Craft – Fuck the Universe

3 Commentaires      1 116
Style: black ‘n’rollAnnee de sortie: 2006Label: Southern Lord

Sur des forums que je fréquente, j’en entends déjà qui repoussent le label Southern Lord et tout ce qui touche de près ou de loin à ce label. SunnO))) est un groupe pour les attardés mentaux qui lisent les Inrocks (ou en Version Anglaise, Q) et tout ce qui est associé au monde du black metal (Leviathan, Xasthur) n’est qu’un ramassis de vieux clichés sans intérêts. Honte sur ceux qui osent en penser du bien, ils ne seront jamais admis au sein des seins de la scène underground. Pourtant, bien que Southern Lord distribue cet album, il n’a pas grand chose à voir avec les artistes susnommés mais avec une version moins primitive de Darkthrone si ils n’avaient pas que deux riffs par chanson (ce qui n’est pas une critique en soi) et si le but n’était pas de créer une ambiance mais d’écrire une bonne chanson. Une « bonne chanson », voila une expression honteuse pour bon nombre de groupes de black metal qui pensent d’abord à l’atmosphère générale au lieu de confectionner des chansons uniques et distinctes les unes des autres.

Cependant, on peut être négatif mais ne pas être dépressif. Je m’imagine mal un barbare faire son travail quotidien de désossage d’ennemis avec dégoût. Si l’on veut détruire la planète, on y met du coeur. Or, comme le précise le titre, Fuck the universe, nous ne sommes pas là pour avoir peur du monde environnant mais pour le piétiner sans aucune discrimination. Voilà un programme que l’on nous a déjà servi du soir au matin et qui ne va pas faire grand chose pour attirer l’attention des plus aguerris au monde du black metal. Oui, vous voulez tous les tuer ces gens, nous le savons, mais n’y a t’il pas dans votre CV quelque chose de plus qui puisse nous donner envie de dépenser un peu de notre argent durement gagné dans votre album ? Et bien oui, il y a ici de bonnes raisons, des chansons. Se proclamer destructeur de l’humanité c’est une chose, mais écrire un enfilement de riffs tous aussi excellents et mémorables les uns des autres afin que chacun puisse avoir de quoi écouter pendant que les enfants et les femmes hurleront de douleur sous les coups répétés de votre hache. Voilà de quoi ravir tout ceux qui étaient fatigués de la violence aveugle, certes bourrée de haine jusqu’au trognon, mais pas foutus de rendre intéressant un album de moins d’une heure. Le seul défaut de tous ces étalages de point positif c’est que Fuck the universe a beau être un très bon album de black metal, ça reste un album de black metal. Craft ne va pas vous faire changer d’avis par rapport a ce genre si vous le connaissez déjà un peu mais ils auront au moins le mérite de plus toucher les oreilles de ceux pour qui l’ambiance dans une chanson de black metal est une chose qu’ils n’ont jamais saisi.

Car qui a besoin d’ambiance quand on exécute des chansons de taille variable (de 2min à 7min) avec autant de maîtrise que les grands maîtres de la chanson accrocheuse que sont Satyricon (période Volcano) ou Darkthrone sans jamais lasser ces oreilles que plus aucun blasphème sonore ne choque. Toutefois, des passages ténébreux et de l’atmosphère il y en a mais on ne s’y appesantis jamais assez longtemps pour que l’on ne regarde pas le temps tourné avec une folle envie de faire avancer l’aiguille. L’enregistrement laisse de la place à tout les instruments et procure la densité nécessaire a chacun pour ne pas perdre l’aspect rugueux nécessaire a ce type de musique sans que la distorsion ne prenne jamais le dessus. Un album produit de main de maître ou chaque instrument possède un ton naturel et très agréable. Que dire de plus ? Franchement, pas grand chose et c’est bien là l’antinomie de cet album. Il est bon, il est même excellent mais tout en ne dérogeant pas aux règles du genre il tire son épingle du jeu en étant « simplement » meilleur que beaucoup de ses congénères. Reste a voir si ce type de son vous plait ou pas, mais une fois le terme black metal lu au cours de cette chronique vous avez sûrement du vous faire une idée de la musique de Craft, et cette idée est probablement bonne. Un album qui ne réinvente rien mais joue tellement bien avec les règles en place que l’on ne peut pas l’en blâmer.

  1. earth a raging blaze
  2. thors on the planet’s side
  3. fuck the universe
  4. assassin 333
  5. demonspeed
  6. terni egusta : queen reaper
  7. xenophobia
  8. the suffering of others
  9. destroy all
  10. according to him
  11. principium anguis

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. darkantisthene says:

    j’adore cet album, mon préféré du groupe et largement plus intéressant que la démarche de Darkthrone pour un style assez proche.

  2. Shadow says:

    Waw!… Le titre disponible en dl est vraiment terrible! Merci pr la découverte.

  3. el rojo says:

    Décidément, rien à faire : j’ai beau avoir tenté de l’apprécier, je maintiens que cet album ne vaut pas un pet de dahû par rapport au génialissime « Total Soul Rape » ou à son tout aussi excellent successeur.
    Je préfère retourner écouter Demon Realm, tiens.
    Nan, je déconne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *