Fear Factory – Transgression

7 Commentaires      1 793
Style: futuristic cyber metal (!!)Annee de sortie: 2005Label: Calvin / Liquid 8

A peine un peu plus d’un an après un Archetype qui marquait le retour de Fear Factory (sans le gros Dino) aux affaires, les californiens remettent le couvert avec ce nouvel album, Transgression, 6ème album du groupe (7ème si l’on compte Concrete).

Alors avant même sa sortie en bacs, il suffit de se balader un peu sur le net pour lire beaucoup de choses sur ce nouvel album : gna gna cet album est une bouse infâme, pire que Digimortal (on remarque que les forums s’agitent en tout cas beaucoup pour déterminer entre ces 2 albums, le plus mauvais du groupe), gna gna il marque le retour au son du mythique et cultissime Demanufacture. De son côté, Burton C. Bell, chanteur du groupe avait annoncé que Transgression allait surprendre son monde. Il y avait donc de quoi être circonspect.

En grand fan du groupe que je suis, j’étais à la fois ravi d’apprendre l’arrivée si rapide d’un nouvel opus, et quelque peu inquiet quant aux premières réactions lues à droite à gauche. Et puis, comment allaient-ils pouvoir livrer un aussi bon album que Archetype si peu de temps après ? N’auraient-ils pas du prendre un peu plus de temps pour se poser et affuter leur songwriting ?

Une fois la touche « play » enfoncée, force est de reconnaître que la réponse à la dernière question est « oui ». Pour autant, ne nous emportons pas et ne crions pas à la bouse comme certains se plaisent à le faire un peu trop facilement. Au contraire, entrons plutôt dans le vif de l’objet, si je puis dire.

L’album comporte donc 11 titres et il démarre sur les chapeaux de roue, avec, selon moi, les 3 meilleurs titres de la galette, qui sont du pur FF, brutal (mais mélodique avec certains refrains chantés par Burton comme toujours) et très accrocheur. Meilleur exemple s’il en faut : « 540.000 ° Fahrenheit », entrée en matière parfaite, un morceau excellent rapide, brutal, avec un superbe refrain bien chanté en voix claire. Après ce titre, les 2 suivants continuent de renforcer une bonne impression de départ.
Par la suite malheureusement les choses se gâtent un tantinet. D’abord « Contagion » et « Empty Vision » sont loin d’être aussi convaincants et la voix de Burton prend même des accents effrayants (comprenez « peu maîtrisés ») qui pourront il est vrai, rappeler certains travers du controversé Digimortal.

« Echo of My Scream » officiant dans un registre lent, sombre et symphonique est assez réussi, mais redondant par rapport à ce que FF a déjà fait sur Obsolete avec la paire « Resurrection/Timelessness », et au final on ne peut s’empêcher d’étouffer un baillement.

Heureusement la qualité revient avec un « Supernova » aux délicieux accents pop, qui fait gentiment taper du pied et redonne confiance pour la suite du programme. « New Promise » suit alors, de facture classique, c’est un titre efficace, mais pas de quoi crier au génie, surtout pour un titre de FF.

C’est alors que le disque bascule tout simplement dans l’horreur. Les 2 titres qui viennent sont en effet 2 reprises. Après tout, me direz-vous, si la qualité est là… Les Californiens ont bien repris (et avec brio) « Cars » de Gary Numan il y a quelques années ou même « School » de Nirvana sur Archetype. Mais là où à l’époque de la 1ère, cette reprise, aussi excellente soit-elle, ne figurait que sur une édition spéciale d’Obsolete (sorti quelques mois après la version normale d’ailleurs, mais c’est un autre problème) et n’apparaissait pas sur la tracklist normale de l’album, et là où la seconde arrivait à la fin d’un album bien rempli, ce sont ici 2 reprises pourries, oui pourries, qui figurent bel et bien au sein de cet album qui ne fait que 11 titres, et c’est probablement là que se situe la seule et véritable « transgression » au programme.

