Unspkble – Reconstruction

1 Commentaire      273
Style: post-punkAnnee de sortie: 2023Label: Rejuvenation Records/Kerviniou Recordz/Araki Records/Day Off Records/Assos’y’song/Icy Cold Records

Composé de musiciens ayant déjà pas mal roulé leur bosse dans différents milieux musicaux (punk, noise et bien d’autres), Unspkble est né à Montpellier il y a quelques années avec l’envie de faire du post-punk à sa manière. Se réappropriant les mélodies issues des années 80 mais avec un son bien actuel (avec en prime un mastering de l’éminent Alan Douches, connu pour son taf avec Converge, Brutus ou encore Hatebreed, excusez du peu !), le quartet signe là un remarquable premier album.

Les influences des précurseurs du style tels Killing Joke ou Bauhaus sont certes décelables sur ce Reconstruction, mais Unspkble y joint des sonorités goth, noisy voire new-wave venant apporter ici une forte personnalité et surtout une sacrée fraicheur. De son vocaliste habité par une mélancolie prenante, aux pulsations frénétiques apportées tant par la basse bien mise en avant que par la variété du jeu de batterie, en passant par ces notes de guitare (plus ou moins nerveuses) complétées par un synthé atmosphérique, le groupe trouve là l’équilibre parfait entre énergie, nostalgie et mélodies imparables derrière son désespoir latent.

Ne paraissant aucunement datée, la recette à l’ancienne des montpelliérains (avec cover comme à l’époque en prime !) fonctionne totalement tant ces dix titres, pardon ces dix tubes sonnent aussi sombres qu’évidents. Une très jolie réussite que ce premier album.

  1. All Stories Told
  2. Global Emergency
  3. Sacrifice
  4. Expectations
  5. The Path
  6. Grief
  7. Into The Depths
  8. Struggle (Crush The Elite)
  9. Running Out
  10. Hello

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. RBD says:

    Ils sont de chez moi ! C’est amusant de voir le clip de « Struggle » tourné dans des rues que j’arpente depuis ma tendre enfance. Fondé sur de fortes personnalités, Unspkble a pas mal tourné dès que la fin de la pandémie l’a permis, et cette expérience accumulée par des gens qui n’étaient déjà pas des débutants profite beaucoup à ce premier album. Je n’avais pas encore saisi cet aspect politiquement engagé, jusque là. L’influence très prégnante de Killing Joke au commencement se dilue un peu et ce n’est pas plus mal. Je vais les revoir bientôt et je suis curieux de constater ce grand bond en avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *