Gendo Ikari – Rokubungi

Pas de commentaires      196
Style: grindcoreAnnee de sortie: 2023Label: Autoproduction

Tirant son nom du personnage de Neon Genesis Evangelion, Gendo Ikari est un groupe monté en 2016 par des membres de l’underground écossais provenant de groupes tels que Civil Elegies (noise rock), Haar (black metal atmosphérique), Hard Stare (hardcore) et le plus connu Ashenspire (avant-garde black metal dont Krakou vous avait parlé il y a quasiment un an jour pour jour). Une belle diversité de backgrounds qui se retrouvent ici derrière un but commun: avoiner et faire beaucoup de bruit !

Avec sa cover signée par Arif Rotworks (ex leader de Wormrot), Rokubungi envoie quinze titres de grindcore infusé de noise et par bien d’autres genres. Ainsi les influences primaires que sont Discordance Axis et Pig Destroyer sont immédiatement décelables dans les assauts délivrés à toute berzingue par les scottishs. Batterie qui mitraille la plupart du temps sur des tempos véloces durant lesquels riffs (essentiellement) tranchants et basse bien appuyée (ce qui est plutôt appréciable tant cette dernière est souvent absente du mix d’albums du genre) viendront compléter cette ravageuse session rythmique tandis que les éructations (contrastées par quelques growls) du vocaliste viendront ajouter une bonne dose de folie, voilà le topo !

Mais ce qui est appréciable chez Gendo Ikari, c’est qu’il ne se contente pas d’aller aussi vite que bourrin. Insérant de nombreuses fluctuations à ses compos tant du côté du groove (« Pity », « Moments Of Collapse » ou le hardcore « Jaw Binding ») que de la tension (l’énorme « Exhausting », les notes irritantes de « Cursed Absence »), Rokubungi se distingue aussi en calant çà et là quelques samples ou discrets accompagnements electro (qui aident parfois à faire un peu retomber la pression, comme en fin de « Lip Service », ou bien tout le contraire sur l’ambient « Marred » ou le carrément noise rock « Beg – Die »), ce qui permet d’avoir quelques respirations bienvenues pour encaisser cette succession de chocs frontaux.

Un réjouissant premier long-format qui propose un grindcore, inspiré par de l’ancien mais évitant toute redite grâce à une volonté d’ouverture(s) derrière sa radicalité. Bref, de la bonne poutrelle par paquet de quinze !

  1. Abhorrent
  2. Pity
  3. Frail Bliss
  4. Exhausting
  5. It’s Mutual
  6. Cursed Absence
  7. Murk
  8. Lip Service
  9. Moments Of Collapse
  10. Beg – Die
  11. Jaw Binding
  12. Endless Passion
  13. Despise
  14. Marred
  15. Profound Failure

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *