The Blinding Light – The Ascension Attempt

11 Commentaires      1 222
Style: hardcore [brand] newschoolAnnee de sortie: 2004Label: Deatwish

Après un premier EP sorti en 2002, The Blinding Light espère bien marquer les esprits des nombreux adeptes d’un hardcore technique et intelligent avec son premier véritable album : The ascension attempt.

Originaire du Dakota du Sud, The Blinding Light est né de la rencontre entre Brian Lovro, ex-Threadbare et les musiciens de Caligari. Les 5 membres du groupe pratiquent un hardcore métal chaotique dans la ligné de Coalesce, Knut ou Converge. Jacob Bannon, fondateur de Deatwish et chanteur de Converge, ne s’y est d’ailleurs pas trompé en les signant sur son propre label et en réalisant l’artwork de l’album. Aujourd’hui, tel le phoenix aperçu sur la pochette, The Blinding Light est désormais prêt à prendre son envol.

The ascension attempt n’est pas facile d’accès et il faudra plusieurs écoutes pour vous imprégner de cette atmosphère aride et intense qui se dégage de l’album. Dès les premières secondes de « Wake Up/The Wind Up », un vent furieux vous emporte. Votre corps ne peut résister aux rafales sonores déversées par des guitares acérées. Sous le flot incessant des distorsions s’élève alors une voix rocailleuse, intense et monocorde qui s’insinue dans votre esprit pour mieux laisser exploser sa rage : des « Wake up ! » assassins parviennent à vos oreilles portés par des vents déchaînés. Les riffs syncopés, les mosh part frénétiques ne vous laissent aucun répit. Mais soudain cette atmosphère étouffante laisse place à une accalmie mélodique.

Sur « I Can’t Slow Down » le rythme ralentit, des breaks hypnotiques viennent percer l’obscurité. Les rugissements laissent place à des chœurs célestes sur « Hydrant » et ses « You waste your life » hantés …puis c’est la compression brutale. L’enfer se déchaîne à nouveau et l’assaut se poursuit avec un « Ammunition » épique.

Musicalement The Blinding Light est bien loin de la surenchère pratiquée par de nombreux groupes actuels. Sans se brûler les ailes, le phoenix parvient à amener son hardcore déstructuré vers des sommets de brutalité. Le mur sonore des guitares couplé à une batterie arythmique ne tombe jamais dans la facilité ou la démonstration technique. Pour s’en convaincre il suffit d’écouter les montées en puissances de « Routine seizure », « Wake up/the Wind up », la basse hypnotique de « Hydrant » et ses alléluias angéliques ou encore le « Alive » qui vient clôturer l’album et marquer nos esprits : « Lit, fuse, feed, forever, I’m alive. »

The Blinding Light parvient avec conviction et détermination, à se hisser vers les sommets d’un genre qui commençait à tourner en rond. Alors ne vous laissez pas aveugler par les quelques faiblesses de la production et rejoignez The Blinding Light dans son ascension.

  1. wake up/the wind up
  2. routine seizure
  3. i can’t slow down
  4. ammunition
  5. hydrant
  6. snake killer
  7. earth razor
  8. light
  9. alive
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

11 Commentaires

  1. NEUROTOOL says:

    Un excellent album pour tout fan des groupes précités, qui possède un charisme et une réelle personnalité.
    Je rajouterais juste que ce groupe doit avoir une p’tite influence Slayer (la voix d’écorché me fait de temps à autre penser à celle d’Araya et certains ponts ou riffs sonnent un goût certain pour le trash.Sans pour autant sonner comme toute cette vague metalcore…)
    A écouter pour l’urgence qui s’en dégage!

  2. kollapse says:

    tt à fait dac avec la chro et neurotool, bien que pour moi ce disque est tt simplement ce qui s’est fan de mieux ds le genre metalcore extrème et affiliés je vais dire…The blinding light nous signe la un disque MOMNUMENTAL ou tous les titres sont enormes, où ils font preuve d’une personnalité et maturité déconcertantes. JE verrais The blinding light comme une rencontre (improbable) entre slayer, converge et crowbar…une rencontre de poids lourds en gros, qui donne naissance à un groupe qui ne l’est pas moins! Bref vraiment inratable pour les amateurs de musique heavy(ds le sens lourd, pas le fan de Manowar…), thrash,hardcore et autres genres extrèmes. 1 dernier mot: VIVEMENT LE PROCHAIN, bien sur.

  3. kollapse says:

    15/20 c pas bcp pour ce disque…18/20 me semble plus approprié;) (on a pas une sortie pareille tous les jours que diantre!)

  4. VINcz says:

    « A écouter pour l’urgence qui s’en dégage! »
    j’aurais bien voulu la trouver cette formule! En tout cas c’est exactement ce que l’on ressent à l’écoute du CD.

  5. NEUROTOOL says:

    le professionnalisme p’tit! Cà viendra!;)

  6. krakoukass Krakoukass says:

    Ecoutez-le lascar!!! ;)

  7. neurotool says:

    La perche était trop belle…lol

  8. le worm says:

    p’tite influence nostromo pour la voix et brutalité et technique dignes d’une meilleure note. La galette tourne en contiinu depuis 2h30 je vais peut-etre arreter.

  9. damien luce says:

    Un beau choc entre crowbar et the swans, un disque impeccable qui tourne en boucle chez moi!!!

  10. kollapse says:

    Disque absolument mortel, une de mes plus grosses claques métal de ces dernières années. Groupe pas assez connu à mon gout c’est certain! Un double album est d’ailleurs en préparation…Dire que j’ai hate de voir de quoi il en retourne est un doux euphémisme ^^

  11. Ayesta! says:

    C’est clair que cette voix « Tom Araya »-ienne fait déja son petit effet et le reste… c’est que du bonheur!
    On a l’impression que les gars jouent un flingue sur la tempe, tellement c’est sur le fil du rasoir tout le temps!
    Puissantissime!
    PS : je vous recommande leur EP « Glass Bullet » qui posait déja les bases de ce fabuleux hardcore chaotique & saccadé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *