Interview Left Behind

Pas de commentaires      588
Style: metal/hardcoreAnnee de sortie: 2019

Interview du 30 mars 2019 avec Cade Lewis (basse), Bryan Rea (guitare), Jordan Lorea (guitare) et Zach Hatfield (chant) à Prague (République Tchèque).

1. Première question de routine, pouvez-vous nous parler de comment Left Behind a commencé ?

Cade: On a grandi en allant à des concerts. Bryan et Zak (Rea, le batteur) sont frères, donc jusqu’ici c’était plutôt simple. Après on vient d’une petite ville où peu de gens jouent de la musique. Donc en allant à des concerts hardcore et metal du coin, on s’est assez vite trouvés.

Jordan: On a commencé en 2010 puis on s’y est mis autour de 2012 avec ce line-up, enfin on a plus composé puis on s’est mis à pas mal jouer en live à partir de 2013/14, à des concerts locaux puis à des tournées. Mine de rien, ça fait déjà quelques années !

2. Et c’est donc votre première fois en Europe ? Avoir l’opportunité d’ouvrir pour des grosses pointures comme Darkest Hour ou Unearth, ça vous fait quoi ? Un rêve devenu réalité ?

Cade: On ne voulait pas venir en Europe seuls donc on est ravis de pouvoir venir accompagnés d’un « gros package » de groupes, on se sent chanceux parce que ces groupes ramènent pas mal de monde en concert. Puis jouer dans de bonnes salles, dans de belles villes, c’est une superbe expérience. Puis c’est pour tous notre première fois hors de nos frontières, même comme touristes.

3. Et comment ça se passe avec les autres groupes, de bons contacts ?

Bryan: Ouais, ils sont vraiment adorables. J’adore les gars de Malevolence, puis tous les autres sont sympas avec nous en fait.

Cade: On bosse tous avec le même tourneur européen, donc ça rend les choses beaucoup plus facile aussi.

4. Et jusqu’à présent, est-ce qu’il y a une date de cette tournée qui va vous rester en mémoire plus qu’une autre ?

Jordan: Dur de choisir vu que toutes nos dates ont été cools, la date à Londres a été énorme, je pense aussi à notre date aux Pays-Bas, en fait toutes nos dates européennes. L’hospitalité ici est super, ils prennent bien soin de nous, ça fait simplement partie de nos meilleurs concerts.

Cade: Le catering, avoir une possibilité de se doucher à la salle, les lieux pour dormir, tout est meilleur que tout ce que tu veux aux USA ! Oui ça parait fou, mais avoir le confort d’une douche, d’un bon repas, des petits riens qui font qu’on se sente bien à tourner ici.

5. Vous avez signé pour votre album sur Pure Noise Records, un album que vous aviez déjà sorti en autoprod un an avant. L’avez-vous réenregistré pour l’occasion ?

Cade: Non, on a touché à rien. Pure Noise nous a signés car ils voulaient le ressortir tel quel. Ils voulaient nous donner un peu plus de visibilité. Mais maintenant on travaille sur un futur nouvel album qui sortira aussi chez eux, on a déjà des préprods prêtes et on enregistrera au mois de juin. Il devrait sortir un peu plus tard cette année, en automne ou hiver.

6. Et qu’est-ce que ça vous fait de faire partie de ce label, réputé pour ses groupes majoritairement affiliés pop-punk ?

Bryan: On fait partie de leurs groupes heavy avec Terror ou Knocked Loose, donc aucun souci pour nous, mais on était aussi déjà fan de pas mal de leurs groupes. Je suis le plus vieux du groupe, j’ai grandi avec Senses Fail.

Cade: Pure Noise est un label plutôt ouvert. Je pense qu’on pourra voir avec notre nouvel album jusqu’à ça va nous emmener, si ça touche le public. Ils nous ont simplement contacté en nous proposant de bosser avec eux, ils sont très sélectifs concernant les groupes qu’ils engagent. Ils fonctionnent au coup de coeur et se foutent du style, ils nous ont aimé donc on y est maintenant. On se sent bien sur ce label, ils ont un bon roster. Puis ils nous ont vraiment aidé pour cette tournée, donc merci à eux.

