Latest Content

Gravesend – Methods Of Human Disposal

Gravesend est un jeune trio new-yorkais qui fait les choses dans l’ordre: d’abord les préparations (Preparations Of Human Disposal, démo sortie l’an dernier) puis les méthodes dont on va parler ici. Des méthodes plutôt virulentes exposées dans un New York déshumanisé, jonché par les cadavres en putréfaction, les montagnes de déchets et autres crackheads, et où la lutte pour sa survie ne passe que par l’ultra violence.

DSKNT – Vacuum γ-Noise Transition

Duo suisse ayant sorti l’étouffant PhSPHR Entropy en 2017, DSKNT fait son retour avec un petit frère tout aussi opaque et malfaisant. Et comme pour ce dernier, Vacuum γ-Noise Transition correspond à tous les qualificatifs utilisés pour de nombreuses sorties de Sentient Ruin: glauque, lourd, oppressant, dissonant et peu recommandable en cas de soucis de santé mentale.

Thorium – Ocean Of Blasphemy

Emanzipation Productions apprécie le death metal et regarder dans son rétro (l’un n’empêche pas l’autre), et quand le jeune label danois ne déniche pas un groupe jouant comme il y a vingt ou trente ans, il réédite des albums, desquels on est parfois passé à côté à l’époque de leur sortie ! C’est le cas d’Ocean Of Blasphemy, premier album de Thorium, sorti une première fois en 2000 jouant du death metal multi-cartes.

Swampbeast – Seven Evils Spawned Of Seven Heads

« La bête du marais », rien que le nom annonce ce qui nous attend ! Swampbeast est un jeune groupe de L.A. ayant récemment débarqué chez Translation Loss (Svalbard, Giant Squid…), label qui n’en finit plus d’aller vers les extrêmes (ayant des groupes comme Drouth, Teeth ou Wake dans son roster). Tel l’espèce de monstre informe figurant sur la cover de Seven Evils Spawned Of Seven Heads, leur premier album, le death metal du trio californien est putride, boueux mais en même temps très véloce.

Proudhon – The Damaged Bodies

Originaire de Besançon, ce jeune groupe de death/grind a décidé de porter le nom de Pierre-Joseph Proudhon, enfant du pays et précurseur de l’anarchisme. Et si le punk apparaît naturellement comme le mouvement musical qui s’allie naturellement avec ce courant, le groupe opte pour une approche beaucoup plus radicale: du death grind aussi brutal qu’expéditif !

Gatecreeper – An Unexpected Reality

Valeur montante de la scène death US, Gatecreeper est de ces groupes désormais attendus au tournant. Et plutôt que de faire monter le suspense en annonçant/diffusant du son progressivement (démarche habituelle de n’importe quelle sortie de n’importe quel groupe), les cinq gars de l’Arizona ont surpris leur monde en livrant ce nouvel EP sans aucune annonce préalable. Et l’effet de surprise va complètement de pair avec l’approche musicale du groupe, diluant une grosse dose de nouveauté à l’intérieur de ces huit nouvelles compos.

Aberration – S/T

Nouveau venu sur l’échiquier du death metal déconseillé aux claustrophobes, Aberration n’est pourtant pas né de la dernière pluie. Ainsi des membres de Void Rot, Suffering Hour, Tvaer et Nothingness ont décidé d’unir leurs forces dans un death metal infusé de doom, d’un peu de black metal et d’un chouia de drone, où chaos et ambient font bon ménage.

Ceremonial Bloodbath – The Tides Of Blood

Toujours très inspiré quand il s’agit de dénicher des groupes repoussant les limites de la violence sonore, Sentient Ruin s’est cette fois-ci promené du côté de Vancouver et y a découvert au fin fond d’une caverne (c’est apparemment dans ces coins-là qu’ils aiment chercher) Ceremonial Bloodbath, quartet formé en 2015 autour de membres de Nightfucker, Encoffinate, Ahna ou encore Radioactive Vomit, soient des habitués de la scène UG canadienne. Ils ont ici uni leurs forces afin de matérialiser un premier album infusé de haine et de sang.

Heretical Sect – Rapturous Flesh Consumed

Après le court EP Rotting Cosmic Grief sorti en 2019 chez Vendetta Records (Afsky, Ultha…), Heretical Sect a fait son retour fin 2020 avec un premier album dans sa besace. Rapturous Flesh Consumed voit le jour chez Gilead Media (Krallice, Yellow Eyes…) et Redefining Darkness Records (Imperial Triumphant, Helleborus…), deux structures connues pour leurs groupes aussi virulents qu’aventureux, deux adjectifs qui siéent parfaitement aux quatre gars cagoulés du Nouveau Mexique puisqu’ils mélangent death, black et doom metal tout en intégrant moult atmosphères et dissonances.

Antropofago – A Propensity For Violence… Cruelty Enslavement

Cela fait déjà pas mal d’années (treize pour être précis) qu’Antropofago a fait irruption dans le monde du brutal death (à tendance technique) français. Le groupe montpelliérain a déjà signé deux albums chez feu-Kaotoxin (Beyond Phobia en 2013 puis Aera Dementiae en 2015) puis l’EP A Propensity Of Violence (2018) chez Great Dane Records. C’est là que vous vous dites: « Hé mais le titre de l’EP est presque identique à celui de l’album chroniqué ! », et cela est bien normal car ce troisième long-format reprend intégralement le contenu dudit EP mais y ajoute quatre titres additionnels. L’occasion de (re)découvrir [...]