On doit ainsi subir tout d’abord une reprise d’un (pourtant excellent au demeurant) titre de U2 : « I Will Follow ». Alors très bien, j’exagère peut-être en qualifiant cette reprise de « pourrie ». Mais, tellement proche de l’originale qu’elle est, elle ne présente qu’un intérêt tout relatif voire même nul (et j’adore pourtant l’originale de U2). On passerait donc sur cette petite erreur de parcours, si elle n’était pas directement suivie par une 2ème erreur, et d’envergure celle-là : reprendre le fabuleux « Millennium » de Killing Joke est à la base une idée saugrenue compte tenu du niveau d’excellence qu’atteint ce morceau (qui figure sur l’album Pandemonium de KJ). Elle semble encore plus saugrenue lorsqu’on entend le massacre : le morceau perd ici toute sa puissance (ses riffs massifs notamment qui paraissent ici tout gentillets) et son ambiance indus (avec des touches de synthé pourtant décisives qui sont absentes de la version de FF).

Certes, « Moment Of Impact » qui clôture l’album est un morceau de bonne facture, quoique pas extraordinaire, mais le mal est fait et lorsque le disque s’arrête, un goût amer nous reste en bouche… FF se fouteraient-ils de nous ?

Ajoutons à cela une production (assurée par Toby Wright) certes correcte, mais un son de batterie parfois un peu spécial (une caisse claire qui sonne un peu comme celle de Lars Ulrich sur St Caca) et la conclusion en forme de déception s’impose d’elle-même.

Mon avis peut paraître sévère car l’album n’est pas mauvais, il est même correct en fait (ce qui explique que la note soit tout de même ce qu’elle est), et certains morceaux sont même de très bonne facture et raviront les fans du groupe (je prends du plaisir à les écouter personnellement). Mais pour du Fear Factory, on est vraiment trop loin du degré d’excellence auquel nous a habitué le groupe (sauf sur Digimortal certes).
La prochaine fois, l’entité Fear Factory serait bien inspirée de se donner plus de temps pour accoucher d’un vrai bébé en pleine santé qui fasse oublier ce Transgression prématuré, un peu difforme et batârd.

PS : l’album est vendu avec un DVD bonus qui contient 3 clips vidéo, un making-of de l’album, ainsi que la version audio en qualité « enhanced ».

  1. 540,000 degrees fahrenheit
  2. transgression
  3. spinal compression
  4. contagion
  5. empty vision
  6. echo of my scream
  7. supernova
  8. new promise
  9. i will follow
  10. millennium
  11. moment of impact
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 803 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

7 Commentaires

  1. damien luce says:

    album surprenant qui contient des titres formidables , sans être un chef d’oeuvre ce nouvel album des cyber métalleux se laisse écouter !!!

  2. Keyser says:

    Après un Archetype excellent, ce Transgression m’a fait un choc! Incroyablement mauvais, mou, sans inspiration, avec un Burton C. Bell insupportable…

  3. kollapse says:

    pareil pour moi, « archetype » augurait du meilleur mais jpeux affirmer que là, c’est franchement pas ça…Il y a certes qques bons titres ci et là mais d’autres mauvais et mous, et bien que je ne maitrise pas l’album ça ne me donne pas envie d’aller plus loin, car ce que je voulais c’était, si pas du meilleur qu' »archetype », au moins de l’équivalent ce que je suis loin de trouver ici. « transregression » aurait été un meilleur titre pour cet album…FF est-il definitivement mort? Peut-être bien…

  4. krakoukass Krakoukass says:

    C’est dommage car en le réécoutant je me dis que si tout était du niveau des 3 premiers morceaux ç’aurait été la tuerie!

  5. Head says:

    C’est sorti trop vite. Y’a des bonnes chansons mais ça ne sonne plus « clinique » comme FF nous avait habitués.
    14/20

  6. Kevin says:

    Ouais. Un album vraiment difficile à juger tant on dirait qu’il n’est pas finit ou que c’est un rassemblement de b-sides et de raretés. 2 reprises qui prennent la place de deux vraies chansons de FF, une balade interminable, aucune logique dans l’ordres des chansons, une « supernova » très Pop qui aurait mérité d’être accompagnée par une tendance plutôt que d’être un gros OVNI, un « moment of impact » tout seul en bout d’album alors que c’est un pur single. Je pense que le groupe en a simplement marre de refaire demanufacture mais qu’il n’ose pas prendre une direction totalement neuve. Transgression me fait penser à Fireball de Deep Purple.

  7. chopro says:

    Il n’est pas mauvais, il est même écoutable en fait. Il y a juste « Transgression » qui commencait bien haut avec un intro efficace, puis ramollit de plus en plus au fur et a mesure qu’on avance dans la chanson. Il y a également « Millennium », mauvaise reprise qui n’a pas su reproduire le petit côté magique et magistrale de l’originale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *