Rudresh Mahanthappa – Gamak

RudreshMahanthappa_Gamak

Ca commence par un court motif de sax, répété en boucle, qui accroche directement le cerveau. Un motif simple et efficace, qui servira de leitmotiv au premier et plus long titre de l’album. 9 minutes qui seront pourtant tout sauf répétitives. Le jazz contemporain de Rudresh Mahanthappa (d’origine indienne, mais né en Italie et vivant à New-York !) n’a pas pour but de perdre l’auditeur en route avec des structures “free“ difficilement lisibles par les non-initiés.
RudreshNon, le quartet ici réuni a l’art de distiller des compos qui présentent un équilibre certain entre mélodies subtiles (parfois inspirées par la musique indienne, presque une évidence) et libres envolées improvisées. La section rythmique assurée par François Moutin (basse) et Dan Weiss (batterie) assure une assise confortable aux deux solistes, mais sait aussi se montrer tribale comme sur l’entêtant “Waiting is forbidden“ qui ouvre le disque (qui nous rappelle un peu ce que peut faire l’Electic Epic de Guillaume Perret). Le guitariste américain David Fiuczynski (qui a joué avec Hiromi, Me’Shell NdegeOcello ou encore Hassidic New wave), dans un jeu constant de question/réponse avec le leader, nous offre de superbe solis, inspirés et ne tombant jamais dans la facilité. Il ne s’interdit pas non plus des rythmiques plus simples, visant l’efficacité, comme sur le très court “Majesty of the blues“ qui clôture énergiquement l’album.
Mais c’est évidemment Rudresh Mahanthappa qui se distingue sur ce Gamak. Véritable virtuose du saxophone, au jeu fluide, rapide et précis, il nous offre des soli étourdissants de maîtrise. Improvisation oui, mais en sachant toujours où il veut emmener l’auditeur. Un auditeur qui choisira l’écoute attentive plutôt que le fond sonore à l’apéro. Toutefois, on a l’occasion à plusieurs reprises d’entendre Rudresh jouer de façon plus classique, avec un héritage hard-bop dans ses bagages. Le titre “Ballad for troubled times”, fera office de baume apaisant et éveillera le temps d’un instant, le fantôme du grand John Coltrane.
Je ne suis pas certain que cet album pourrait dépasser les frontière d’un public jazz comme peuvent le faire ses compagnons de label Youn Sun Nah ou Tonbruket (tous signés sur ACT records, label allemand en passe de devenir un des plus influents du jazz européen avec l’historique ECM) mais nul doute que nous tenons là un des albums de jazz de l’année (en ce qui me concerne, la production actuelle étant simplement dantesque en terme de quantité.).

TAGS : ,
STYLE:

2 commentaires

  1. Album génial merci ! Coltrane n’est pas mort ! Je conseille également Ukandanz

  2. Merci à toi aussi alors, je pensais faire un bide avec cette chronique :-) Je ne connais pas Ukandanz, je note ça dans un coin.

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).