The Gorge – Thousand Year Fire

2 Commentaires      2 454
Style: math(metal)core avec touches progressivesAnnee de sortie: 2016Label: autoproductionProducteur: Ryan Wasoba

Originaire de St. Louis, Missouri, The Gorge n’est pas un nouveau venu dans le monde merveilleux du metal hardcore, le quartet ayant en effet sorti auparavant un album en 2011 (Prehistoric Relapse) et un EP éponyme en 2013. Mais attention en lisant « metal hardcore », le groupe se range plutôt du côté des adeptes de géométrie et de cosinus.

Vous l’aurez compris, c’est bien de mathcore dont il est question ici, mais du mathcore maousse costaud. En même temps, avec un tel nom, on aurait été étonné de ne pas entendre les cordes vocales du chanteur/guitariste un peu mises à mal, dans le genre râââââle monocorde qui racle le sol notre gaillard se défend plutôt bien. Mais ses camarades ne sont pas en reste, alternant avec virtuosité les plans très complexes mais parfois non dénués de mélodies jazzy (« Return To Earth », presque instrumental) et les coups de boutoir te plaquant au sol comme la totalité d’une équipe de rugby (parfois pendant plus de dix minutes comme pendant « Pedestals »), on est là face à du lourdeau alambiqué quelque part entre The Dillinger Escape Plan et Meshuggah qui se seraient mis au prog.

La qualité technique de The Gorge est stupéfiante d’inventivité, qu’elle parte dans des agressions ultra virulentes (le surpuissant « False Progress », rappelant un peu ce que fai(sai)t Engineer) ou pendant les moments plus sensibles (« River Ghosts », instrumental de toute beauté), les mecs touchent leur bille et surprennent l’auditeur à chaque titre. Du morceau éponyme bien virulent (contenant une chouette mélodie « asiatisante » sur son final) ouvrant l’album aux huit minutes épiques de « Air Grows Thin », conclusion contenant ce mélange de violence et de technique soufflante (avec superbe solo en prime), on se retrouve tantôt malmené, tantôt transporté plus agréablement par ces quatre gars adeptes des compos à tiroirs mais pas toujours si bourrins que ça. Un album atypique à découvrir.

  1. Thousand Year Fire
  2. False Progress
  3. Pedestals
  4. Return To Earth
  5. Dying Breed
  6. River Ghosts
  7. Air Grows Thin

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

2 Commentaires

  1. Shaq says:

    De chouettes idées, des riffs et des mélodies qui claquent le slip. Les passages instru et le climax général me rappellent les grandes heures d’Intronaut. Dommage je trouve la voix assez quelconque, sinon musicalement c’est du gros boulot. Belle découverte !

  2. jonben jonben says:

    Pas mal du tout. Il y a un petit coté East of the Wall aussi.
    Pareil que Shaq, je trouve dommage que la voix soit si linéaire, ça serait limite mieux instrumental.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *