme dans ce nouvel album, Mesmer, qui tente de jouer la carte de l’hypnose (hoho)…

L’arrivée de Marcus Bridge derrière le micro a considérablement modifié le son de Northlane, cependant sur ce nouvel album, ses mélodies vocales sont beaucoup plus sobres que sur Node. Une simplification qui se voit aussi matérialisée dans des compos beaucoup plus immédiates. Ainsi « Citizen », titre d’ouverture choisi pour premier single, marque le mélange des tendances brutales/mélodiques de Northlane entre des couplets bien nerveux et un refrain imparable. C’est facile mais ça fonctionne totalement. On retrouve cette même réussite dans certains autres titres comme « Heartmachine » dont l’ambiance et la mélodie sont très touchantes.

Northlane prend aussi des risques sur ce nouvel album: « Solar » surprend en nous emmenant dans les 90’s, avec ses faux-airs d’Incubus (période Make Yourself), de Limp Bizkit (au niveau de la guitare) et d’AFI (vocalement sur l’envolée du refrain), un titre assez réussi qui parlera à coup sûr aux trentenaires ayant baigné dans ces groupes-là. Il y a aussi « Fade » qui sonne pourtant mélodiquement trop facile (proche de The Word Alive, c’est dire), l’ensemble se révèle tout de même très séduisant. Enfin, on retiendra « Paragon », puissant et émotionnel titre de conclusion en hommage à Tom Searle, guitariste d’Architects, décédé pendant l’été 2016.

Le groupe australien conserve sinon sa tendance habituelle: cette même ambivalence puissance djent/refrains mielleux qui, en dépit du chant clair qui revient parfois vers quelque chose de plus forcé (« Colourwave »), sont souvent marqué d’un sacré groove. Enfin bon, un titre comme « Intuition » qui nous offre pourtant du plus nerveux, entre les riffs djent et les cris, le refrain clean ici plus aérien ne convainc qu’à moitié, idem pour « Zero-One » et son côté Tesseract très prononcé et ses parties très brOOtales. Des parties très maîtrisées mais qui tombent parfois un peu à plat, contrastées par ces mélodies moins marquantes (dommage pour « Render » qui possède pourtant les plans les plus agressifs de l’album). Des moments plus faibles qui n’empêchent pas d’avoir une impression générale plutôt positive de ce Mesmer, Northlane jongle avec les atmosphères et les mélodies (mais ne donne plus l’impression de se chercher), signant là comme une agréable « remontada » après un Node peu intéressant.

  1. Citizen
  2. Colourwave
  3. Savage
  4. Solar
  5. Heartmachine
  6. Intuition
  7. Zero-One
  8. Fade
  9. Render
  10. Veridian
  11. Paragon

 

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *