Tempest – Solace (EP)

Pas de commentaires      1 211
Style: Dark Hardcore épique et intenseAnnee de sortie: 2012Label: Vitriol Records

Intensité. S’il fallait choisir un mot pour bien définir ce groupe et en particulier cet EP, c’est bien celui-là qui s’imposerait comme une évidence. Comment en effet qualifier autrement ces 2 titres (à peine 10 minutes de zik) qui laminent tout sur leur passage?

Solace voit s’accoupler un crust/hardcore métallique sale et rageur, à des mélodies épiques proches du post-hardcore. Certains ont choisi d’appeler ça du dark hardcore et c’est vrai que l’image peut coller, même si finalement l’atmosphère et le riffing peuvent évoquer plus simplement le black metal (confirmant le rapprochement des scènes hardcore/crust et black, qu’on a déjà pu apprécier chez Kickback par exemple ou chez Dephosphorus, This Gift is a Curse…) notamment là encore dans sa mouvance « post ».

Rageuse, la musique des canadiens de Tempest l’est sans le moindre doute, notamment avec cette voix arrachée à l’extrême, possédée, qui fait le pont avec un screamo-hardcore sans concession. Le batteur massacre ses fûts (c’est particulièrement impressionnant en live surtout considérant qu’il ne paye pas de mine avec sa bonne tête de geek) et les riffs crasseux se surajoutent pour  dresser la table (façon fosse à purin), le tout dans une ambiance sombre, mélancolique, sur laquelle le groupe a la bonne idée de faire émerger des mélodies superbes et dignes des meilleurs moments post-machin, qui font instantanément chavirer. Rien que le break du premier titre qui voit se succéder un passage furieux et une mélodie sublime vaut le coup de dépenser ses euros dans cette rondelle. Que les allergiques au post-bidule se rassurent vite, la tonalité générale est surtout furieuse et le crust l’emporte largement sur le post-hardcore. Les 10 minutes s’écoulent en tout cas à une vitesse hallucinante, et aucun passage n’est à jeter (heureusement en même temps).

Sauf que… il vous faudra choisir entre un 7″ en vinyle, ou un téléchargement contre arrhes, les possesseurs de cd étant encore une fois oubliés (le groupe ayant d’ailleurs confirmé n’avoir absolument aucune intention de graver du cd), conformément à cette nouvelle tendance de l’underground qui tend malheureusement à se développer.

Malgré sa durée forcément frustrante et son format limité, Solace est un met de choix pour les amateurs de furie crasse (le précédent album du groupe, Passages  sorti en LP en 2010, vaut aussi largement le coup d’oreille) . Après le Axiom des grecs de Dephosphorus l’an passé (dans un style proche mais moins « dark »), voilà encore un EP qui fait une entrée fracassante dans les meilleures sorties de l’année! On espère avoir droit à un album complet pour bientôt!

http://www.youtube.com/watch?v=cXJDKfZCkv0

Tracklist :

1 – Solace I

2 – Solace II

 

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 714 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>