7. Et niveau compos, comment vous fonctionnez ? Tous ensemble ou chacun dans son coin ?

Bryan: Un peu des deux, on se réunit avec nos idées et on voit comment ça marche ou nom en groupe entier. On voit ensemble comment ça sonne, on modifie quelques trucs, plutôt classique comme méthode je pense.

Cade: On est pas tout le temps ensemble donc on écrit chacun dans notre coin puis on s’envoie des riffs par internet, on essaye de tout faire ensemble. Je sais pas si beaucoup de groupes font ça mais pour nous ça marche. Et les lyrics viennent ensuite, une fois la musique composée.

8. En ce qui concerne les lyrics justement, ceux-ci sont très personnels, parlant d’expériences de vie, est-ce que vous considérez leur écriture comme un moyen d’extérioriser des sentiments profonds un peu comme une thérapie ?

Zach: Oui, beaucoup de choses difficiles me sont arrivées ces dernières années, écrire est un bon moyen de laisser sortir ce que j’ai en moi. Mais sinon, j’écris surtout à propos de sujets personnels, qui me sont arrivées ou aux autres membres du groupe, donc j’écris surtout des choses que je sais. Le nouvel album va être dans les mêmes thèmes: des expériences personnelles, des choses que j’ai à extérioriser.

9. Quels albums trouve-t-on dans vos playlists ?

Jordan: En ce moment, j’écoute pas mal les premiers albums de The Body, je suis dans une période avec tout ce qui est dark/noise/indus, mais aussi le death metal. J’adore aussi le nu metal, Deftones, Korn.

Cade: Ma playlist actuelle contient plein de RnB, la nouvelle mixtape de Colony que j’adore, Daniel Caesar, un groupe anglais qui s’appelle Cure Cure Bunny (?) qui est très amusant. En hardcore, j’ai beaucoup écouté le dernier Daughters mais je suis plus dans le délire soul/RnB voire country en ce moment. Mais j’ai des périodes metal, avec du Godflesh, du Bongripper, même du deathcore/slam death, mais en ce moment j’ai tendance à préférer les trucs instrumentaux avec des atmosphères.

Zach: J’ai pas mal écouté de vieilleries ces derniers temps, du death, du thrash mais j’ai surtout écouté des chansons mises par les barmans en fait !

Bryan: En fait je suis bloqué dans les vieilleries, je n’écoute pas grand chose de nouveau. Danzig, David Bowie, Depeche Mode, j’aime beaucoup les groupes comme Chvrches ou Purity Ring. Aussi j’ai une affection particulière pour la trip-hop, Portishead, Massive Attack.

10. Pour finir, vous avez déjà pu tester la bière tchèque ?

Cade: Pas encore mais on a halluciné comment tout est bon marché ici ! Tu peux choper deux litres pour l’équivalent d’un dollar dans les épiceries, c’est dingue ! Mais on va se tester ça, on pourra comparer avec celles bues en Allemagne ou en Belgique !

Bryan: Personnellement je préfère Cocomel (du chocolat en cannette), parce que je ne bois pas d’alcool ! Aux USA ils appellent ça Yoohoo.

Cade: Aussi la Red Bull rouge, ils l’ont annulée aux USA donc je me rattrape ici, c’est ma boisson préférée !

11. Et vous avez du temps pour faire du tourisme ?

Bryan: On a pu voir quelques monuments, j’adore la vieille architecture. On aurait bien voulu visiter l’ossuaire de Kutna Hora mais c’est assez loin malheureusement. Il faudra qu’on revienne !

12. Merci à vous pour votre temps et pour vos réponses !

Tous: Merci à toi !


De gauche à droite: votre serviteur, Bryan Rea (guitare), Zach Hatfield (chant), Jordan Lorea (guitare) et Cade Lewis (basse).

Merci à Pure Noise et Denise pour la mise en place de cette interview, et à Left Behind pour sa disponibilité et sa gentillesse.

beunz
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaires sur le forum :

Commencez la discussion sur notre forum: