Crowpath – One With Filth

3 Commentaires      999
Style: metal chaotiqueAnnee de sortie: 2008Label: Willowtip Records

« Où est mon Crowpath ? ». Voilà ce que je me suis écrié en écoutant One with filth la première fois. Où étaient donc partis les breaks endiablés. Leur batteur se serait-il calmé ? Qu’en était-il des rythmiques grind passées à une moulinette quasi breakcore (mais sans aucun sample) qui m’avait rendu épileptique lors de leur passage au Batofar en compagnie de Comity ? Chaque écoute était plus convaincante que la précédente mais, il manquait un petit quelque chose et ce n’était pas un sanglier par Toutatis.

Non, ce qu’il me manquait c’était une dose de jugeotte nécessaire pour me rendre compte que Crowpath avait mis de côté le chaos d’hier pour écrire des titres plus cohérent et aussi plus sludge. Bye bye le blast à tout va, bonjour le riff gras plus metal et plus lent. De groupe de GRIND sludge, les suédois sont donc devenus un groupe de SLUDGE grind. Une distinction qui n’est pas du tout sémantique mais, ne signifie pas pour autant que les fans de longue date peuvent aller chercher leurs habits au vestiaire.

Lenteur ne signifie pas simplicité et il suffit de prêter un peu l’oreille pour en avoir la confirmation dès la première chanson : ce batteur a toujours huit bras. Il sait cependant les ranger tous au placard pendant quelque moment quand il s’agit de créer une atmosphère vraiment très malsaine comme sur « I Gryningen » dont les riffs de guitares semblent possédés par des fantômes se déplaçant derrière les musiciens. Le « calme » n’est que de courte durée car, dès le titre suivant, l’avalanche de riffs et de frappes contrôlées revient au grand galop. Les riffs sont par contre beaucoup plus faciles à distinguer dans tout le fracas des instruments. Tout s’enchaîne avec des transitions et se conclut gracieusement pour que chacune des plages se distingue bien l’une de l’autre.

Encore un changement bienvenu pour qui se soucie d’écouter des disques mémorables. Le Crowpath de One with filth est aujourd’hui une hydre beaucoup plus mordante et menaçante que le monstre auteur de Son of sulphur. Le changement n’est de toutes façons pas si surprenant que ça car si l’on reprend la trajectoire amorcée depuis Red on chrome, le chemin parcouru entre les deux premiers disques était déjà tout tracé jusqu’à ce troisième album. Je ressors donc maintenant de l’écoute de One with filth avec une nouvelle certitude : Crowpath n’a pas disparu, il a changé pour m’offrir un disque plus cohérent mais pas moins violent et jouissif. Bien au contraire.

  1. one with filth
  2. where dolls do sin
  3. fondling the grotesque
  4. plague bearer
  5. i gryningen
  6. cleansed in chlorine
  7. the deed
  8. the hunt
  9. septic monarch
  10. in pitch black piss
  11. retarded angel

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. pearly says:

    marrant, moi je le trouve moins cohérent. parce que je trouve que trop de riffs sont convenus, mous, que la voix est moins braillée sans retenue qu’avant, presque « contenue », et que le contraste avec la batterie, elle toujours aussi ahurissante, empêche de trouver le moindre fil conducteur.
    Sans oublier que ces deux mêmes points font que ça cogne à plat. red On Chrome, toujours. ça reste pas mauvais, évidemment, parce que plein de passages font mouche. mais tout de même, parce que j’en attendais énormément, ça reste une immense déception.

  2. Rémi says:

    pour toutes les raisons évoquées par Pearly, on est quand même loin d’un « Twenty Years Delayed Abortion » (sur « Old Cuts And Blunt Knives ») tant en terme de son (très loin!) que de contenu… Déception aussi pour ma part

  3. Bernard says:

    Un groupe en évolution, c’est déjà pas mal. Et en tant que gros fan de Gorguts (‘Obscura’), cette nouvelle offrande me va tout à fait. A bon entendeur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *