Billy Talent – 2

3 Commentaires      1 400
Style: emo/punk coreAnnee de sortie: 2006Label: Atlantic Records

S’il y a un retour que j’attendais impatiemment, c’est bien celui-ci ! C’est que ces diables de canadiens de Billy Talent qui m’ont enchanté avec l’un de mes albums favoris de l’année 2003, l’éponyme Billy Talent, ont pris leur temps pour lui donner un successeur. Il faut dire qu’ils n’ont pas chômé aux States et au Canada où le groupe a atteint une popularité colossale, vendant des brouettes de disques.
La situation est loin d’être identique en France, j’en veux pour preuve le fait que ce nouvel album sorti outre-atlantique le 27 juin ne fasse pas pour l’instant l’objet d’une distribution officielle dans notre beau pays. Direction les bacs d’import donc, pour, avec un peu de chance, espérer dénicher l’objet.

Je l’attendais tellement ce nouvel album sobrement intitulé II, qu’il aurait été facile de me décevoir. Heureusement il n’en est rien, le résultat est finalement presque à la hauteur du précédent méfait du groupe, et si la note que vous découvrirez en bas de page y est légèrement inférieure, ce n’est que parce que cet album, s’il égale (ou presque) en qualité son prédécesseur, pâtit de sa difficile filiation et ne peut donc revendiquer le même effet de surprise que son prestigieux aîné.

Que l’on soit clairs -même si je vous renvoie à la chronique du premier album- je préfère avertir nos chers lecteurs à l’avance : ici pas de post-machin ou de hardcore méga chaotique et hyper complexe : simplement des tubes pop-punk à la pelle, bourrés d’une bonne humeur communicative et bénéficiant d’une qualité de song-writing indéniable.

Car le côté emo et légèrement hardcore (j’ai dit légèrement) que l’on retrouvait déjà très fugacement sur le 1er opus est ici encore moins palpable. Mais il n’a pas tout à fait disparu non plus, puisqu’on le retrouve par moment dans cette folie vocale (cf les couplets de « Worker Bees » par exemple) que j’avais tant appréciée sur le premier album et qui rendait un titre comme « Line & Sinker » complètement hystérique (un peu comparable à celle des Blood Brothers par moments).

II débute avec l’excellent « Devil In A Midnight Mass » et son riff de guitare aux sonorités qui me font à chaque fois penser à Muse. Cette sonorité un peu nouvelle mise à part, on est en terrain connu avec ces chœurs punkisants et cette euphorie vocale qui donne envie de sauter partout. Sur la fin du titre on retrouve les cris hystériques de Ben Kowalewicz, ce chanteur si particulier qui est pour beaucoup dans l’originalité du son Billy Talent. Cependant mieux vaut là encore être clair : son timbre nasal étant très particulier, définitivement on adore ou on déteste au final. Peu de place pour la demi-mesure. Pour le situer, disons qu’il évoque parfois le si décrié (vocalement s’entend) Daron Malakian de System Of A Down. Il vous suffira d’écouter l’excellentissime « Covered In Cowardice » pour vous en rendre compte.

« Red Flag » est un titre typiquement punk-rock, absolument imparable de la première à la dernière note. Il est peut-être un peu plus conventionnel que ce à quoi nous a habitué BT, mais ça n’enlève rien à sa qualité.
Je ne vais pas balayer tous les titres, mais sachez que si vous avez aimé le premier album, vous aimerez forcément celui-ci, car même s’il est peut-être moins fou au final il est au moins autant qu’auparavant gavé de tubes. Si vous n’avez pas aimé, laissez tomber, et si vous ne connaissez pas je ne saurais trop recommander une petite écoute. Mais attention hein, abordez bien Billy Talent avec la légèreté qui s’impose : ici point de révolution musicale en vue, simplement une bonne humeur communicative et des putains d’excellentes chansons (je sais je me répète, mais comme ça on est clairs).

Personnellement vous l’aurez compris j’adore, même si je ne peux que constater (et en même temps m’en féliciter à vrai dire) le peu d’évolutions par rapport au premier album. Pour chipoter (et appuyer la différence de note entre les 2 opus) je déplorerai juste la présence d’un ou deux titres un peu quelconques (le trop simplet « Perfect World » ou le Red Hotien « Surrender » par exemple).

A part ça c’est du tout bon et d’après ce qu’on peut voir à droite à gauche sur le net, la musique des canadiens s’apprécie encore mieux sur scène où la folie semble à son comble. Un passage par la capitale à la rentrée semble se profiler… J’y serai !

  1. devil in a midnight mass
  2. red flag
  3. this suffering
  4. worker bees
  5. pins and needles
  6. fallen leaves
  7. where is the line
  8. covered in cowardice
  9. surrender
  10. in the fall
  11. perfect world
  12. sympathy
  13. burn the evidence
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 893 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. jonben jonben says:

    Bien rafraichissant, idéal pour l’été. Dommage la tendance un peu « gamin » de certains morceaux, en particuleir niveau voix.

  2. Bob says:

    J’attendais cette chro ^^
    Et moi non plus j’étais pas déçu, même si j’ai une petite préférence pour le premier.

  3. Pidji says:

    Il est tout de même nettement moins bon que le premier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *