Wear Your Wounds – WYW

Pas de commentaires      780
Style: post-rock/lo-fiAnnee de sortie: 2017Label: Deathwish Inc.

En attendant un nouvel album de Converge, Jacob Bannon et Kurt Ballou (respectivement chanteur et guitariste, mais vous n’avez normalement plus besoin de présentations) ont décidé de s’éloigner de leur chaos habituel pour s’orienter vers quelque chose de plus atypique. Wear Your Wounds est, à l’instar de Supermachiner, un projet donnant libre cours aux envies plus mélodiques du boss de Deathwish Inc. Outre son inséparable guitariste, les autres participants au projet viennent du monde du metal hardcore puisqu’on retrouve Mike « Gunface » McKenzie (The Red Chord, groupe qui manque cruellement au milieu des sorties actuelles, Stomach Earth), Chris Maggio (Trap Them, Coliseum) et Sean Martin (Twitching Tongues, ex-Hatebreed), bref de sacrées pointures !

Vocalement métamorphosé, l’ami Bannon ne hurle plus sa rage caractéristique mais…chante, d’une manière paraissant peu assurée, timide voire fragile (ce qui va de pair avec le nom du projet du coup), sa voix étant souvent saturée tout de même. Majoritairement enveloppées dans un voile ambient, ces dix compos à l’atmosphère éthérée distillent une mélancolie très touchante. Dès « Wear Your Wounds », le titre d’ouverture, le ton est donné avec ce piano minimaliste démarrant seul avant d’être rejoint par les autres instruments l’accompagnant ou déployant parfois parfaitement le côté « explosion » inhérent au post-rock (on perçoit d’ailleurs aussi quelques cris de Bannon dans le fond).

Lents et tristes, ces dix morceaux, composés petit à peut au fil des ans, nous immergent dans un univers le plus souvent glacial, exprimant une douleur plus en retenue, plus sobre que « l’habituel » déversement de rage chaotique de Converge. Wear Your Wounds lui est totalement opposé, l’ambiance étant davantage dans le spleen contemplatif, avec sa dose de regrets et de fêlures (avec quelques passages plus lumineux comme pendant « Best Cry Of Your Life »). Un premier album souvent pesant mais très poignant, de quoi vous mettre un bon coup au moral. Nul ne sait pour l’heure si comme Supermachiner, WYW ne sera qu’un one-shot ou pas, en tous cas c’est l’occasion pour découvrir une autre facette du papa de Jane Doe, pas la plus revigorante certes, mais au talent toujours aussi impressionnant.

  1. Wear Your Wounds
  2. Giving Up
  3. Iron Rose
  4. Hard Road To Heaven
  5. Best Cry Of Your Life
  6. Breaking Point
  7. Shine
  8. Fog
  9. Heavy Blood
  10. Goodbye Old Friend

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *