Tapetto Traci – Neurula

3 Commentaires      1 314
Style: jazz noisy et rockAnnee de sortie: 2009Label: A Tant Rever Du Roi

Un groupe de jazz qui joue du rock bruyant et fort tirant sur le métal, ça vous fait sûrement penser aux italiens de Zu qui ont littéralement assommé tout le monde avec leur superbe dernier album, Carboniferous, album qu’on devrait logiquement retrouver dans quelques listes de fin d’année.

Que ce beau succès critique déclenche des vocations ou qu’il permette à des formations existantes de se retrouver sous les projecteurs, les deux situations paraissent vraisemblables. Tapetto Traci est pour sa part une jeune formation paloise qui sort avec Neurula son premier album, dans lequel on retrouvera clairement cet esprit Zu, mais aussi du Primus (la basse joue un rôle important ici aussi) voire du Mr Bungle.
Il s’agit donc clairement de jazz joué façon rock voir noise (la section rythmique peut évoquer un Doppler en bonne forme), sans que l’on tombe dans une imbuvable fusion jazz-rock venue d’autres temps. Contrairement à Zu, la guitare est quasiment constamment de la partie chez Tapetto Traci, et c’est notamment elle qui donne ce cachet noisy à cette musique.

Proposant d’abord 4 titres très rock plutôt directs et courts (à l’exception de « la danse de l’atome » qui s’étend sur 8 minutes tout de même), travaillant un crescendo fusant qui fait vraiment taper du pied et qui envoie comme il faut, (mention spéciale à « Le Pendule » qui démarre dans les lourdeurs avant de se terminer en copulation frénétique des instruments) les français nous emmènent ensuite sur des contrées plus complexes via « Magbarat Alzoar » titre beaucoup plus long qui installes des ambiances différentes et montre un visage moins rock, encore plus jazz, tout en proposant des variations de ton, de tempo et de propos plutôt intéressantes.
J’avoue être personnellement moins enclin à apprécier les ambiances plus fortement connotées de la sorte, préférant les passages les plus rock mais il ne s’agit là que de préférences personnelles, la grande force de Tapetto Traci étant de ne pas s’inscrire dans un goût pour les plans répétitifs, préférant les changements d’ambiance qui évitent de se lasser.

L’album se termine par « Modus Operandi » et ses cordes menaçantes qui nous baladent sur 8 minutes rappelant vraiment Zu dans l’utilisation du saxo avant qu’une ghost track pas vraiment indispensable vienne clôturer les affaires de nos amis du sud-ouest, en tout cas pour cette première livraison.

Evidemment le niveau technique de chacun des protagonistes leur permet de manier leurs instruments dans le sens qui va bien, au service de ces compositions riches jouissant d’un son sec (rien à voir avec le son métal du dernier Zu), le tout laissant augurer de bonnes choses pour le futur de Tappeto Traci. On suivra ça avec intérêt.

Tracklist :

  1. déraison
  2. le pendule
  3. neurotonic
  4. la danse de l’atome
  5. magbarat alzoar
  6. modus operandi
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 931 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. drommk says:

    Hâte d’écouter ça !

  2. ellestin says:

    une formation « palienne », t’es sûr ? Allez je te laisse la chance de corriger avant que trop de monde voit ca :o)

  3. Krakou says:

    lol
    Je ne vois évidemment pas de quoi tu veux parler… ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *