Deathstars – Synthetic Generation

1 Commentaire      987
Style: electro indus goth kovenantienAnnee de sortie: 2003Label: Nuclear Blast

Voilà une véritable révélation pour moi. Je ne connaissais pas ce groupe il y a encore un mois, avant que j’achète le double dvd « beauty in darkness » de Nuclear Blast. En ouverture du premier dvd, des espèces de zinzins habillés façon indus black comme le ferait The Kovenant par exemple. On écoute, le refrain terriblement catchy et la présence du groupe sont autant d’éléments qui troublent. Bien inspiré par ce morceau, dont on reparlera par la suite, je décide de me procurer cet album. Et cette fois c’est le coup de grâce, cet album est tout simplement excellent, je m’en vais vous en détailler un peu le contenu afin de vous mettre l’eau aux oreilles (?!).

Première chose a noter, on n’a pas affaire a de la petite artillerie, je vous laisse juger : album mixé par Stefan Glaumann déjà responsable du mix de bombes telles que Rammstein ou Clawfinger, et produit par le maintenant fameux Anders Fridén (hurleur de In Flames pour ceux qui ne le savent pas), quand aux membres du groupe ils proviennent de SwordMaster et de Dissection. Quand on voit un hall of fame de ce style au dos d’un album on se dit qu’on peux s’y jeter à plat ventre et qu’on a peu de chances de se retrouver à barboter au milieu d’un champ d’orties.

C’est donc ce que l’on fait, et on démarre en puissance avec un « Semi-Automatic » tout ce qu’il y a de plus convaincant. Quand la guitare et les « hoy » démarrent on a l’impression d’entendre un nouvel album de Kovenant, mais lorsque Whiplasher (y en a qu’on pas de bol d’avoir des noms comme ca), commence à chanter on comprend qu’il y a plus derrière ce groupe qu’un simple clone. Le chant se veut résolument différent de ce que l’on a l’habitude d’entendre dans ce genre d’opus. Une voix à la fois gothique (à la façon d’un 69 eyes ou pour caricaturer d’un Type O Negative), à la fois rauque (à la Rammstein), et même parfois black soft (comme chez Kovenant). La production est tout simplement exemplaire, on sent bien qu’il y a des vrais pro derrière ce son. Ca frappe, ça cogne, ça fait un boucan monstre sans pour autant que le groupe ait besoin d’atomiser sa batterie, la guitare se veux résolument basse, et la basse mixée relativement forte appuie la sensation de lourdeur de l’ensemble. La batterie bien qu’assez mécanique est tout à fait précise et se mélange habilement avec les samples éléctro omniprésents.

« Semi automatic » donc, est une mise en bouche appétissante pour ce qui va suivre, à savoir, « Synthetic Generation », le morceau présent sur cette fameuse compil de Nuclear Blast. Je ne pourrais pas trop vous parler de ce morceau parce que j’avoue que je sais pas trop par quel bout le prendre. Une fois de plus la ressemblance avec Kovenant est frappante au début, mais le reste du morceau avec son alternance de 3 types de vocaux est étonnant. Des couplets chantés graves sur une musique quasi absente. Puis vient le refrain, terriblement martial à la façon d’un Rammstein, servi par une voix très légèrement hurlée se muant naturellement en un chant clair saisissant. Je dois dire que ce morceau est tout simplement le meilleur de l’album et un des morceaux les plus intéressants qu’il m’ait été donné d’écouter début le début de cette année.

On passe ensuite à « New Dead Nation », qui s’ouvre avec des vocaux graves alternant avec des voix saturées. Une fois de plus c’est au niveau du refrain que le groupe parvient a scotcher avec une construction intelligente et une fois de plus cette alternance de vocaux décidément toujours bien placés. Une fois de plus, une bombe en puissance, le genre de morceaux qui s’ils passaient en soirées me ferait sortir bien souvent. « Syndrome », premier single dans l’ordre chronologique du groupe est encore une fois une démonstration de l’inspiration de ces quatre joyeux drilles.

Alors on pourra toujours reprocher au groupe de mélanger tout plein d’ingrédients pour plaire en piochant tour à tour chez Kovenant, Rammstein, Ministry ou Fields of the Nefilim (et c’est ce qui explique mon « petit » 17), mais il n’en reste pas moins vrai que l’album est très agréable à l’écoute et qu’on se prend au jeu de ce disque à tel point qu’on se surprend à se le passer en boucle. Je me demande en tout cas comment j’ai pu passer à côté de ce disque a l’époque.

  1. semi-automatic
  2. synthetic generation
  3. new dead nation
  4. syndrome
  5. modern death
  6. little angel
  7. the revolution exodus
  8. damn me
  9. the rape of virtue
  10. genocide
  11. no light to shun
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Alex says:

    Synthetic generation est tres bien! pour le reste je ne sais pas!!! En tout ils ont un visuel bien corsé ( ref le clip lol)

Répondre à Alex Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *