After The Burial – Wolves Within

2 Commentaires      1 181
Style: sumeriancore (metalcore/djent progressif)Annee de sortie: 2013Label: Sumerian Records

Au fil des albums, After The Burial a su s’imposer au sein d’un style duquel on ne compte plus les nouveaux groupes ces derniers temps: le djent/metalcore rebaptisé sumeriancore. Parti à ses débuts d’un metalcore déjà technique mais plus commun, le quintet de Twin Cities, Minnesota, a connu quelques revirements d’effectif (deux fois de chanteur notamment) pour ensuite verser dans quelque chose de plus percutant et un poil progressif, et Wolves Within ne dérogera pas à cette règle…

Riffs mécaniques à la syncope typiquement Meshuggienne, son de basse surpuissant, batterie métronomique, hurlements monocordes… pas d’inquiétude à avoir, tous les ingrédients sont réunis pour un album de djent de plus. Pourtant, malgré une offre toujours plus conséquente de la part de clones de Periphery, After The Burial creuse son propre sillon sans pour autant lâcher le chemin principal.

Comment le groupe se différencie-t-il des autres alors ? Simplement en étant doté d’un guitariste lead vraiment impressionnant. Donnant parfois l’impression d’avoir 10 doigts à chaque main, le gars multiplie les riffs complexes, soli inspirés (Nine Summers), se laissant même aller à des « délires » jazzy (Of Fearful Men).

Du boulot a aussi été fait au niveau des atmosphères. Souvent froides comme le veut le style, After The Burial sort souvent de ce carcan pour offrir des riffs plus heavy/thrashy (Virga, au jeu de batterie incroyable) et un peu de réverb (+ un peu de synthé) en intro de l’énorme Neo Seoul pour sûrement l’un des titres les plus catchy de cet album.

Bref, Wolves Within est un album dans la parfaite continuité des précédents albums d’After The Burial. Ces neuf nouvelles compos ultra puissantes baignent dans une prod mastoc pour un rendu des plus compacts, mais voilà, ça impressionne sur le coup mais en vient parfois à se montrer un peu lassant, la faute à un choix de faire durer les morceaux autour de 4/5 minutes en moyenne. Un léger point noir qui ne ternit pas pour autant l’impression globale de cet album, très positive. Nul doute que les amateurs du style y trouveront leur compte.

  1. Anti-Pattern
  2. Of Fearful Men
  3. Pennyweight
  4. Disconnect
  5. Nine Summers
  6. Virga
  7. Neo Seoul
  8. Parise
  9. A Wolf Amongst Ravens

Facebook

beunz
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. ichimatsu says:

    Je suis resté sur « Rareform » qui est de loin supérieur… à mon humble avis.

  2. jonben jonben says:

    Assez linéaire et ça manque de mélodie je trouve, un peu un effet A Life Once Lost version djent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *