Tzompantli – Tlazcaltiliztli

Pas de commentaires      128
Style: doom/deathAnnee de sortie: 2022Label: 20 Buck Spin

Projet monté en 2019 par Huey Itztekwanotl o))) (aka Brian Ortiz), leader de Xibalba à ses heures perdues, Tzompantli est une célébration de la culture (ou plutôt des cultures) mésoaméricaine. S’inspirant notamment de cérémonies rituelles (notamment celle d’où lui provient son nom qui consiste à « nourrir le feu et le soleil avec du sang »), Tlazcaltiliztli aurait pu être un album de folk metal random, sauf que ces éléments folk sont étonnamment plutôt rares. En effet, ils sont présents uniquement sur l’intro, pendant l’interlude « Eltequi » (qui possède aussi des bruits de forêts) ou plus légèrement encore sur la conclusion « Yaotiacahuanetzli » (un peu de flûte et des chœurs sur la fin).

Mis à part ces éléments honorant leur héritage mexicain, Tzompantli joue donc un doom/death rugueux et vrombissant (bien que la prod soit plutôt clean), imposant avec son son de basse ultra gras du bide. On retrouve là la touche beatdown propre à Xibalba mais appuyée par de nombreuses accélérations à l’agressivité tranchant avec la lourdeur inhérente au style mais s’accouplant parfaitement grâce à d’excellentes transitions (« Ohtlatocopailcahualuztli »), faisant parfois penser à Mortiferum. Mais comme l’indique son thème principal (merci à la biographie, pas facile de déchiffrer le dialecte nahuatl, seule langue utilisée sur cet album !), le thème funéraire est respecté jusque dans son atmosphère opaque menée par les énormes growls de son leader.

On se retrouve là embarqués sans trop de problème grâce à une belle maîtrise des changements rythmiques mais aussi des mélodies parfois plus franches. Malgré sa courte durée (trente-trois minutes seulement), ce premier album nous plonge dans des civilisations méconnues du public européen qui confond tout le temps Aztèques, Mayas et Incas, c’est bien la première qui est célébrée ici – mais les autres ne sont pas méprisées pour autant puisque cet album est dédié à toutes les tribus, nations et autres peuples indigènes d’Amérique en général. Un album à l’efficacité redoutable sur un thème original, méritant plus d’exposition qu’il n’en a déjà.

  1. Yaohuehuetl
  2. Tlatzintilli
  3. Tlazcaltiliztli
  4. Eltequi
  5. Ohtlatocopailcahualuztli
  6. Tlamanalli
  7. Yaotiacahuanetzli

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *