Magyar Posse – King of Time

2 Commentaires      1 078
Style: post-rockAnnee de sortie: 2005Label: Verdura Records

Comme cela arrive souvent dans nos pages, c’est un groupe scandinave qui est l’objet de notre attention. Mais une fois n’est pas coutume celui-ci nous vient de Finlande. Il est vrai que l’on entend moins parler des finnois, comparés aux norvégiens ou aux suédois, mais leur discrétion ne signifie en rien qu’ils aient à pâlir face à leurs voisins. Magyar Posse ne s’illustre pas dans un métal ou une pop quelconque comme le font souvent leurs camarades; le groupe exerce ses talents dans un post-rock, un post-rock malade, plongé dans la grisaille, la tristesse, le froid…

La musique de Magyar Posse n’est, à l’évidence, pas facile d’accès. Alors que The Evpatoria Report se place comme le réconciliateur probable du post-rock et d’un plus large public, les finnois se posent dans la continuité d’un certain élitisme du style, incarné par les maîtres de Godspeed! You Black Emperor.

Magyar Posse, comme d’autres rares combos du genre (comme Grails), a su quelque peu se libérer des influences de ses aînés pour enfin jouer SON post-rock. A l’instar de ce même groupe c’est en allant chercher des sonorités plus exotiques que la formation finnoise a trouvé son son. Guitares acoustiques, gammes d’Europe central et claviers en tout genre sont quelques uns des éléments ayant permis cette émancipation.

Le groupe finnois joue avec le bruit et les ambiances, comme nous le montre la première piste de l’album; pièce intimiste, grande, sussurée… qui nous amadoue, nous prépare au périple programmé par le quintet.

Lorsqu’ils se laissent aller à leurs influences trip hop, cela donne la quatrième piste; une énormité indéfinnisable où le groove cotoîe le vide et le bruit la mélodie.

Le groupe n’a pas de moments puissants, explosifs ou symphoniques ; sa particularité réside dans sa capacité à nous faire décoller. Prenez par exemple la seconde et la sixième piste: pas d’éruptions de violences ou de rage, seulement un flux de bruit rock qui berce et soulève, avec l’idée de nous faire partir loin, peut-être pour ne plus revenir.

En une phrase, King of Time ce sont sept pistes sans nom pour un mystère sans mesure.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Uriel says:

    Très joli texte pour un album sans prétention qui mérite de quitter l’anonymat. Un post-rock alerte et mature, sans effusions mais empreint d’un profond besoin de communiquer ses douleurs.

  2. shaq says:

    De grands moments sur ce disque ! MAYGAR POSSE a effectivement trouvé son propre son et ses propres ambiances, et n’est pas un ènième clone de GYBE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *