End Of Days – Dedicated to the Extreme

2 Commentaires      1 229
Style: deathcoreAnnee de sortie: 2005Label: Century Media

Deathcore? Pas deathcore? Pour certains, ce style de musique est représenté par des groupes comme Dying Fetus ou Misery Index. Pour d’autre, c’est plus une certaine vague européenne illustrée par Heaven Shall Burn ou Maroon… Pour moi, ça serait de préférence dans le genre des groupes cités en premiers, c’est à dire du death avec une approche hardcore. Et dans ce cas, je dois bien admettre que End Of Days est bel et bien du deathcore.

Tout d’abord, il s’agit de gros riffs métal, death. Mais attention, pas les riffs ‘melodeath’ pompés sur Soilwork/In Flames. Nan, concevez plutôt Obiturary. Ok donc les riffs sont métal, donc le son est hardcore ? Pas vraiment, il est plutôt massif, puissant, lourd. Imaginez un rouleau compresseur sonore (ouais, faut de l’imagination…) et vous avez le son de End Of Days. D’ailleurs, en parlant de pompage, j’ai tout de suite pensé à Cataract question son. Plagiat ou pas, c’est pas l’important. D’une, parce qu’il n’est pas dit que cette ressemblance soit volontaire, et de deux, parce que ce son est parfait pour le style de musique proposé.

Donc son et riffs, c’est métal. De plus, la batterie propose énormément de double et de cymbales, renforçant donc le coté death du groupe. Le batteur a fait de la double sa copine, vu comment il l’aime. Le reste de la partie rythmique, pas difficile, c’est dans la lignée des autres instruments : métal et métal.

Alors qu’est ce qui peut bien être hardcore dans ce groupe, finalement ? La voix ? Oui, entre autre. Pensez à Rick Ta Life chantant death… Oui, c’est un carnage (la voix est efficace, mais franchement soûlante à la longue). Une voix donc assez hurlée vers les graves (mais pas de growls à la Chris Barnes) mais toutefois hardcore.

La voix est donc le seul élément ‘hardcore’ sur cette galette ? Non ! Bien sur, il y’a aussi quelques moshparts et des breaks typiques du hardcore ! Pour résumer, ça latte, ça bastonne.
Musicalement, End Of Days n’est pas si éloigné de Cataract, bien qu’étant moins thrashy que le groupe suisse.

Ok certes, ce groupe n’a rien d’original, applique une recette faite, refaite et re-refaite, que tous les groupes de metalcore ‘moderne’ nous font subir. Mais au moins, End Of Days, lui, le fait bien. Il se dégage de ce disque quelque chose d’assez ‘groovy’, ‘frais’ que la plupart des groupes de metalcore n’ont pas (non, je n’ai pas cité la personnalité).

En conclusion, End Of Days, ça envoie le pâté du début jusqu’à la fin, sans pause, sans se poser de question, ça bourrine, ça bastonne, c’est pas original, mais c’est bien fait et c’est l’essentiel. De toute façon, pourquoi vouloir absolument innover ? Si c’est efficace, le reste, c’est que du bonus. Ce disque est déconseillé, bien évidement, à tous les fans de musique à mélodies, au chant clair de lover. Ici, c’est plus pour les fans de metalcore brutal qu’autre chose. Mais ne pensez pas, en lisant cette chronique, que End Of Days est un groupe de death proche de Aborted ou Cryptopsy mais plutôt un groupe proposant un metalcore plus death que thrash, en version bien violente, « dédiée à l’extrème ».

  1. from hell (intro)
  2. dedicated to the extreme
  3. march of the hollow
  4. nothing but disgust
  5. savage redemption
  6. unbreakable
  7. inside i burn
  8. worthless
  9. sleepless sorrow
  10. turned to death
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. cava76 says:

    L’album que je me suis le plus enfilé cette année avec le ALL SHALL PERISH , 2 bombes

  2. Ilhan says:

    clair il est bien classe, voix carrément pompés sur Obituary (donc flow et growl entre hxc et death), idem pour la zik, entre death old school ala obituary et des groupes à la merauder, soupoudré a droite a gauche de mosh parts bien senties….
    Le tout est bien ficelé, manque plus qu’un peu plus de diversité sur la zik et surtout la voix, et ça sera niquel.
    En tout cas j’aime beaucoup, 15/20, même si ça fait rip off version hardcore d’obituary

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *