Island – Orakel

Pas de commentaires      1 104
Style: atmospheric death metalAnnee de sortie: 2007Label: Vendlus

Island est le dernier venu de l’actif collectif Zeitgeister, un noyau resserré de musiciens rhénans parsemés entre différents groupes de styles joyeusement hétéroclites, dont les plus productifs dernièrement ont pour nom Woburn House (stoner instrumental) et Klabautamann (metal extrême à forte teinte acoustique). Nouvelle tentacule de cette universalité qui ne prend plus la peine de se cacher derrière une forêt de structures dissociées, Island bifurquent vers une signature exclusive proche du post-hardcore et du death plombé, au service d’une expression mélodique toute en largeurs et en profondeurs, en visions maritimes et en fuites progressives d’une belle vitalité. On entrevoit assez clairement le combo Meshuggah/Opeth en références domestiquées sur certaines parties. L’un pour le groove asystolique, l’autre pour les clairs-obscurs acoustiques en recherche de blues. Mais on retrouve surtout, et avec un authentique plaisir, l’urgence créative de leurs compatriotes The Ocean, sans les excès ni l’aboutissement toutefois. Sans doute parce que le groupe privilégie pour l’heure la maîtrise de l’expérience aux bourrasques équilibristes à mille entrées. Si Orakel ne suscite pas encore de débordement d’enthousiasme, c’est essentiellement à cause du traitement très scolaire et ouvragé de la maçonnerie métallique et de ses enchaînements. Une application presque encombrante, au détriment de l’empreinte cinglante et sanguine qui émerge sur certaines parties choisies (le break sismique de “Grund”, l’emballage gaillard d’”Über dem Thal”…), et tendait les bras sur toutes. Mais en choisissant le versant sinueux pour leur ascension, Island s’arrogeaient bien le droit à un joker, et au final n’ont même pas eu besoin de le griller, la beauté des broderies acoustiques – le terme n’est pas galvaudé – compensant largement le côté encore un peu lisse voire timide du bloc metal. En gardant à l’esprit que ces morceaux ont été écrits entre 2003 et 2004, on est en droit d’esquisser un gros point d’interrogation tout baveux en espérant une évolution vers une culture de groupe mûrie et enrichie de fréquentations diverses et variées au gré d’une jeune scène allemande décidément féconde. Les extraits récents disponibles sur le myspace du groupe semblent en attester. A bookmarker.

  1. journey through the jewel
  2. river source
  3. grund
  4. orakel
  5. über dem thal
  6. serenity
  7. intro
  8. the white ghoul
  9. veritas
  10. island
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *