Prison of Mirrors – De Ritualibus et Sacrificiis ad Serviendum Abysso

Pas de commentaires      117
Style: black metalAnnee de sortie: 2020Label: Oration

Vous n’êtes pas sans savoir que ces dernières années l’Islande est devenue une vraie place forte pour ce qui est du black metal, et je dirais même qu’ils ont repris le flambeau de leurs compères nordiques norvégiens. Oration fait partie de ces labels locaux signant d’excellentes sorties traversant rapidement les frontières telle que Almyrkvi , Zhrine ou encore Rebirth of Nefast. Il m’arrive donc de temps à autre d’aller checker leurs différentes sorties. La dernière en date fut donc le premier LP de Prison Of Mirrors.

Premier facteur discriminant: ils sont italiens, ce qui dénote des autres sorties du label, d’autant plus que l’Italie n’est pas un pays très axé sur le black metal de manière générale. Enfin dans un second temps, ce qui a directement capté mon attention c’est cette pochette d’un aspect monolithique dont l’échelle est compliquée à cerner. Cette combinaison de facteurs est ce qui m’a poussé à lancer le disque.

On se retrouve dès les premières secondes pris dans une déferlante dissonante qui nous rappelle directement les méfaits de notre Deathspell Omega national. On est donc face à un black metal dissonant et d’une technicité importante pour un groupe de BM, cependant il est évident que ce n’est pas le propos ici. En effet, on comprend tout de suite que ce jeu technique et dissonant est là pour servir l’atmosphère globale de l’album, tantôt ritualiste tantôt à la frontière du black métal orthodoxe, ils nous font plonger tête la première dans l’horreur que semble être la pochette.

La progression de l’album est surprenante, ce dernier d’une durée de presque une heure est seulement composé de 4 morceaux, ce qui indique l’importance du développement des idées musicales et des atmosphères pour les italiens. Plus l’album avance plus il nous avale lentement, cela se retrouve particulièrement dans le dernier morceau de 22 minutes qui répond à toutes ses promesses et délivre une performance plus qu’impressionnante et finira de convaincre les plus sceptiques.

Parmi les caractéristiques les plus intéressantes ressortant de cet album, on peut citer l’utilisation importante à plusieurs reprises de chant grégorien, ce qui contraste absolument avec l’agression chaotique que peut être l’écoute de l’album. Tout cela en introduisant le dualisme manichéen typique du black metal orthodoxe en n’hésitant pas à briser ces interludes sacrés par le retour sans animosité d’un souffle impie.

Nous avons déjà souligné le niveau technique solide des musiciens du groupe, cependant il ne faut pas oublier la performance plus que convaincante du chanteur qui pour le coup sert totalement les propos de l’album par sa voix terrifiante et très humanisante d’une certaine manière. Il est facile d’identifier l’entité sinistre de la pochette de l’album comme étant la source des râles profanateurs qui nous harcèlent à l’écoute de l’album.

Petit aparté sur la production qui a le don de sortir du lot, plus on y prête attention plus on se rend compte à quel point cette dernière est parfaitement réfléchie, chaque élément est à sa place et on se sent tourmenté de tous les côtés tant le spectre sonore est utilisé à bon escient.

Cet effort de Prison of Mirrors fait partie de ce que l’on peut qualifier d’excellente surprise. Malgré quelques EP sorties dans l’ombre il est toujours impressionnant de voir un groupe sortir de nulle part et livrer un premier album d’un aboutissement aussi remarquable. L’album se hisse sans aucune difficulté dans les meilleures sorties de l’année en black metal et rentre par la grande porte dans l’interminable liste des jeunes groupes de black métal à impérativement surveiller.

  1. The Unquenchable Vision from the Abyss
  2. Blaze Of The Ecstatic Liturgy
  3. Sigils for the Ritual Exhumation
  4. Ascending Through the Majesty of the Dark Towers

Kiritobi
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *