Strength In Numbers – The Veil

3 Commentaires      1 006
Style: metalcore avec influ thrashAnnee de sortie: 2005Label: Ironbound

Ne confondez surtout pas ce groupe avec le groupe jazzy du même nom ayant connu son heure de gloire durant les années 80, mais bon en même temps je suis à peu près certain que personne ne les connais donc no souci.

Le groupe qui nous intéresse s’est formé en 2002 au New Jersey et est composé de 6 membres, et c’est après ce suspense insoutenable que je vous confirme que c’est bien un sextet … il y a 2 chanteurs, un qui s’explose les cordes vocales et l’autre qui apporte une touche plus mélodique voire émo.
Ils se sont d’abord forgés une réputation grâce à leur concerts, ayant même été élus meilleur groupe live par certains magazines spécialisés locaux.
Ce The veil n’est que leur 2ème réalisation, après l’EP autoproduit Rise and Resist, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ont mis les petits plats dans les grands cette fois ci, l’album étant produit par Eric Rachel (Atreyu, Hatebreed, Mastodon) avec en prime un petit coup de pouce de Dallas Coyle de God Forbid, mais cette succession de références ne vous dit toujours pas ce que vaut leur musique.

Je dirais que si des groupes tels que Shadows Fall, God Forbid ou même Diecast vous plaisent, STRENGTH IN NUMBERS est tout simplement fait pour vous, en effet on retrouve une base bel et bien metalcore mais agrémentée cependant d’une petite touche thrash qui fait la différence selon moi, d’entrée de jeu le ton est donné avec « gods of war » qui ouvre excessivement bien les hostilités avec ce riff que ne renieraient pas SHADOWS FALL, la dualité entre les 2 chanteurs est tout à fait convaincante et apporte un plus à l’album, les 2 étant très bons dans leur domaine respectif.

Impossible de ne pas taper du pied voire même headbanger sur des brûlots tels que « The awakening » qui aurait largement eu sa place sur le dernier Diecasst, « Eight Breaths Per Second » où l’on retrouve ces intros en acoustique comme sur les bons vieux albums de thrash des années 80 rhaaa et surtout « Frostbite » qui est de loin mon morceau favori, j’ai presque envie de dire que c’est chose aisée d’avoir une bonne réputation live avec des morceaux pareils.

Je n’attendais rien de cet album car je ne connaissais absolument pas ce groupe, et ma bonne surprise n’en est que plus grande, par contre je me doute déjà qu’il aura ses détracteurs et je préfère prendre les devants et préciser qu’il ne fait pas avancer le schmiliblic … le schlimiliblick … le SCHMILBLICK de la scène metalcore d’un yota, n’apportant que peu de nouveauté à celle-ci… Mais je m’en tape car je préfère écouter un album conventionnel qui me procure du plaisir plutôt qu’un « novateur » qui me fait ronfler … qui à dit le dernier Meshuggah ?

  1. gods of war
  2. the awakening
  3. times not wasted
  4. eight breaths per second
  5. momentum
  6. the veil
  7. devoured by the bridges aflame
  8. unfolds
  9. frostbite
  10. reach to die
  11. houdini
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. kollapse says:

    laisse du temps au dernier Meshuggah, celui-ci s’apprécie sur la durée. Au départ j’étais pas très très fan et donc un peu déçu de « catch33 » et maintenant je ne peux littéralement plus m’en passer!Enfin c’est toi qui voit, bien sur ;)

  2. jonben jonben says:

    Exact, je le met même pour m’endormir, dès l’intro la somnolence est assurée!
    Je rigole je l’aime bien mais c’est plus un trip qu’un véritable nouve album.

  3. cava76 says:

    He ho c ‘est STRENGTH IN NUMBERS que j’ai chroniqué!!! ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *