Augury – Concealed

7 Commentaires      1 490
Style: death progressifAnnee de sortie: 2004Label: Galy Records

Quand on pense que Concealed est le premier album de Augury, il y a de quoi être passablement surpris, voire estomaqué, par la qualité de cet album. Comment un jeune groupe débutant réussit-il à nous pondre un tel petit bijou en guise de coup d’essai ?

La réponse est extrêmement simple. Augury, loin d’être un groupe de jeunes débutants boutonneux est une sorte de all-star band canadien composé en vrac d’ex membres de groupes comme Atheretic, Quo Vadis, ou encore Neuraxis, Disembarkation, ou Thorn Within (ancien groupe de la chanteuse de Augury dont on va reparler). Personnellement je ne connais absolument rien de ces groupes, mais tout ça pour dire qu’on a plutôt affaire à des musiciens aguerris avec Augury.

Et Concealed est bien une véritable tuerie dans un style que je vais tenter péniblement de vous décrire…
Disons qu’on a affaire à une sorte de death progressif incorporant pas mal d’éléments différents, un peu Opethien par moment (les breaks de « Nocebo » me font par exemple penser à la bande à –je sais on dit pas « la bande à », je précise que je suis au courant et que c’est volontaire– Micka Akerfeldt)… Malgré la présence de quelques passages acoustiques comme sur « The Lair Of Purity », l’analogie Opethienne s’effacera rapidement devant la brutalité tout de même ici nettement plus exacerbée. Il ne sera également pas idiot de citer Death au rayon influences (même s’il ne s’agit pas d’une influence extrêmement perceptible dans la musique de Augury) pour le côté extrêmement technique et la virtuosité des musiciens du groupe.

Le niveau technique des musiciens de Augury est en effet vraiment imressionnant surtout au vu de la complexité de certaines structures et des nombreux changements de rythme et revirements qui parsèment cette galette.
Mention spéciale à la basse que l’on entend particulièrement et dont le jeu se distingue bien souvent des guitares pour un résultat très intéressant et original, parfois presque jazzy (putain ce « Alien Shores » tout simplement génial). Les guitares ne sont pas en reste avec des moments de virtuosité extrême et des solos très alambiqués et surtout très réussis (comme sur « Beatus »). Le batteur martèle ses fûts avec un recours évidemment très fréquent à la Double pour le plus grand plaisir de nos tympans.

Au delà de la virtuosité incontestable de chacun des musiciens qui composent cette dream team du métal, c’est particulièrement une impressionnante diversité vocale qui donne toute leur dimension aux fabuleuses compositions de Concealed. En effet si les vocaux masculins sont déjà extrêmement variés, puisqu’on comptera pas moins de 3 styles différents (black, death, et « guerrier » c’est-à-dire clair/épique) avec une dominance death très nette, on n’oubliera pas de parler de la voix de Madame Arian Fleury qui apporte une touche féminine de fort bon aloi sur quelques compos (« Beatus » le titre introductif ou « In Russian Dolls Universes » si des exemples il vous faut). Le timbre de cette dernière évoquera tour à tour celui de la sublime Anneke (The Gathering) lors de ses interventions les plus « mesurées » comme sur « In Russian Dolls Universes » ou celui de chanteuses plus lyriques à bien d’autres moments (un peu à l’instar du chant féminin d’un Therion).
La mixture issue du mélange de vocaux, loin d’évoquer un blédina péniblement digéré par l’estomac de bébé, est tout simplement un modèle d’harmonie et d’homogénéité. On saluera en effet le fait que le groupe ait su rester mesuré dans le recours aux voix féminines qui trop systématisées auraient eu vite fait de donner un caractère pompeux et pénible à cette magnifisque fresque vocale et musicale.

Au final rien n’est à jeter dans ces 10 titres qui forment rien de moins qu’un joyau musical comme on en voit peu par les temps qui courent. Attention toutefois, la musique de Augury est un peu complexe et nécessite plusieurs écoutes (si possible attentives) pour capter et apprécier les subtilités et la richesse de ce foisonnement sonore. Une fois dedans c’est l’orgasme assuré sans vouloir me complaire dans des comparaisons vaseuses (qui a dit « trop tard » ? ?), et ce d’autant que le tout est servi par une production excellente.

A noter que cet album devrait faire l’objet d’une distribution française prochainement (on vous tiendra au courant) mais qu’il n’est pour l’instant disponible qu’auprès de Galy Records. Mais donnez-vous la peine de faire la démarche, vous ne regretterez pas l’investissement, parole de Krakou !

  1. beatus
  2. …ever know peace again
  3. cosmic migration
  4. nocebo
  5. alien shores
  6. in russian dolls universes
  7. becoming god
  8. the lair of purity
  9. from eden estranged
  10. …as sea devours land
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 878 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

7 Commentaires

  1. Monster says:

    Tiens comme ça nous vient de Galy Records ce disque, je rajouterais qu’ils ont aussi un excellent groupe canadien très original et completement fou : UNEXPECT !

  2. Joss says:

    Très bonne chronique Krakou ;-) ça me donne envie de me replonger dans ce disque que je n’ais pas encore approfondi comme il se doit….

  3. Ocean? says:

    Bah tu connais pas Neuraxis, Krakou ? va falloir remédier à ça, hein…
    Moi je ne mets que17/20 parce que ça reste perfectible je suis sûr. Il y aura une grosse pression pour faire mieux lors du deuxième album en tous cas.
    Sinon ouais Monster, Unexpect ça tue la bite. Je crois qu’ils vont sortir un album cette année, d’ailleurs !

  4. krakoukass Krakoukass says:

    Tu sais moi je préfère le néo métal à la base, j’ai juste fait la kro de Augury en essayant de me faire passer pour un « true »… Allez hop je retourne écouter Linkin Park…
    ;)

  5. Ocean? says:

    ‘spèce de trend :D

  6. Patrick Loisel says:

    Salut les cousins.

    C’est le chanteur d’Augury qui vous jase en direct de Montréal! Merci beaucoup pour la belle critique. En général l’accueuil de l’Hexagone nous réchauffe le coeur.

    Petite précision : pour ceux qui connaissent Kralizec, C’est mon ancien groupe et j’en ai écrit la majorité de la musique ainsi que tous les claviers et batteries. C’est la référence qui manquait dans la liste ;0

    Plusieurs s’échinent déja pour nous attirer dans vos contrées, et rien ne nous fera plus plaisir que de débarquer chez vous!!!

    Patrick Loisel

    PS: Symbyosis rulz!!!!

  7. Christian says:

    ça y est, l’Album majestueux est enfin sorti en licence Européenne chez ADIPOCERE
    http://www.adipocere.fr
    ou direct sur le E-Shop :
    http://adipocere.nexenservices.com/detail.php?article=17475
    à ne pas louper !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *