Latest Content

Dance Gavin Dance – Artificial Selection

Apparu en plein milieu de la frénésie Myspace et de ses new friend requests (c’est-à-dire en 2005), Dance Gavin Dance a connu de nombreux mouvements de line-up mais a tenu bon malgré cela. Le style du groupe n’a néanmoins pas tellement évolué, faisant se côtoyer les mélodies émotionnelles du post-hardcore/emo US grand public avec des séquences mathcore/screamo sacrément virulentes. La recette est donc intacte sur ce Artificial Selection, huitième album studio du groupe de Sacramento.

Limbs – Father’s Son

« Norma Jean meets Radiohead« , c’est par ce raccourci un brin osé (et complètement improbable) que Chris Costanza, vocaliste de Limbs aime apparemment décrire son groupe. Et tant par son titre que par sa musique, après écoute il prouve avec Father’s Son qu’il est le rejeton de ses deux papas. Et ce n’est là pas une insulte !

Rolo Tomassi en concert à Paris demain mercredi 21 mars

On aura l’occasion de développer dans une chronique qui arrivera sous peu, mais les anglais de Rolo Tomassi viennent de sortir un monstrueux nouvel album de hardcore/post-hardcore copulant avec l’indie rock, et heureux hasard, il se trouve qu’ils passent demain soir en concert à Paris à l’Olympic Café sous la houlette d’Alternative Live.
Si vous ne savez pas quoi faire demain ou voulez voir les rosbeefs sur scène n’hésitez pas à faire le déplacement ça devrait envoyer comme il faut.
Ils seront accompagnés de Palm Reader et Cryptodira.




 
Plus d’infos ici :
https://www.facebook.com/alternativeliveprod/
https://rolotomassi.bandcamp.com/album/time-will-die-and-love-will-bury-it

Void Of Vision – Disturbia

Un an après Children Of Chrome, revoici les australiens de Void Of Vision armés cette fois d’un EP quatre-titres, histoire de ne pas se faire oublier au milieu des sorties metalcore/hardcore locales, vraiment très nombreuses dans le créneau. Pas de véritable changement au niveau de l’angle d’attaque, on est toujours dans du puissant et calibré.

sittingthesummerout – Brick and Mortar

Après Pas du Tout (2015) et Could It Rain Forever? (2016), les milanais de sittingthesummerout sont de retour avec un troisième EP au titre parodiant l’une des meilleures séries d’animation de ces dernières années (Rick and Morty, pour les largués). Musicalement, le quintet n’est pourtant pas vraiment dans le même délire, au contraire même puisque leur post-hardcore s’oriente plus vers la mélancolie.

Quicksand – Interiors

22 ans. C’est le temps qu’il aura fallu aux new-yorkais de Quicksand pour décider de revenir aux affaires et sortir enfin un successeur à Manic Compression. Même si ce retour n’est qu’une demi-surprise en 2017, le groupe s’étant reformé en 2012 pour quelques tournées. Mais depuis 2013, le groupe enfermé en studio ne donnait plus beaucoup de nouvelles, et l’histoire nous avait appris à nous méfier avec eux (le fameux 3ème album qui devait sortir mais n’était au final jamais sorti).

Live-Report: Enter Shikari/Lower Than Atlantis/Astroid Boys

Concert du 9 décembre 2017 au Divadlo Archa (Prague).
La vie est pleine de surprises. Alors que j’avais vu que depuis des semaines que cette date 100% britannique était sold-out, voilà que je reçois un mail la veille me proposant une accréditation. Loin d’être un fan d’Enter Shikari, c’est surtout la présence d’Astroid Boys qui m’a motivé à accepter cette invitation.

Prévu dans un premier temps au Lucerna Music Bar (qui ne peut pas contenir plus de 400 personnes), puis déplacé au Forum Karlin (qui peut en contenir environ dix fois plus), le concert a finalement bougé dans une [...]

Slowly Building Weapons – Sunbirds

En 2007, Slowly Building Weapons faisait une entrée en fanfare dans la scène hardcore australienne avec Nausicää, premier album dévastateur de « big-chord-core » (étiquette autoproclamée) mixant chaos et extrême. Des promesses à l’époque totalement balayées lorsque le groupe annonçait la fin de ses activités seulement un an après avoir livré cette bombe. Dix ans plus tard, c’est avec surprise qu’Art As Catharsis annonce le retour du gang de Sydney avec un second album tout aussi méchant que son prédécesseur mais aux champs beaucoup plus ouverts.

Jx Arket – Meet Me Abroad

Jeune formation turinoise montée il y a un an à peine, Jx Arket sort directement un long-format comme première livraison. Meet Me Abroad sort conjointement sur trois labels (deux italiens, un allemand) et nous permet de découvrir un groupe alliant énergie rageuse, belle puissance émotionnelle et mélodies touchantes.