Dark Habits – Cave Paintings

Pas de commentaires      842
Style: blackened crust/chaos/noise hardcoreAnnee de sortie: 2017Label: autoproductionProducteur: Lewis Glass

Dark Habits est un jeune groupe de Glasgow sortant avec ce Cave Paintings son tout premier EP, soit un concentré d’influences issues d’un peu toutes les scènes tendances en matière d’extrême. Avec son artwork so(m)bre et plutôt réussi, le trio écossais signe six titres qui « font penser à » mais très encourageants pour la suite.

Le « punk/metal/powerviolence » annoncé est un peu réducteur mais le name-dropping d’influences de leur page facebook confirme que l’on est davantage du côté du crust/grindcore, du black metal et du chaos-noisecore. Un crossover qui parlera sans peine aux amateurs des sorties de chez Southern Lord, Throatruiner ou encore Deathwish.

L’influence Nails apparaît tout de suite sur « Black Tabs » avec sa rythmique virulente, cependant l’optique du groupe est plus arrachée (surtout vocalement), plus crasseuse. Confirmation avec « Porcelain Dreams » qui n’hésite pas à faire hurler les larsens et qui nous gratifie d’un break bien gras introduisant un final ralenti du meilleur effet. « Self-Exorcism » nous présente la facette noisy/synthétique de Dark Habits, avec sa boite à rythme, ses grésillements drone et les hurlements malfaisants au-dessus, on est plus du côté de The Body pour le coup.

Et hop, on change à nouveau pour du vénère expéditif (à peine plus d’une minute) avec « Wishful Thinking » dans la lignée d’un All Pigs Must Die ou d’un Trap Them, avant que « Wildwood Spires » ne baisse le rythme pour une intro plus doom avant que les choses ne s’accélèrent dans un chaos bien méchant. « Pity » termine par une espèce d’ambiance éthérée mais avec du larsen en arrière-poste et des voix pas très perceptibles dans le fond accompagnées de quelques notes de guitare éparses, une outro étrange pour terminer cet honorable premier EP.

Seulement honorable ? Ma foi oui, Dark Habits sent un peu trop le groupe « dans l’air du temps » qui a voulu placer toutes ses influences dans ses morceaux. C’est très bien fait certes, mais l’ombre de leurs (trop évidentes) influences, de Converge à Young And In The Way en passant par Dragged Into Sunlight, rendent ce premier EP un peu trop « on fait comme eux » pour totalement convaincre. Malgré tout efficace, il y a là de bonnes bases pour prochainement passer à la vitesse supérieure avec un surplus de personnalité, on y croit.

  1. Black Tabs
  2. Porcelain Dreams
  3. Self-Exorcism
  4. Wishful Thinking
  5. Wildwood Spires
  6. Pity

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *